[Polaris] Patricide (réflexions sur les phrases clés)

Cette rubrique sert à parler de vos parties ! C'est la rubrique maîtresse, que ce soit pour chercher des principes fondamentaux du jeu de rôle, demander de l'aide sur un jeu, discuter de notre culture ou pour partager vos coups de cœur.
Règles du forum
étiquette et esprit des rubriques générales

[Polaris] Patricide (réflexions sur les phrases clés)

Message par Christoph » 25 Déc 2006, 14:14

Il y a bien longtemps, les gens mourraient au bout du monde.


Ouais, j'ai pu rejouer à Polaris!

Voici un rapport ciblé pour illustrer quelques emplois des phrases clés. Je mets de côté le contexte plus général pour l'instant. J'aimerais donc juste présenter un joueur, une scène, puis parler des phrases clés à partir de là.

Ca reste très long à lire et peut-être un peu abstrait si vous n'avez jamais joué. Donc pour faire court, la scène vaut sûrement le coup pour se faire une petite idée de Polaris!


Un joueur (sympa)

Je vous dis juste quelques mots sur Jonas, les deux autres n'ayant pas participé à la scène que je vais présenter.
J'avais joué une fois avec lui (Biodiversité à Chinatown), il avait joué quelques fois à SLA Industries auparavant, mais je crois que c'est tout. Quand je lui ai proposé de faire du JdR où l'on "raconte des histoires", ça l'a tout de suite intéressé!
Parmi les jeux (MLwM, Pool, mon AFdR, ...) dont je lui avais parlé avant de jouer, Polaris semblait le brancher particulièrement (grâce aux phrases-clés).
J'avais expliqué les règles et le contexte imaginaire en vitesse, puis laissé tout le monde créer leurs personnages, ce qu'ils firent tous sans souci.


Un personnage (qui a de la gueule)

L'espoir n'était pas encore perdu, car Heka entendait encore le chant des étoiles.

Heka était le personnage de Jonas. C'est un chevalier stellaire exilé dans les plaines glaciaires et désertiques, recueilli par des nomade dont le chef s'appelle Alcor. Kitalpha est dans la partie Pleine Lune (politique) et se réclame descendante du roi Polaris. Zaurak est un démon, sans plus de précisions.

Comme Thèmes:

Aptitudes: Connaissance des démons (par défaut)
Bénédictions: Epée stellaire (par défaut), Vent blanc (démon captif)
Charge: Chevallier de l'ordre stellaire (par défaut), Exilé
Destin: Le Sud (commun aux quatre personnages, décidé en commun après la création de perso)


Une scène (de mémoire)
    Jonas: C'est ainsi que, dans la tente d'Alcor, Heka s'entretenait avec son ami au sujet de la tribu...
    Christoph: Pendant ce temps, Zaurak glissait d'ombre en ombre et de tente en tente, à la recherche d'une proie. Rapide et impitoyable, il fond sur une fillette entrant dans sa tente et la dévore instantanément!
    J: Seulement si des gardes l'aperçoivent et criblent le démon de flèches!
    C: De surcroît Zaurak s'enfuit à vive allure, fonce dans la tente où se tiennent Alcor et Heka et renverse un poteau avec tant de force qu'Alcor, frappé à la tempe, décède! [coché Charge (Exilé - lien avec Alcor)]
    J: Vous exigez bien trop! [coché Aptitude (Connaissance des démons - pas si forts)]
    C: De surcroît Zaurak traverse la tente où se tiennent Alcor et Heka puis s'enfuit à vive allure. Heka a trop peur de le suivre seul... [Jonas avait proposé plus tôt dans la soirée que son personnage essaierait de redevenir honorable aux yeux des chevaliers stellaires]
    J: [Choisit la deuxième variante] Il n'en sera rien! [Echec, le Zèle d'Heka baisse d'un point tandis que son score de Glace augmente.]
Fin de ce premier conflit et le démon s'enfuit donc de par les plaines désertiques, pendant qu'Alcor convainc Heka de le poursuivre avec quelques hommes, ce qu'il accepte.
Jonas décrit les guerriers montés rattrapant l'hideux démon criblé de flèches et comment Heka, arrivant à sa hauteur, lui tranche la tête d'un coup net de son épée!
Je vois ça comme un conflit, donc:
    C: Seulement si, après avoir roulé quelque peu sur la glace, la tête s'immobilise et lui sourit affreusement: c'est le visage de son père!
    J: De surcroît, le père avait été toute sa vie un tyran méprisé de tous, banni il y a peu. [Là j'avoue que je ne fais pas justice à Jonas, c'était bien mieux décrit! Je ne sais plus quel thème avait été coché... honte à moi. Ca aurait très bien pu être lié à l'Exil de son perso.]
Et là j'étais ennuyé!
J'avais une idée très simple qui me tenait à coeur:
    seulement si Heka aime son père.
Mais je ne pouvais que poursuivre avec de surcroît, vous exigez bien trop ou il n'en sera rien!
Les deux premiers demandent l'épuisement d'un Thème approprié. Puisque j'avais déjà épuisé la Charge, il ne restait rien d'approprié! Grrr...
(Bon, un lecteur vif d'esprit aurait peut-être trouvé quelque justification avec le Sud ou que sais-je. Mais sur le moment, je ne voyais pas comment ne pas capilotracter une justification absurde. Vae victis!)
Il n'en sera rien! était désormais plus risqué, vu qu'Heka avait perdu du Zèle et gagné en Glace... mais au moins je tenterais ainsi d'enlever l'honorable justification du patricide. (Trop facile!)
    C: Il n'en sera rien! [Echec pour moi...]
    J: C'est ainsi que Heka put retourner triomphalement au campement.

