[Sorcerer] Le carnaval bizarre

Cette rubrique sert à parler de vos parties ! C'est la rubrique maîtresse, que ce soit pour chercher des principes fondamentaux du jeu de rôle, demander de l'aide sur un jeu, discuter de notre culture ou pour partager vos coups de cœur.
Règles du forum
étiquette et esprit des rubriques générales

[Sorcerer] Le carnaval bizarre

Message par Christoph » 01 Août 2009, 00:39

Hello

Ceci est un fil motivé en grande partie pour expliquer concrètement ce que j'explique abstraitement à Axel. Et puis, je crois que c'est la première fois que je fais un fil sur un jeu de Ron Edwards. C'est son premier jeu, un classique, datant dans sa version actuelle de 2001 (mais sensiblement identique à la version électronique de 98 si je ne m'abuse).


Principe du jeu

Les joueurs jouent des sorciers. Ces gens ont la capacité d'invoquer des démons pour en faire des serviteurs dans leur quête sans compromis d'un but. Ce sont des personnages arrogants, prêts à défier la réalité même (ça n'existe pas les démons!)
Il est entendu dès le départ qu'un personnage finira par (a) se brûler les ailes, (b) se morfondre de remords, (c) entuber tout le monde ou (d) obtenir la rédemption.
Le MJ joue les démons et l'adversité au sens général. Il doit exacerber les buts et mettre les personnages dans des situations difficiles d'un point de vue moral.


Le carnaval bizarre

C'est le monde que j'emploie pour faire jouer. Imaginez une grande ville du 18e siècle européen plongé dans un carnaval vénitien permanent.
Les sorciers sont des artistes, des politiciens, des scientifiques, des cyniques et des enfants.
La ville vit en apparente autarcie et dans l'abondance. L'argent n'est pas un problème, les gens font la fête tout le temps. Il fait toujours nuit, la météo change peu d'un "jour" à l'autre.
Une caractéristique centrale du jeu est appelé Humanité, il s'agit de la définir pour chaque contexte. Ici, l'humanité c'est la sensibilité au fait que les autres restent humains, malgré leur décadence.
Un personnage qui perd son dernier point d'humanité devient injouable. Tant qu'un personnage a au moins un point d'humanité, le joueur le joue comme bon il lui semble (cela n'indique pas un degré d'humanité).


La préparation

En gros, j'ai pondu deux pages et demi, format A4, pour expliquer le contexte et les options disponibles pour les joueurs.
Jérôme, Julien et Thomas ont pu créer leurs persos et leur premier démon à partir de ces informations.

Friedrich Goete, Jérôme
Poète et homme de culture qui cherche plus que tout a découvrir le monde au-delà des murs de la cité (99% de la population s'en bat les gonades).
L'incendie criminel de sa bibliothèque est venu chambouler ses plans.
Son démon est une entité invisible, capable de posséder autrui et d'en imiter le comportement.

H.P. Locke, Julien
Serrurier aux six doigts, dont le but est de prendre le contrôle du secteur économique de la restauration de la ville (un mystère pour le 99% de la population qui se contente de profiter).
Il a été chamboulé par la mort par empoisonnement de son père et de son oncle (frère du père), tous deux en train de préparer une expédition pour l'Extérieur.
Son démon initial est une serrure, prête à surveiller une maison et à paralyser quiconque la touche.

Arthur, Thomas
Auteur et politologue avant l'heure (Thomas voulait un mélange entre Voltaire et Bourdieu), son but est de découvrir le système qui permet à la ville de tenir le coup (99% de la population...)
Il a récemment été convoqué par une personne prétendant faire partie de la "mafia" qui gère la ville, pour une entrevue. L'occasion de passer de la théorie à la pratique...
Son démon est une superbe femme à l'aise en société qui sait un peu tout sur tout le monde (reflet d'une de ses œuvres littéraires)


Ma préparation

Tout ce qui précède à été décidé par les joueurs, y compris et surtout l'événement qui vient déséquilibrer la situation du personnage (incendie, mort et invitation).
A partir de cela, j'ai créé un réseau de personnages aux buts divers. Si les personnages n'interviennent pas, certains s'entre-tueront, d'autres assoiront leur position dominante, d'autres encore coucheront ensemble.
Les personnages joueurs vont nécessairement venir poser quelques problèmes dans ce réseau. Il est perturbé, l'histoire est sensée naître dans la recherche d'un nouvel équilibre. Des gens vont mourir, changer de position, revoir leurs ambitions à la hausse ou à la baisse, des gens vont naître (peut-être).


Quelques exemples de situations

Nous avons joué cinq séances. Une bonne part des scènes se sont faites personnage-joueur par personnage-joueur, surtout au début. Pourtant, les personnages ont clairement des points de recoupement et j'ai renforcé cela via le réseau de personnage.

