DÉMIURGES - Arborescence scénaristique

Cette rubrique sert à parler de vos parties ! C'est la rubrique maîtresse, que ce soit pour chercher des principes fondamentaux du jeu de rôle, demander de l'aide sur un jeu, discuter de notre culture ou pour partager vos coups de cœur.
Règles du forum
étiquette et esprit des rubriques générales

DÉMIURGES - Arborescence scénaristique

Message par Frédéric » 16 Déc 2007, 15:42

WARNING *** SPOILER


Ce rapport de partie est basé sur l'expérience de LA méthode de scénarisation qui fera partie intégrante du système de Démiurges (et de la plupart des jeux à scénario que je masteriserai).

C'est une méthode tirée de l'article de Altin Gavranovic : http://ptgptb.free.fr/0012/design1.htm
un peu accommodée à ma sauce, car j'estime plus intéressant d'envisager plusieurs fins possibles et ouvertes, plutôt que de se cantonner à une seule fin fermée.

Vous pouvez trouver un exemple complet d'arborescence scénaristique créée de cette façon ici :
http://froudounich.free.fr/PDF/scenario%20arborescence.pdf


Les scènes sur lesquelles nous avons joué vendredi ont été modifiées sur le papier avant la partie, afin d'y intégrer de nouvelles idées, et mon fichier pdf n'est pas à jour. Je vais donc me débrouiller sans.


A la fin du scénario précédent, les PJ ont découvert une carte de la forêt des Carnutes. Elle les a conduit jusqu'à un étrange sanctuaire druidique enterré à 40 mètres de profondeur. Dans ce sanctuaire, ils ont trouvé un étrange miroir couvert de motifs représentant des corneilles.

Ils l'ont ausculté et ont fini par déclencher des « visions du futur » que le miroir a affiché à sa surface.

La première concerne la venue d'une personne qui pénètre dans le Sanctuaire, connaissant le moyen d'y entrer, que les PJ pensaient être les seuls à connaître. Dans la vision, cette personne vole le miroir et une sorte de relique que les PJ ont trouvée. L'événement se produira le lendemain.

Sur mon arborescence, deux solutions s'offrent à nous : Un personnage va effectivement tenter de s'introduire dans le souterrain et y dérober les objets. Les enjeux scénaristiques sont les suivants :
a- va-t-il entrer ?
b- va-t-il voler les objets ?

Si a se réalise, alors b pourra se réaliser.
Si b se réalise, alors nous suivons la branche rouge de l'arborescence à partir de ce point.
Si b ne se réalise pas, nous suivons la branche verte.

(Le code couleur ne sert qu'au confort visuel, puisque je ne considère pas que l'une des branches soit meilleure qu'une autre : cela dépend simplement du positionnement des joueurs, car je m'attache tant bien que mal à écrire mes scénarios de façon à ce que les joueurs puissent vouloir aussi bien le vert que le rouge).

Les PJ ont décidé d'aller chercher des victuailles et d'attendre l'heure H pour appréhender l'intrus. Il s'avère que l'intrus en question est un Golem contrôlé à distance. Il est armé d'une rapière. Le seul PJ armé était resté en arrière et donc, les deux autres ont failli perdre la vie pour empêcher le golem de voler les artefacts. Heureusement, leur compagnon a fini par le foudroyer.

Tout cela a fini à l'hôpital. Ils ont choisi de protéger leurs biens au péril de leur vie, plutôt que de laisser le golem les prendre et les guider vers son repaire (par exemple).

Les deux branches conduisent aux visions suivantes données par le miroir :
1- En parallèle : les flics cherchent les PJ par rapport à des histoires de meurtre en légitime défense
2- Un PNJ se suicide, provoquant la mort d'un PJ

Mais la suite des événements se trouvera modifiée en fonction de l'issue a et b.

Bon, c'est un peu le merdier, déjà, désolé, je ne vois pas comment faire mieux mon CR.

2 n'a pas encore été jouée.
Mais en fonction des choix des personnages, ils vont pouvoir soit se retrouver en confrontation directe avec des PNJ pour récupérer leur bien, soit ils vont être amenés à essayer des les aider (les créateurs de Golems) car ils vont se retrouver au coeur d'une tragédie.

L'idée principale est qu'en fonction de leur approche, ils vont pouvoir sympathiser avec ces PNJ ou devenir leurs ennemis. Cela n'est pas directement inclus dans l'arborescence mais en découle naturellement selon les choix et les succès/échecs des personnages.

A l'issue, ils vont se retrouver face à un dilemme et leurs actes précédents influenceront les issues possibles :
Si les PJ ont sympathisé avec les PNJ, ils pourront s'allier, mais le dilemme pourra les déchirer.
S'ils sont entrés en confrontation, le dilemme pourra les réunir ou les déchirer encore plus.