Une série de réflexions (...)

Voilà, maintenant, je rentre dans le gras du sujet, attention les vélos!

Vous exigez bien trop!

Quand j'ai découvert le jeu, je n'aimais pas trop cette phrase qui permettait de mettre de l'eau dans son vin. En effet, une des utilisations stipule qu'il s'agit de donner une alternative moins extrême. Non seulement trouvais-je cela lâche, mais aussi avais-je peur que quelqu'un se lance dans une surenchère, sachant qu'on lui demanderait de faire moins fort, en épuisant un Thème au passage.
Entre temps, j'ai vu qu'il n'y avait pas lieu de s'inquiéter. En effet, il me semble que les joueurs feront attention à rester dans ce qui est acceptable d'un point de vue crédible (je ne suis ni le seul à décider de cela, ni le seul qui s'y intéresse pardi!) Ceci dépend de l'entente commune du groupe bien sûr, de la manière dont l'univers a été adopté, mais si vraiment quelqu'un raconte un truc trop délirant, il suffit que les autres le regardent dans les yeux et lui fassent comprendre gentiment qu'il dépasse les bornes. Ceci dépasse donc l'utilisation des règles.
Par contre, je peux désormais tout à fait envisager une situation extrême et dans le ton où l'un des deux est prêt à continuer à condition d'y aller un peu plus délicatement. Soit. (Bon, ça reste un emploi dont je me méfie, mais ça me regarde maintenant.)

En fait, je voulais surtout parler de l'autre emploi, qui permet de formuler une alternative différente. Ca j'aime mieux! On peut rester dans le vif tout en évitant de casser ce à quoi le joueur tient beaucoup!
Seulement, l'emploi le plus intéressant que j'y trouve, c'est de formuler un dilemme entre deux choses que l'autre joueur préférerait voir intacte!
Ainsi dans cette partie, je suspectais bien que Jonas tenait d'une certaine façon à ce bon Alcor qui avait recueilli Heka. Hop, je tente de le tuer. Il ne veut pas? Alors qu'en est-il de cette histoire d'honneur à retrouver? Jonas répond que l'honneur lui importe moins, mais pas tant que ça, puisqu'il enchaîne avec Il n'en sera rien! pour tenter de sauver la mise.
Je trouve ces instants de jeux tout simplement géants!

Dès à présent, je dirai à mes Fourvoyés de ne jamais mettre de l'eau dans mon vin, mais de me laisser le choix entre deux poisons!

De surcroît, (...)

Ca c'est une phrase qui m'a toujours plue. Pensez donc, on enfonce le clou encore d'avantage! (Au cas où, je ne suis pas sado-maso, j'aime juste bien une généreuse dose de tragédie épique dans mon Polaris.)
Donc, première utilité: on accule son adversaire, c'est l'escalade de la violence, faut sortir la grosse artillerie ou se soumettre. (Non mais je vous jure, je suis gentil.)

Deuxième utilité qu'illustre cette scène: on entre dans le domaine des Thèmes du personnage.
Que sont les Thèmes au fait? Grosso modo, il s'agit des quelques idées centrales à votre personnage. Ce que vous avez envie d'explorer en cours de partie, du moins tant qu'ils restent sur la feuille de perso.
Comme le montre la scène, il ne reste plus grand chose pour continuer un conflit après cette phrase. Il faut des Thèmes appropriés pour poursuivre, on garantit ainsi un certain respect de l'esprit du personnage. Jonas n'avait pas ajouté de Thème en rapport avec son père, mais en rapport avec son Exil. Ca a influencé la partie.
Vous voulez protéger votre personnage? Prenez des risques!
A moins que...

Il n'en sera rien!

L'ultime ressort du chevalier poussé à bout! Ca passe ou ça casse!
Et le Fourvoyé peut également l'utiliser pour tenter de briser un Coeur qui s'est réfugié dans ses Thèmes (cf. ci-dessus).
Bien sûr, un échec pour le Coeur signifie un jet d'Expérience, qui peut à son tour signifier une chute de Zèle, ce qui rapproche inexorablement le personnage de sa fin tragique.
Il est vrai aussi qu'avec le temps, cette phrase devient plus sûr à utiliser. Il peut donc être intéressant de faire souffrir son personnage quelques fois afin de lui assurer une suite plus sûre. Mais ça fait mal. Et dans le fond, c'est toujours un rapprochement de la fin quand même.

Parfois encore, il est nécessaire d'échouer un de ses jets, car l'autre possible résultat d'un jet d'Expérience, c'est d'effacer toutes ces petites coches à côté des Thèmes, qui vous entravent tant dans votre maîtrise du récit...


La peau de chagrin (conclusion)

En fin de compte, tout ça pour dire qu'il est tout à fait possible de jouer son personnage à fond sans prendre le risque de le "déprotagoniser" (c'est-à-dire lui faire faire des choses qui ne correspondent pas à votre vision du tout).
Bien sûr, les Thèmes peuvent se résoudre de façon négative pour votre personnage, mais on reste dans le sujet.
Néanmoins, tout comme la peau de chagrin, plus on s'appuie sur ces phrases clés puissantes, plus on est rapidement amené à sa fin!

Une fois, il faudra que je tente la voie plus tranquille des seulement si, afin de ménager l'avenir du personnage.
En même temps, je suspecte que le Fourvoyé aura tôt fait de me titiller suffisamment pour que je réagisse! En tout cas, c'est ce que je fais quand je joue Fourvoyé...


Tout ceci s'est déroulé il y a fort longtemps et il n'y a maintenant plus personne qui s'en souvient.
Christoph
modo-admin
 
Message(s) : 2949
Inscription : 07 Sep 2002, 18:40
Localisation : Yverdon, Suisse

Message par Christoph » 10 Jan 2007, 01:37

On vient de finir la deuxième partie, et c'était le délire!

En gros, Heka revient en ville et est accueilli en triomphe pour avoir tué le tyran démoniaque qu'était devenu son père.
Il se donne comme objectif d'aller jeter le corps dans le Fourvoiement, la grande abyme qui a détruit la ville de Polaris il y a fort longtemps, mais avant il veut voir sa mère qu'il n'avait plus revu depuis des lustres. Mais elle est absente, tant pis...
En route, il surprend un démon en train d'agresser une belle femme. Il la libère et ils tombent instantanément amoureux l'un de l'autre.
La nature, les abeilles, les fleurs... c'est le pied!

Ce n'est qu'après coup qu'il se rend compte que c'était sa mère! (Je suis un salaud... mais j'avais vraiment envie de placer le complexe œdipien, désolé.)

Il préfère ne rien lui dire et se précipite vers le Fourvoiement et y balance le corps de son père. Une lumière l'enveloppe et lui confère des pouvoirs extraordinaires (y avait une histoire de prophétie se réalisant). Heka comprend que c'est en fait son père qui l'aimait qui lui transmets ainsi ses pouvoirs. (Je suis un affreux...)

C'est ainsi que Heka observait les abîmes, une unique larme coulant le long de sa joue. (Tout honneur à Jonas pour jouer à fond le jeu tragique de son perso!)

(Il lui reste deux points de Zèle après deux parties, encore deux pertes et Jonas peut commencer à demander sa mort.)


De mon côté, mon perso s'est fait piéger par des cultistes à la solde du sorcier des ombres. Celui-ci lui propose un pacte ou la torture. Je choisis la torture (mon perso ne peut pas mourrir).
Jonas s'amuse un moment à décrire les tortures, et quand il en arrive à chatouiller les entrailles du preux chevalier, je lance un "seulement si le sorcier y lit sa propre mort par les mains de son prisonnier".
Prenant peur, il décapite mon perso et le jette dans une fosse.
Il en ressort plus tard, la tête sous le bras, récupère son faucon et son cheval, morts eux aussi, et le trio s'en va au Sud.
Le Soleil a d'autres plans pour Minkar. (Note: le Soleil est un peu l'équivalent de l'apocalypse dans ce monde... c'est donc considéré comme une trahison et j'ai rajouté sous le thème Destin: "Le Soleil, mon maître")


Sinon on a eu droit à des tentatives de nécromancie sur propre mère (mais une autre...), un Don Quichotte particulièrement à côté de la plaque et un gros incendie.


Mon jeu préféré, à coup sûr.
Christoph
modo-admin
 
Message(s) : 2949
Inscription : 07 Sep 2002, 18:40
Localisation : Yverdon, Suisse


Retour vers Parties

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)

cron