Croisement

Dès le début, on sait que Goete entreprend un acte dangereux, puisque le père et l'oncle de Locke pourraient bien avoir été tués pour leur curiosité, et on a mis le feu à la bibliothèque.
Plus tard, je décide qu'un sbire tente d'empoisonner Goete. Celui-ci s'en rend compte, et croit à tort que c'est un rival artistique qui en est à l'origine. Quand il lui fait presque boire la coupe empoisonnée, le personnage de Jérôme arrête son geste en le bousculant "par accident".

Arthur était pendant ce temps en mission d'essai pour faire partie du groupe secret (la "mafia"), qui se nomme les Sénéchaux, les têtes pensantes du Bouffon Ecarlate (que personne n'a jamais vu).
En même temps, il essaie de doubler l'organisation et tente de comprendre la structure de l'organisation. A cette fin, il retrouve, grâce à son démon, la piste de celui qui semble payer tous les indics et autres hommes de mains. Il le poursuit, et malheureusement perd sa trace dans la foule, bousculé par un homme déguisé en une sorte de guignol rouge... (jet de dé)

La scène d'après, Goete (la faute d'orthographe est volontaire) sort de la maison de l'artiste rival avec lequel il a tenté de se rabibocher (tout en lui soustrayant quelques informations) et remarque le "trésorier" qu'Arthur poursuivait la scène précédente en train de discuter avec un enfant, tenant un chariot de sa main déformée.
Jérôme choisit d'ignorer ces deux gens se tenant juste devant la propriété qu'il est en train de quitter. Néanmoins, j'établis un lien fort entre les scènes, même s'il n'y a aucun lien de cause à effet. La posture d'auteur que les joueurs sont encouragés à adopter lui aurait permis d'aller leur chercher noise (d'un point de vue méta-jeu, je lui en avais donné l'excuse), d'autant plus que son personnage est facilement irritable (le gosse qui joue devant la maison...)


Adversité

Autre moment choisi. Dans sa mission d'admission, Arthur est mené à enquêter sur un ami de la famille Locke (le personnage de Julien). Il découvre qu'il entretient lui aussi une correspondance épistolaire avec le Bouffon Ecarlate, mais aussi avec l'épouse Locke (mère du personnage à Julien). Julien s'exclame, hors-jeu of course, "Ah la pute" ou quelque chose à cet effet.
Cet ami de la famille visitant souvent la famille (hmm...), ayant mystérieusement échappé à l'empoisonnement alors qu'il devait faire partie de l'expédition et étant un gros bonnet de la distribution alimentaire dans la ville, Julien décide de le surveiller (grâce à la serrure démoniaque).
Un beau soir, la serrure paralyse la mère Locke alors qu'elle voulait entrer au manoir de Falcrest. Locke en déduit qu'elle entretient une relation osée avec cet homme et la confronte indirectement le lendemain (après avoir discrètement ordonné à la serrure de relâcher sa mère).
Finalement, les choses ne sont pas aussi claires que Locke le pensait, et finalement se rabiboche avec sa mère (accessoirement, c'est un gain d'humanité, vu la définition.)


A vous

J'ai juste esquissé deux-trois points que je pense essentiel pour rompre le paradoxe que je décrivais dans le fil d'Axel.
  • Des personnages avec des buts
  • Des personnages dans une situation instable (l'événement qui les chamboule complété par mon réseau de personnage, dans le contexte de la ville)
  • Le fait que je me contente de croiser les histoires et de jouer l'adversité (en fait, je gère aussi le monde, d'ailleurs j'en ai probablement un peu trop fait, au détriment de la possibilité qu'ont les joueurs de faire agir leurs personnages)
C'est une de mes campagnes les plus ambitieuses à ce jour. J'ai merdé sur certains points, Thomas n'est pas sûr de vouloir continuer maintenant qu'il est clair que c'est un jeu centré sur les PJ (c'est ce que j'avais dit abstraitement, mais mon emprise sur un univers aussi mystérieux a brouillé le message), mais dans le fond, ce jeu m'a réconcilié avec la fonction de MJ plus traditionnel sur un bon nombre de points.
Ainsi, je peux juste jouer démons et PNJ, appuyer là où ça fait mal (faut que je me lâche encore), et produire de l'adversité. Je n'ai donc pas de scénario préconçu. Je ne sais pas si le Bouffon Ecarlate va se faire défoncer comme une sale merde ou s'il va abuser des PJ. Je ne sais pas si Locke va tuer Falcrest et ce qu'il va faire une fois qu'il aura pris le contrôle de la distribution de nourriture (il est en bonne voie). Je ne sais pas si Goete va rassembler une équipe pour partir de la ville et ce que cette ouverture vers l'extérieur va signifier pour la ville.
Je n'ai pas besoin de le savoir, j'ai juste besoin de jouer les personnages secondaires en m'ajustant sur les agissements des PJ. L'histoire naît de cette rencontre. C'est effrayant au début et demande un certain apprentissage, mais c'est bon.
Christoph
modo-admin
 