^^

En tant que MJ, cela me simplifie le travail. Habituellement, j'emploie toute mon énergie à assurer la cohérence de la partie, alors que là, je l'emploie pour les mises en scène et pour le rythme, pour les trucs croustillants, puisque la cohérence est assurée par l'arborescence.

Ce qui n'est pas tout à fait visible ici, c'est que les arborescences peuvent amener le récit à prendre des tournures totalement opposées (par exemple, sauver le monde ou contribuer à sa destruction). Et on a le temps de faire en sorte que chaque branche soit intéressante, ce qui n'est pas toujours le cas quand les rebondissements narratifs sont soumis à l'improvisation du MJ.

Les joueurs doivent être tenus au courant du fait que leurs choix modifieront la suite du scénario (l'exemple mis en lien plus haut sert à leur donner un aperçu du type de conséquences de leurs actes), car cela leur donne confiance en le fait que leurs choix seront décisifs.

Enfin, je dirai que ce que cela change fondamentalement, c'est la méthodologie de l'auteur du scénario : Plutôt que d'imaginer des « séquences » que l'on fait vivre aux PJ, on imagine des dilemmes ou des épreuves et des destins en arborescence. Les enjeux priment et chaque PNJ peut mourir ou changer d'opinion à tout moment. Interdits les « grands-méchants-qui-s'échappent-parce-que-c'est-écrit-dans-le-scénar ». On a juste des lignes de force, des buts et des lignes de tension.

On peut décrire les acteurs PNJ et des lieux précis et permettre que les PJ n'y aillent et ne les rencontrent jamais, qu'ils voient juste les conséquences des événements qui ont eu prise sur ces lieus ou PNJ.


Au niveau du ressenti, ça m'a rappelé les scénarios ouverts. De type Ditv où l'on propose des situations initiales et où on laisse les PJ agir à leur convenance sans prévoir ce qu'ils doivent faire, mais avec des moments où les PNJ s'esclament : « alors c'est lui qui est responsable de tout ça ! »


Les joueurs quant à eux ont apprécié les surprises comme dans des parties traditionnellement scénarisées, sauf que les moments où elles survenaient pouvaient me surprendre également, car l'arborescence propose des enchaînements d'événements dont la prise de connaissance des joueurs n'est pas forcément chronologique (par exemple un meurtre au moment A peut être découvert au moment C).

J'attends de voir sur du long terme, ce que ça donne, mais pour le moment, c'est très encourageant.
Frédéric
 
Message(s) : 3842
Inscription : 14 Juil 2006, 17:45
Localisation : Poitiers

Message par Christoph » 16 Déc 2007, 17:25

Super! Je vois cela aussi comme la voie intermédiaire entre du scénario avec MJ fort et du DitV avec MJ en retrait. Tu gardes une bonne emprise sur ce qui se passe, dans le sens où c'est toi qui écris les différentes possibilités (chaque situation pourrait en fait s'ouvrir sur plus de conséquences que ce que ne présente ton arborescence), mais tout en laissant les joueurs remuer passablement les choses.
Christoph
modo-admin
 
Message(s) : 2949
Inscription : 07 Sep 2002, 18:40
Localisation : Yverdon, Suisse

Message par Frédéric » 16 Déc 2007, 17:50

Oui, tout à fait, je réduis le nombre d'embranchements, parce que bon, après, on peut y passer une vie. EN général, je cherche 2 ou 3 idées potables. Et c'est vrai que du coup les joueurs ont "toute lattitude".
Frédéric
 
Message(s) : 3842
Inscription : 14 Juil 2006, 17:45
Localisation : Poitiers

Message par Romaric Briand » 17 Déc 2007, 15:16

Je pense beaucoup de bien de ce type de scenarios. ^^
Cela me fait penser au Tractatus de Wittgenstein. Le Tractatus est écrit en arborescence.
En revanche, pour présenter cela dans un livre de JDR je vois deux défauts :
- lisibilité : le scenario ne sera pas agréable à lire. :-k
- présentation : ce genre de scenarios implique de posséder tes qualités de graphiste pour être bien présenté.

Ce sont des défauts à mon avis compensés par l'originalité de la présentation. ^^
Un personnage de fiction souhaitant s'incarner dans la réalité... Les rolistes sont mes proies...
http://leblogdesens.blogspot.com/
http://sens.hexalogie.free.fr/
Romaric Briand
 
Message(s) : 2318
Inscription : 22 Oct 2006, 16:37
Localisation : Saint Malo

Message par Frédéric » 17 Déc 2007, 18:22

^^
Sur un A4, c'est gérable, quitte a faire plusieurs feuilles pour les campagnes et celui que j'ai mis sur mon blog n'est pas joli, il suffit d'un feuille et d'un stylo pour faire ça.
Frédéric
 
Message(s) : 3842
Inscription : 14 Juil 2006, 17:45
Localisation : Poitiers


Retour vers Parties

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)

cron