Message(s) : 2949
Inscription : 07 Sep 2002, 18:40
Localisation : Yverdon, Suisse

Message par Frédéric » 01 Août 2009, 11:45

Ohlàlà, je me rends de plus en plus compte que pour Démiurges il faudrait que je teste Sorcerer, car il y a vraiment des similitudes dans les thèmes abordés !

Tu dis :
Thomas n'est pas sûr de vouloir continuer maintenant qu'il est clair que c'est un jeu centré sur les PJ


Comment ça ? Je ne comprends pas ce qui peut justifier cela.

***

Merci de nous mettre ton "canevas" (ben oui) à disposition.
As-tu ajouté des développements de ces personnages ou ne sont-ils que des noms ? (Y a-t-il des fiches de PNJ ?)
S tu as des documents concernant ta préparation de MJ complète, je suis preneur. ;)
Frédéric
 
Message(s) : 3842
Inscription : 14 Juil 2006, 17:45
Localisation : Poitiers

Message par Meta » 01 Août 2009, 11:57

Je répondrai lundi. Je suis en partie Lesser shades of evil durant trois jours pour 40 heures de jeu.

Mais je suis assez amusé par tes dernières remarques : s'il m'est arrivé d'avoir une absence de scénario à Vampire, je l'ai rarement fait avec d'autres jeux ; or, ce week-end, nous jouons 40 heures, et je n'ai pas écrit une ligne de scénario : tout découle des personnages. Je pense qu'on va pouvoir comparer !!
Meta
 
Message(s) : 315
Inscription : 20 Nov 2008, 21:47
Localisation : Toulouse

Message par Christoph » 01 Août 2009, 12:24

Hello

Fréd, on fera du Sorcerer ensemble si tu le veux.

Je n'ai pas donné plus d'informations concernant le fait que Thomas remet en cause sa participation, car ce n'est pas le but de ce rapport (c'est une question encore ouverte de toute manière). La même partie qui a fait tiquer Thomas était la partie préférée de Julien. Disons qu'il y a sûrement une question de goûts personnels, qui n'ont pas besoin d'être justifiés, juste reconnus.

J'ai ce diagramme et deux trois notes torchées sur quelques bouts de papier, concernant des événements qui se sont passés entre PNJ. Je n'ai pas fait de vraie fiche de PNJ (quelques numéros, trop abstraits pour être pertinents dans le cadre de cette discussion je crois), l'essentiel est en fait dans ma tête (j'ai une très forte vision de ce qu'est cette ville, j'avais besoin de faire cette campagne). A partir de la cinquième session j'avais listé quatre ou cinq points qui seraient bien d'être abordés vu les événements précédents.
Sur la Forge il y a:

Axel, je me réjouis de te lire au sujet de cette partie! Je serai moins disponible ces prochaines deux semaines, ça risque donc de prendre un peu de temps.

40 heures en une fois? C'est monstrueux (nous on fait des séances de 3h environ, on en est donc à 15h de jeu sans compter la préparation).
Christoph
modo-admin
 
Message(s) : 2949
Inscription : 07 Sep 2002, 18:40
Localisation : Yverdon, Suisse

Message par Meta » 01 Août 2009, 17:10

Christoph a écrit :
40 heures en une fois? C'est monstrueux (nous on fait des séances de 3h environ, on en est donc à 15h de jeu sans compter la préparation).


3 fois 13 heures, en fait. 3 jours. Pas 40 heures d'un seul coup.

3h, je ne peux pas. 3h, c'est ce qu'il me faut pour commencer à m'immerger dans mon personnage ! ^^
Meta
 
Message(s) : 315
Inscription : 20 Nov 2008, 21:47
Localisation : Toulouse

Message par Christoph » 05 Août 2009, 11:19

Hello

Question purement rhétorique, peut-être source d'un nouveau rapport de partie:

Trois heures pour t'immerger dans ton personnage? Que fais-tu alors quand tu es MJ?

Je conçois l'immersion pour un joueur dans Sorcerer comme aussi importante que celle du MJ. C'est-à-dire sympathique quand cela arrive, mais voilà (surtout qu'il y a autant de définitions d'immersion que de rôlistes jusqu'à preuve du contraire).
Christoph
modo-admin
 
Message(s) : 2949
Inscription : 07 Sep 2002, 18:40
Localisation : Yverdon, Suisse


Retour vers Parties

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron