[Monostatos] Mon expérience de publication

Pour parler de tout ce qui touche à la publication, que ce soit un simple document à présenter sur un site web, un pdf à vendre sur un site pro ou carrément de l'impression sur du vrai papier d'arbre.
Règles du forum
étiquette et esprit des rubriques générales

[Monostatos] Mon expérience de publication

Message par Fabien | L'Alcyon » 01 Nov 2012, 14:14

Je vais décrire ici comment je suis passé d'un document de traitement de texte au livre en dur, c'est-à-dire comment j'ai publié Monostatos.
Je le fais afin de transmettre les compétences que j'ai acquises: je crois qu'il est essentiel pour l'indépendance de partager nos expériences et de rendre publique la manière dont on publie un jeu, pour donner aux auteurs de jdr les moyens de leur autonomie.
Je ne souhaite pas particulièrement débattre ici de la raison pour laquelle j'ai choisi telle solution plutôt qu'une autre, je cherche avant tout à transmettre ce que j'ai appris. Je me bornerai à pointer les avantages et les contraintes de mes choix. Si vous avez d'autres solutions à proposer, n'hésitez pas à en faire votre propre rapport de publication, pour partager votre expérience et en faire profiter les autres (et une solution ou un choix se comprend beaucoup mieux dans le contexte de la démarche de publication qui l'entoure). Tout ceci est bien sûr lié aux questions d'indépendance et à un modèle économique, mais j'en parlerai également plus tard.
N'hésitez pas à me demander des précisions sur telle ou telle tâche dans le processus, j'y réponds volontiers: ce fil est fait pour ça. Si vous lisez ce sujet alors qu'il est fermé, vous pouvez également m'écrire par mail pour me poser des questions.

Mise en forme et mise en page
J'ai démarré, dès le tout début, par la lecture de ce document qui m'a beaucoup aidé et m'a permis de comprendre rapidement de nombreuses choses sur les traitements de texte et la mise en page. Merci à Alias pour ce formidable travail !
Après, c'est de l'huile de coude et de l'essai-erreur. J'ai rédigé entièrement Monostatos sur Word de Microsoft et j'ai également fait ma mise en page ainsi.
Pour le traitement (de base) des images, j'ai utilisé une vieille version d'Adobe Photoshop (6.0) récupéré grâce à ma soeur, mais il existe des logiciels de retouche d'image gratuits comme Gimp. Là aussi, pas mal de système D (comme débrouille) pour apprendre à s'en servir.
Etant donné mon niveau de compétence et celui de mes outils, j'ai préféré rester dans une mise en page honnête et simple, qui conserve un bon confort de lecture sans me demander d'efforts excessifs.

Relectures
La relecture est essentielle à la qualité formelle de votre jeu pour deux raisons:
  • sans fautes et avec un langage correcte, la lecture n'en sera que plus agréable
  • il est important que vos intentions et la description des règles soient claires: les contresens peuvent être mortels pour l'expérience de jeu
Donc, deux types de relectures pour lesquelles il faut faire deux types de demandes:
  • relectures sur la qualité du texte, pour lesquelles je vous encourage à faire appel à des non-rôlistes, étrangers à la littérature de l'imaginaire, qui sauront particulièrement bien pointer du doigt les obscurités du texte qui vous semblent évidentes
  • relectures accompagnées de tests, durant lesquelles les joueurs vous diront ce qu'ils n'ont pas compris, et dans le rapport de partie émergera en quoi les règles peuvent être mal interprétées (dans cette deuxième optique, je vous invite à jeter un oeil aux consignes de relecture que j'ai posées pour Monostatos ici, que j'ai pensées pour permettre des retours optimaux)
J'ai fait l'erreur de mélanger les types de relectures, faisant travailler deux fois mes relecteurs pour les mêmes fautes, ne la répétez pas.

Illustrations
Les illustrations sont à n'en pas douter un enjeu majeur dans la publication de votre jeu: c'est le premier outil de communication et c'est malheureusement souvent à ses illustrations (en particulier la couverture) qu'on va juger votre jeu de prime abord. Donc, sauf si vous êtes un petit malin capable d'illustrer son propre jeu, ça vaut le coup de chercher un professionnel.
En ce qui me concerne, j'ai rencontré Tresadenn dans un groupe de jeu à Strasbourg et il m'a finalement proposé de faire les illustrations de Monostatos. Le hasard des rencontres autour de tables de jeu ou de conventions est sans doute une des meilleurs approches.
J'ai deux conseils à vous donner concernant le travail d'illustration si vous faites appel à un illustrateur extérieur:
  1. Avant d'approcher un illustrateur ou une illustratrice, assurez-vous bien que son style correspond à ce que vous aimeriez que ses illustrations disent sur votre jeu. Les illustrations sont autant un moyen de transmettre des informations au lecteur que le texte (même si c'est d'une manière différente). Est-ce que le style de l'illustrateur/trice qui vous plaît correspond bien au ton et à l'esthétique de votre jeu ? Est-ce que son trait et les sujets qu'il/elle aime sont en accord avec ce que vous recherchez ? Cela veut aussi dire que vous pouvez faire appel à différents illustrateurs selon les jeux que vous sortirez.
  2. Ne négligez pas la relation avec votre illustrateur. Prenez le temps de présenter votre projet (faites-le ou la jouer à votre jeu si possible), prenez le temps de formuler ce que vous souhaitez et comment vous le souhaitez. En ce qui me concerne, c'est Tresadenn qui a pris l'initiative en m'envoyant un questionnaire à remplir sur mon jeu pour lui donner le ton et qui a continué de me proposer de discuter ses brouillons ensemble tout au long du processus de création de ses illustrations. Merci à lui !
Je ne connais pas les tarifs de l'illustration, ni les pratiques associées (pourcentage des ventes ? avances ?). Après consultation de Romaric et Frédéric, j'ai proposé à Tresadenn d'être rémunéré 2€ par exemplaire de Monostatos vendu. C'est un effort réel mais raisonnable de ma part, et si j'en vends 100 (ce qui est en bonne voie à l'heure où je vous parle), il sera rémunéré 200€ pour son travail, et plus si le jeu marche mieux. Je reviendrai sur l'avantage de cette rémunération dans un fil sur mon modèle économique.
Utilisez les illustrations pour accompagner le texte, rendre plus concrètes des descriptions abstraites. Utilisez-les également pour reposer le lecteur, les longs textes peuvent être épuisants.

Obligations légales: ISBN, dépôt légal et prix
Rappelons en introduction, que je ne suis pas un spécialiste du droit et ne prétends pas l'être. De plus, tout ce que je dis ici ne vaut que pour les Français : je ne sais pas comment ça se passe ailleurs. Voici néanmoins quelques éléments légaux et administratifs importants.
Il est important pour vous d'obtenir un ISBN pour la création de votre livre. Un ISBN est une suite de chiffres qui identifie votre publication au niveau international et la rend unique. C'est important d'en attribuer un à vos publications pour deux raisons:
  1. c'est utile si vous comptez distribuer votre jeu
  2. pour pouvoir déposer votre publication à la Bibliothèque Nationale de France, ce qui est une obligation légale et surtout permettra à votre jeu d'être conservé pour le futur et de continuer à être disponible pour des chercheurs dans 50 ans
Obtenir un ISBN est extrêmement facile. Sur le site de l'AFNIL vous trouverez le formulaire à remplir et à envoyer par mail sous « Vous n'avez pas de segment ISBN et vous souhaitez obtenir un numéro ». Ils vous répondent par mail dans les 48h (dans mon expérience) et par courrier dans la semaine. Rapide et efficace.
Votre ISBN doit figurer sur la première ou la deuxième page de votre publication, ainsi que sur la quatrième de couverture. Veillez bien à respecter ces contraintes et à les vérifier dans les documents de l'AFNIL.
Vous pouvez générer aisément un code-barre à partir de l'ISBN grâce aux multiples logiciels gratuits que vous trouverez sur le net.
Le dépôt légal à la BNF est obligatoire et permet de voir votre jeu être conservé aussi longtemps que la Bibliothèque Nationale de France existera, tout ça en envoyant simplement un de vos ouvrages (en-dessous de 200 exemplaires de tirage) avec un formulaire rempli en trois exemplaires.
Enfin, concernant le prix, n'oubliez pas que en France suite à la loi Lang
  1. il est fixe
  2. il doit être imprimé sur la couverture (ce que je n'ai pas fait pour Monostatos).

Lulu.com
Lulu est un site d'impression à la demande, ce qui veut dire que vous, créatrices, créateurs, pouvez envoyer votre pdf ainsi qu'une image pour la couverture et vous pouvez commander rapidement des exemplaires de votre jeu. De plus, les internautes peuvent commander votre jeu et le recevoir chez eux.
De mon point de vue, Lulu offre de nombreux avantages:
  1. puisque je n'ai pas eu à imprimer les ouvrages, je n'ai pas eu à avancer le moindre centime pour passer par Lulu ; donc si Monostatos se plante, je ne perds pas d'argent
  2. Lulu se charge entièrement de la distribution du jeu par VPC et du service après-vente pour (seulement) 20% de la marge brute (= prix moins coût de fabrication du livre), ce qui serait impossible pour moi sinon (j'habite un petit appartement et je n'ai pas le temps de faire de la distribution)
  3. les prix de Lulu me semblent tout à fait corrects (un exemplaire de Monostatos coûte 4,20€ à produire)
Lulu a aussi des désavantages:
  1. on ne peux pas choisir la qualité du papier, et certaines options (rabats de couverture par exemple) ne sont pas disponibles ou coûtent très chers (pages couleur, couverture cartonnée)
  2. l'achat de jdr via Lulu n'est pas très répandu parmi les rôlistes et parfois mal vu ; avec Monostatos, je travaille à faire changer cela
Lulu a un excellent service après-vente (je l'ai constaté en commandant moi-même des jdr chez eux) mais il demande un peu plus d'huile de coude pour les auteurs. Voici donc les quelques infos importantes et pas très faciles à trouver:
  • Type de pdf Lorsque vous enregistrez votre pdf, il vous faut vous assurer que les polices que vous avez utilisé sont intégrées au pdf que vous envoyer. Si, comme moi, vous utilisez Word, la meilleure manière de le faire, lorsque vous enregistrez votre fichier en pdf, d'aller dans Enregistrer sous / Fichier PDF ou XPS / Options et de cocher la case "Compatible ISO 19005-1 (PDF/A)"
  • Illustrations à bords perdus Lorsque vous disposez les illustrations pour votre jeu, faites attention à celles qui touchent le bord. On les appelle des "illustrations à bords perdus". Si vous ne laissez pas une marge supplémentaire conséquente sur les bords de chaque page de votre fichier, vous risquez de voir apparaître des bandes blanches sur ces bords. Cela est dû au fait qu'il y a des marges d'erreur à la découpe et que votre image doit donc dépasser le bord de votre fichier pour ne pas laisser apparaître ces bandes blanches. Lulu vous donne ici le format du fichier que vous devez envoyer en fonction du format que vous voulez imprimer. J'y suis arrivé sur Word en jouant avec le format (en allant dans Mise en page / Taille / Autres tailles de papier pour avoir un format de fichier adapté), et en modifiant ensuite les marges (sous Mise en page / Marges / Marges personnalisées).
  • Couverture Pour élaborer votre couverture vous-mêmes, vous aurez besoin de bonnes connaissances en logiciels de retouche d'image (j'y suis arrivé en deux jours de travail sans aide extérieure). Là aussi, il y a des bords perdus à respecter, ainsi que la tranche à prendre en compte. Toutes les informations de dimensions sont disponibles ici.
Dans tous les cas, n'oubliez pas de commander un exemplaire de test pour vous assurez que tout est bien comme vous le souhaitez, avant de mettre votre jeu en vente. S'il y a des problèmes (mineurs), vous pourrez toujours l'utiliser pour le dépôt légal. Personnellement, les exemplaires de Monostatos que j'ai commandés ont immédiatement été comme je le souhaitais et sans erreur d'impression.

Communiquer par un site internet
Comme pour les illustrations, c'est une question de communication. Vous devez donc d'abord vous demander ce que vous voulez transmettre comme message: OK vous voulez faire la promotion de votre jeu, mais comment ? Et il y a-t-il d'autres infos à faire passer ? Lesquelles et pourquoi ?
En ce qui me concerne, j'ai fait différents choix pour le site de L'Alcyon
  1. Je veux que celles et ceux qui achètent Monostatos puissent faire un choix éclairé. Donc, je donne un maximum d'informations: rapports de partie, émissions radio, critiques extérieures... Les indépendants anglophones font beaucoup cela également, Ben Lehman va même jusqu'à présenter ses jeux avec deux rubriques "Pour quelles raisons vous devriez jouer à ce jeu" et "Pour quelles raisons vous ne devriez pas jouer à ce jeu", l'exemple de Polaris est frappant.
  2. J'ai voulu que mon site soit un lieu militant, décrivant ma position, mon choix de l'indépendance et comment j'aimerais faire évoluer le milieu du jdr. Je compte aller plus loin à terme en ouvrant une page de ressources et d'information pour les indépendants.
  3. J'ai voulu que mon site soutienne d'autres jeux et initiatives qui me plaisent, notamment d'autres jeux indépendants pour lesquels la recommandation est essentielle. D'où ma page de liens, entre autres pour donner une liste de jeux à essayer aux auteurs débutants.
Mettre en place un site internet
Mettre en place votre site est moins difficile qu'il n'y paraît. Sans rien y connaître ni pratiquer de code, le mien m'a demandé deux jours de travail du début à la fin (et ce ne sera plus à refaire pour mes prochains jeux).
Voici comment j'ai procédé, sur les bons conseils de Frédéric. J'ai créé un compte et acheté un nom de domaine chez OVH. J'ai pris le deuxième niveau d'hébergement ; en comptant la TVA, je paie 28.56€ par an.
Dans la partie "Modules", j'ai installé Wordpress. En me rendant à l'adresse du site, j'ai pu atteindre l'administration elle-même. Le module Wordpress permet d'obtenir grosso-modo ce qu'on veut pourvu qu'on prenne le temps de farfouiller. J'ai aussi installé l'extension PageLines, mais sa version gratuite est surtout une usine à gaz mal pratique, j'ai du mal à vous la recommander mais je n'en connais pas d'autre.
Pour la manipulation du ftp, c'est-à-dire le lieu où sont hébergés les fichiers de mon site (images, pdf, et notamment la favicon), j'ai installé le logiciel gratuit FileZilla.

Label
Lié à la question du site, vous pouvez être tenté de mettre en place un label, comme je l'ai fait. Cela demande juste de se créer un logo, en manipulant un logiciel de retouche d'image (ce que j'ai fait) ou en faisant appel à votre illustrateur/trice. C'est également un élément de communication, mais d'un autre ordre. Sur le long terme, si mes jeux ont du succès, j'espère que ce label - au même titre que mon nom - sera associé à des jeux de qualité. C'est également pratique lorsqu'on demande qui est l'éditeur (pour les conventions ou sur d'autres sites internet par exemple): le label remplit très bien cette fonction de porte-nom.

Avantages et contraintes de ce fonctionnement
Tout d'abord, ce fonctionnement demande une certaine dose de formation en autodidacte, en prenant du temps à lire sur les forums et internet et à faire de l'essai-erreur. Ca m'a pris un peu de temps (mais pas tant que ça), mais maintenant je sais manipuler convenablement un logiciel de retouche, j'en ai appris beaucoup sur le traitement de texte et je sais construire un site internet et publier un livre de A à Z.
Ensuite, comme vous l'avez vu, cela pose un certain nombre de contraintes sur la forme de l'ouvrage, en particulier pour la mise en page. A nouveau, il me semble important pour l'indépendance de rappeler qu'il ne faut pas idolâtrer la forme et se rappeler que la qualité d'un jeu (= le plaisir qu'il procure lorsqu'on y joue réellement, pas quand on ne lit) ne dépend pas de la qualité de l'ouvrage. Je défends l'idée qu'on peut publier d'excellents jdr dans des ouvrages sobres et de bonne facture. La qualité excessive des ouvrages peut devenir une barrière à l'entrée de nouveaux auteurs (seuls ceux qui ont accès aux bonnes compétences peuvent publier), et donc finalement appauvrir le jdr en général.
Le plus gros avantage reste évidemment de me donner les moyens d'être indépendant, avec un effort relativement petit et à moindre frais (j'ai avancé très peu d'argent). Il y a un vrai plaisir à tout maîtriser du début à la fin et d'en être le seul responsable - en bien comme en mal. Et tout ceci me permet de me passer d'un certain nombre d'intermédiaires, donc d'augmenter la marge que je reçois, ce qui me donne plus de libertés - mais on en reparlera dans une discussion dédiée au modèle économique de Monostatos.
Vous noterez aussi qu'il y a plusieurs décisions prises en prenant en compte le long terme (le label, le dépôt légal...). Pensez-y. J'espère bien que Monostatos ne sera pas mon unique jeu et que j'entame là une carrière d'auteur de jdr, parce que c'est en ayant une action sur le long terme qu'on pourra changer le jdr en profondeur et permettre à son potentiel fabuleux de s'épanouir pleinement.
Monostatos, jeu de rôle héroïque et mystique : site de L'Alcyon et page Facebook
Ma sélection de jdr indépendants à essayer

Le forum de L'Alcyon a déménagé sur Les Ateliers Imaginaires !
Fabien | L'Alcyon
 
Message(s) : 533
Inscription : 29 Août 2009, 15:15
Localisation : Paris

Re: [Monostatos] Mon expérience de publication

Message par shiryu » 01 Nov 2012, 15:39

mes respects
Je me souviens que tu avais posé la question sur un autre fil "monostatos est-il un jeu professionnel ?". Je peux répondre aujourd'hui "j'en sais rien mais je sais que c'est le jeu d'un professionnel.". (j'espère ne pas me planter avec prosopopée, pitié...)
shiryu
 
Message(s) : 296
Inscription : 18 Juin 2012, 18:00

Re: [Monostatos] Mon expérience de publication

Message par Frédéric » 01 Nov 2012, 18:17

Excellent !
Je n'aurais pas grand chose à ajouter si j'ouvrais un sujet similaire. Donc bravo, j'espère que ce partage sera utile à d'autres.
Frédéric
 
Message(s) : 3842
Inscription : 14 Juil 2006, 17:45
Localisation : Poitiers

Re: [Monostatos] Mon expérience de publication

Message par Lionel (Nonène) » 01 Nov 2012, 19:03

Merci pour ce témoignage. C'est intéressant
Lionel (Nonène)
 
Message(s) : 728
Inscription : 13 Déc 2005, 15:16

Re: [Monostatos] Mon expérience de publication

Message par Fabien | L'Alcyon » 01 Nov 2012, 20:50

Pourquoi une version papier ? Pourquoi pas de version pdf ?
On m'a demandé par mail privé pourquoi j'ai choisi de publier le jeu en papier, et pourquoi je ne l'ai pas publié en pdf (les deux étant possibles, d'autant que j'ai déjà créé un pdf pour l'impression papier sur Lulu). C'est une question qu'on m'a également posé ailleurs dans la communication autour du jeu.
J'étais au départ assez enthousiaste pour le pdf, notamment parce que ça me semble être un excellent moyen de réduire le coût du jeu d'une part parce qu'on n'a pas besoin de l'objet-livre, d'autre part parce que les frais de port sont d'autant plus réduits. Quasiment toute ma bibliothèque de jdr indépendant anglosaxon est en pdf (acheté pas piraté) pour ces raisons (et aussi parce que ça permet d'avoir le jeu immédiatement).

Néanmoins, en y réfléchissant, je suis devenu un peu plus hésitant - peut-être pour de mauvaises raisons.
Ecartons d'abord l'argument du piratage. Je ne crains pas le piratage, et en fait, je serai plutôt content que ça m'arrive parce que ça fait jouer au jeu, parce que ça veut dire qu'il est apprécié et recherché.
Ma réticence vient plutôt du fait que pour qu'un jeu tourne bien au bouche-à-oreille, j'ai le sentiment qu'il faut qu'il ait une présence physique sur la table de jeu ou même dans une bibliothèque. D'une part pour être joué (et pas oublié dans un dossier du disque-dur), d'autre part pour donner envie de le feuilleter et de le découvrir. D'autant que le pdf ne rendrait pas hommage au travail de Tresadenn, sa superbe couverture jouant beaucoup pour la communication de Monostatos.
L'existence du livre comme objet physique imprimé est aussi important pour sa durabilité dans le temps - il m'est souvent arrivé d'avoir envie de rejouer à des jeux juste après les avoir sorti d'une étagère poussiéreuse et avoir eu le plaisir de les feuilleter et de m'y replonger. Ca ne m'est jamais arrivé avec un pdf.

Par conséquent, Monostatos ne sera pas disponible en pdf au moins pour la première année d'existence du jeu. Je n'exclus pas de proposer une version pdf dans l'avenir quand le jeu sera un peu plus connu.
Voilà mes réflexions à ce sujet, à vous de vous faire votre propre idée (là aussi, je préfère que vous me parliez de votre expérience dans ce domaine plutôt que de débattre dans l'abstrait sur le pour et le contre).
Monostatos, jeu de rôle héroïque et mystique : site de L'Alcyon et page Facebook
Ma sélection de jdr indépendants à essayer

Le forum de L'Alcyon a déménagé sur Les Ateliers Imaginaires !
Fabien | L'Alcyon
 
Message(s) : 533
Inscription : 29 Août 2009, 15:15
Localisation : Paris

Re: [Monostatos] Mon expérience de publication

Message par Christoph » 01 Nov 2012, 21:05

Excellent Fabien, c'est ce genre de fils qui manquent sur silentdrift, et je te remercie d'avoir pris le temps de partager ton expérience avec nous tous !

J'allais te poser la question du papier et du pdf, mais tu m'as grillé. Très bonne réflexion à ce sujet. Petite remarque, pour ceux qui se posent la question : ce site ne défend pas l'idée que pour être un auteur, il faut publier un livre en papier. On peut publier un jeu terminé via support électronique (gratuit ou non). Vu certains messages privés que je reçois et des discussions que j'ai pu suivre, j'ai l'impression que trop de gens associent nécessairement la publication au papier, mais en ce qui concerne ce site, ce n'est qu'une possibilité. C'est peut-être une très bonne option, voire la meilleure pour beaucoup de projets, mais ça ce n'est pas à moi ni à ce site de le décider.

Une question très terre à terre : combien de temps as-tu consacré aux différents aspects de la publication (je te laisse voir si tu veux inclure la rédaction du texte final ici ou non, ça se discute) ? Le site internet a pris deux journées, qu'en est-il pour la mise en page, l'ajustement des fichiers graphiques, le fignolage pour être Lulu-compatible, etc. ? Combien de temps a-t-il fallu à Tresadenn pour effectuer les douze illustrations du jeu et son logo ?

Puisque tu parles de communication (en évoquant le site), est-ce que tu serais d'accord de nous parler des stratégies de communication sur Facebook, forums et autres sites ? Ton plan concernant la présence aux conventions ? Le temps que tu dois y investir ?

Merci !
Innommable: hurlez.
Zombie Cinema, en français dans le texte.
Christoph
modo-admin
 
Message(s) : 2949
Inscription : 07 Sep 2002, 18:40
Localisation : Yverdon, Suisse

Re: [Monostatos] Mon expérience de publication

Message par Fabien | L'Alcyon » 02 Nov 2012, 13:49

Découpage du temps
Il s'est passé grosso-modo huit mois entre le moment où le texte a été achevé (= je suis entièrement satisfait personnellement des règles) et la publication: j'ai fait mon appel à la relecture et au test le 3 mars et que le jeu a été publié le 20 septembre. Sachant qu'entre les deux il y a eu (dans le désordre):
  • la relecture
  • les tests extérieurs
  • la demande et l'exécution pour les illustrations
  • les travaux de mise en page
  • la construction du site internet
  • le fignolage personnel du texte
Maintenant, c'est délicat d'être plus précis parce que je n'ai pas tenu les comptes pour chaque tâche, qui se sont souvent émiettées sur plusieurs mois (la prise en compte des relectures par exemple, à mesure que je les recevais) et qui dépendaient souvent les unes des autres (par exemple, la mise en page est hautement dépendante des contraintes de Lulu). Les huit mois s'expliquent en grande partie parce que les relectures et surtout les tests prennent du temps, et à cause des deux mois d'été au milieu. J'ai même eu de longues périodes où je ne touchais pas à mon jeu, je ne faisais qu'attendre les retours de l'extérieur.

Je crois que le plus gros travail a été celui de la mise en page, développons un peu le sujet.
J'ai mis beaucoup de temps pour la mise en page et surtout beaucoup d'efforts et de pétages de plomb, parce qu'utiliser Word pour de la mise en page, c'est comme trier des petits pois avec des gants de boxe: c'est possible, mais c'est vraiment pas pratique. Mais comme je n'ai pas pris le temps d'apprendre à utiliser un logiciel de mise en page, j'ai dû faire avec. Dans la mise en page, j'inclus différentes tâches:
  • établir des styles et choisir une police pour l'ensemble du document (ce que j'ai fait il y a un moment, toujours en suivant les conseils du document d'Alias)
  • passer en A5 ; au départ, je pensais le faire en A4, mais Fred m'a convaincu du contraire en arguant que ce serait plus agréable à lire et à manipuler
  • rendre le fichier compatible pour Lulu, ce qui se limite en fait strictement à l'ajout des marges supplémentaires pour les illustrations à bords perdus dont je parle plus haut
  • s'assurer qu'il n'y avait pas de lignes qui disparaissait, de titre mal utilisé, etc.
  • mettre les saut de page aux bons endroits pour rendre la lecture plus agréable
  • placer les illustrations aux endroits pertinents, de manière à ce qu'elles correspondent bien au texte et qu'elles soient répartis correctement dans l'ensemble du texte
Donc c'est tout un travail, long et parfois fastidieux, à reprendre régulièrement. A la louche, je dirais que ça m'a pris quelque chose comme six heures par mois, réparties un peu tout le temps.

Tresadenn m'a fait le logo début de l'été 2009, la couverture vers septembre 2010 (si je me souviens bien), donc tout ceci était déjà prêt. Je lui ai demandé fin mai 2012 de me faire les illustrations intérieures et je les ai reçues (comme prévu) mi-septembre. Ca ne lui a pas pris tout ce temps pour les réaliser, mais c'était surtout une question d'arriver à caser ça dans son emploi du temps.

Enfin, j'ai eu une longue phase de travail personnel de fignolage, où j'ai relu attentivement chaque partie du texte (pourtant déjà relu par d'autres) pour m'assurer de sa clarté et chasser les ultimes erreurs du texte. Bon, là j'avoue que ça devenait un peu névrotique, j'y ai passé des nuits et des journées sans que ça améliore sensiblement la qualité du texte. Je l'ai surtout fait parce que Monostatos est issu de quatre ans de travail dans lesquels j'ai investi beaucoup d'énergies et de choses très personnelles, donc j'avais du mal à m'en séparer. Aujourd'hui, avec le recul, j'ai toujours des regrets sur le texte, mais je crois que la plus grande qualité d'un jeu publié pour son auteur, que justement l'auteur ne peut plus y toucher, cela nous force à accepter nos erreurs.

Communication
La communication, c'est un sujet tellement vaste que j'ai hésité à en faire un sujet à part. Je me lance.
Donc, ma communication se déroule sur différents supports:
  • mon site pour L'Alcyon
  • silentdrift
  • le podcast de la Cellule (merci Romaric)
  • la page Facebook de Monostatos
  • les conventions
  • les médias rôlistes (Radio-Rôliste, Rôliste-TV, Di6dent et le Fix, le GRoG, Casus Belli, le Maraudeur, SciFi Universe, Scriiipt et JdR Mag)
  • un peu les forums d'Opale Rôliste et de Casus NO
Chacun de ces supports a une fonction, une utilisation et des contraintes différentes. Passons-les en revue.
Site de L'Alcyon J'ai déjà parlé du site, je n'y reviens pas. En revanche, je peux parler un peu plus de mon blog sur mon site, qui contient deux types d'articles: ceux sur mon travail pour l'indépendance (notamment en aidant à Créer des jdr) et ceux sur l'actualité de L'Alcyon. Je relaie aussi les sorties indépendantes qui me touchent. Pour le moment, c'est au repos parce que j'utilise déjà une grande partie de mon temps pour communiquer autour de mon jeu. Je n'exclus pas de le reprendre plus tard. Un blog demande du temps, est peu gratifiant sur le moment, mais permet ensuite de renvoyer vers des références précises lorsqu'on discute un rapport de partie (j'utilise beaucoup celui de Frédéric pour cela). L'efficacité du blog pour faire connaître Monostatos est très incertaine.
silentdrift Je parle de Monostatos ici (et d'autres en parlent également pour moi !) parce que c'est la terre originelle et qu'en plus je sais que vous êtes sensibles à ma démarche, même si ça demande beaucoup d'énergie. Ma rubrique de L'Alcyon me permet d'avoir une interaction plus aisée et plus rapide que celle des rapports de partie.
Le podcast de la Cellule m'avait déjà consacré une émission deux ans avant la sortie du jeu qui a fait beaucoup parlé du jeu, en particulier sur le long terme. Je n'ai pas eu d'écho particulier pour l'émission au moment même de la sortie, mais j'espère qu'elle fera également parler du jeu. 6 ventes au total grâce à elle (4 le jour J plus 1 le lendemain et le surlendemain), ce qui est plutôt bien. Là, je remercie bien chaleureusement l'équipe de la Cellule, en particulier Romaric, ainsi que les joueurs de cette partie, parce que j'y ai investi peu d'énergie au final (en dehors de présenter mon jeu et de lutter contre mon angoisse du moment) et que ça fait bien parler du jeu.
Ma page Facebook J'ai pas mal investi dans ma présence sur Facebook en essayant de faire deux choses: apporter du contenu de qualité (pas de messages sans intérêt juste pour faire parler de moi) et une certaine régularité, notamment en m'interdisant de poster plus d'un message par jour (pas de flood). Je veux garder une communication de qualité pour celles et ceux qui me lisent, tout en restant efficace. Avantages de Facebook: interaction rapide, très peu d'investissement nécessaire. Désavantages de Facebook: rien ne reste, ce n'est que du court terme et surtout, tout le monde n'a pas Facebook, je manque donc une grande partie des gens susceptibles d'être intéressés. Mais ça fait aussi parler du jeu, y compris à des gens pas absolument intéressés.
Les médias rôlistes J'ai communiqué avec l'ensemble des médias rôlistes dont je parlais plus haut (à l'exception de Scriiipt que je n'ai pas pris le temps de contacter) ou ils sont venus spontanément me voir dès la sortie du jeu. Comme ça fait un moment que je traîne dans le milieu j'ai quelques contacts amicaux. J'ai envoyé des exemplaires-presse (6 au total) chaque fois qu'ils me les demandaient. Pour le moment, j'ai eu peu de retours (un sur le Fix et une annonce sur SciFi) et je ne sais pas vraiment ce que ça apporte en termes de notoriété et de ventes. Vous voyez aussi que ça prend un certain temps, j'aurais sans doute dû annoncer mon jeu avant sa sortie (j'étais trop concentré sur la publication elle-même).
Les forums rôlistes Voilà bien un moyen de communication que j'ai rapidement abandonné. D'une part parce que je n'ai jamais eu tellement de plaisir à y participer et que donc je n'y ai qu'une présence occasionnelle. D'autre part parce qu'il me semble que pour s'y faire entendre il faut disposer d'une présence que je n'ai pas non plus et qui me demanderait un investissement excessif. Je n'ai posté que sur Opale Rôliste parce que j'aime beaucoup cette communauté et sur Casus NO sur la recommandation d'un ami.

Les conventions
J'ai gardé le meilleur pour la fin. Je crois que les conventions sont LE moyen pour faire connaître votre jeu, mais elles demandent aussi une énergie énorme, donc il faut bien y réfléchir.

D'abord, que vous apportent les conventions ? Avant la publication du jeu, cela permet de tester son jeu avec des gens que vous ne connaissez pas et qui n'ont jamais fait de jdr à narration partagée (ce qui est donc un excellent exercice de pédagogie pour rendre votre jeu plus clair) ; cela permet également de rencontrer d'autres membres du petit monde du jdr.
Après la publication du jeu, la convention se justifie encore plus. Cela permet de faire des démonstrations de votre jeu, d'en vendre des exemplaires (25 ventes à OctoGônes, soit la moitié de mes ventes le premier mois !) et de rencontrer vos lecteurs. Ne négligez pas ce dernier élément ! Rencontrer les gens qui aiment ou qui vont aimer votre jeu est d'abord un immense plaisir humain, ça fait du BIEN de voir que tout le travail qu'on a fournit profite à quelqu'un, et comme je vais en repaler l'énergie psychique est sans doute votre ressource la plus précieuse. En plus c'est un moment privilégié pour échanger avec eux, comprendre la réception du jeu et de vos choix commerciaux et clarifier vos intentions et ce que vous voulez faire avec votre jeu.

Ensuite, que vous coûtent les conventions ? D'accord, aller en convention, ça coûte de l'argent (train et éventuellement hébergement) et il faut que vous rentriez dans vos frais. Je vous laisse faire vos calculs et vos choix. Non, le vrai "coût" d'une convention, c'est la fatigue et l'énergie psychique. Vous venez présenter pendant deux-trois jours en permanence une oeuvre personnelle à des gens que vous ne connaissez pas dans un lieu bruyant et encombré, souvent en vous couchant tard, dans une ville qui n'est pas chez vous. Il faut accepter que ça puisse être épuisant. D'autant qu'à force de présenter encore et encore votre jeu, toujours avec un discours similaire, vous finissez par ressembler à un robot et que ça perd tout son charme, au risque de vous faire rater des rencontres de gens bien. D'autant que tombent parfois sur le stand de parfaits connards totalement inconnus et uniquement venus vous emmerder, ça épuise. D'autant que ça se passe sur les week-end où on est censé se reposer pour travailler le reste de la semaine pour son job... Il faut donc apprendre à se ménager, à faire des pauses, à prendre du recul et à en investir du temps dans les rencontres qui vous font le plus plaisir - aussi parce que c'est un plaisir partagé.
Je fais une convention par mois cet automne (deux pour novembre en prenant en compte l'Atelier du JdR aux Caves Alliées) et c'est déjà complètement crevant.

Donc, comment approcher les conventions ? Il faut bien cibler celles où vous voulez/pouvez aller. Personnellement, j'ai deux critères: il faut que ce ne soit pas trop cher en termes de trajet et il faut que j'ai quelqu'un sur place chez qui dormir (je ne paie pas un hôtel). Si les organisateurs me proposent spontanément de venir ou si j'ai quelqu'un à voir sur place (du forum par exemple), c'est le must. Je ne prends pas en compte le critère de taille, parce que de toute manière je n'ai qu'une énergie limitée pour promouvoir mon jeu quelque soit le nombre de personnes, et que par ailleurs, les petites conventions sont souvent plus chaleureuses et votre jeu sera particulièrement bien accueilli.
Par ailleurs, il ne faut hésiter à y aller à plusieurs, pour avoir quelqu'un pour se soutenir et se relayer au stand (merci en particulier à Laurent / Soulclone pour OctoGônes !).
Pensez également à bien préparer la convention, en demandant un stand le plus tôt possible aux organisateurs. Soignez votre relation avec eux parce que leur bienveillance ou leur malveillance peut tout changer. Certaines conventions demandent une participation pour avoir un stand, ce qui me semble tout à fait normal. Je refuse cependant de payer un forfait, dans la mesure où je suis en général incapable de me rembourser ensuite; je préfère de loin un pourcentage sur les ventes, qui m'assure de ne rien perdre si la convention se passe mal.
Je profite également du stand pour vendre d'autres jdr indie (Sens et Prosopopée). D'une part par militantisme indépendant, d'autre part parce que ce sont des jeux que j'aime vraiment et qui valent la peine d'être connus. J'ai des arrangements avec leurs auteurs respectifs qui m'en fournissent des exemplaires en échange d'un pourcentage sur la vente pour moi (j'en repalerai dans mon message sur le modèle économique).
Sur le long terme, je ne compte pas me rendre en convention très régulièrement, sans doute seulement à la sortie de chacun de mes jeux. Certains le font et ça permet de bien vendre leurs jeux, mais je n'ai pas assez d'énergie pour ça. Je donne un coup de boost cet automne pour la sortie de Monostatos (et aussi parce que ma carte de réduction pour le train périme au Nouvel An), mais je compte sérieusement ralentir ensuite. Je sais que je passe à côté de rencontres de qualité et que je pourrais aussi vendre plus ainsi, mais il faut que je me respecte, surtout si je continue à développer mes jeux, à aider les autres et à militer pour l'indépendance en même temps. Il faut garder à l'esprit qu'on peut s'épuiser aussi sur le long terme.

Il faut aussi que je parle des prescripteurs. Les prescripteurs, c'est les rôlistes passionnés qui vont parler spontanément de votre jeu et le recommander après l'avoir découvert (Dr Dandy par exemple que je remercie et que je salue amicalement). J'ai beaucoup d'espoirs grâce à eux, parce que je sais que je ne pourrai pas faire tout ma communication tout seul et que je dois compter sur le bouche-à-oreille surtout dans certains lieux auxquels je n'ai qu'un accès difficile (le Sud de la France ou les forums par exemple). Donc là aussi, prêtez attention à leurs retours et à leurs commentaires, d'une part parce qu'ils vous sont très précieux, d'autre part parce que ça mène à de très agréables rencontres humaines.

Pour conclure, j'essaie de garder une certaine éthique dans ma communication. Sincèrement, ça ne m'intéresse pas de vendre le jeu à quelqu'un qui ne va pas y jouer ou à qui le jeu ne plaira pas (inutile de pousser à l'achat quelqu'un qui me dit d'emblée qu'il n'aime pas les jdr à narration partagée). Je ne fais pas de publicité, j'essaie de dire de la manière la plus précise ce que le jeu est et n'est pas, notamment sur mon site internet. Cela signifie relayer toutes les critiques, bonnes et mauvaises (tant qu'elles restent honnêtes), cela signifie être soi-même dans la communication (je ne me cache jamais derrière mon label, je parle en tant que Fabien Hildwein) et cela veut aussi dire que je ne me force pas à la communication, je ne le fais que quand j'ai envie, que quand j'ai le sentiment que ce sera profitable et intéressant pour les autres. Je pense que c'est bon pour le jeu à long terme et que ça ne peut pas nuire à mon image.
Monostatos, jeu de rôle héroïque et mystique : site de L'Alcyon et page Facebook
Ma sélection de jdr indépendants à essayer

Le forum de L'Alcyon a déménagé sur Les Ateliers Imaginaires !
Fabien | L'Alcyon
 
Message(s) : 533
Inscription : 29 Août 2009, 15:15
Localisation : Paris

Re: [Monostatos] Mon expérience de publication

Message par Thomas Munier » 02 Nov 2012, 14:26

Merci Fabien de partager ton expérience avec autant de transparence.

J'aurais pas mal de choses à dire car je converge vers ta méthode sur certains points et diverge sur d'autres. Mais ce serait un peu long donc j'ouvrirai des fils pour parler de mon expérience personnelle avec Millevaux.
Millevaux. Post-apocalyptique. Forestier. Sludgecore.

Outsider. Folklore personnel. Auto-édition (un livre par mois). Articles invités sur le processus créatif.
http://www.facebook.com/folkloreoutsider
https://twitter.com/Outsider_Daily
Thomas Munier
 
Message(s) : 170
Inscription : 30 Oct 2012, 13:06

Re: [Monostatos] Mon expérience de publication

Message par shiryu » 02 Nov 2012, 14:36

si je peux me permettre, j'aurais une question :
les marges autour du texte, tu les as défini comment ? avec Lulu ou tout seul après un éventuel tatonnement ?
shiryu
 
Message(s) : 296
Inscription : 18 Juin 2012, 18:00

Re: [Monostatos] Mon expérience de publication

Message par Fabien | L'Alcyon » 02 Nov 2012, 14:54

A toutes et à tous, remerciez-moi en utilisant mon expérience à fond pour publier mieux et plus aisément vos propres jeux indie, puis revenez en parler sur Publication ! :)

Pour Shiryu plus spécifiquement:
Aucun tâtonnement pour les marges pour les illustrations à bords perdus, j'ai tout pris à partir des consignes de Lulu.
Si tu parles des marges du texte lui-même (celles que tu peux voir sur les côtés quand tu consultes ton ouvrage physique de Monostatos), je les ai décidé sur des critères subjectifs, esthétiques et de confort.
Monostatos, jeu de rôle héroïque et mystique : site de L'Alcyon et page Facebook
Ma sélection de jdr indépendants à essayer

Le forum de L'Alcyon a déménagé sur Les Ateliers Imaginaires !
Fabien | L'Alcyon
 
Message(s) : 533
Inscription : 29 Août 2009, 15:15
Localisation : Paris

Re: [Monostatos] Mon expérience de publication

Message par Christoph » 02 Nov 2012, 21:30

Merci pour ces précisions Fabien, elles répondent très bien à mes questions !
Innommable: hurlez.
Zombie Cinema, en français dans le texte.
Christoph
modo-admin
 
Message(s) : 2949
Inscription : 07 Sep 2002, 18:40
Localisation : Yverdon, Suisse

Re: [Monostatos] Mon expérience de publication

Message par shiryu » 03 Nov 2012, 20:52

merci pour le lien
Même si ça n'a pas répondu à la question, ça m'a permis d'oser fouiller dans les consignes du site (jusqu'alors, j'avais peur que ce soit trop obscur pour moi)
du coup, pour les marges afin de pouvoir lire correctement, j'ai trouvé ça pour la méthode
shiryu
 
Message(s) : 296
Inscription : 18 Juin 2012, 18:00

Re: [Monostatos] Mon expérience de publication

Message par Saladdin » 25 Nov 2012, 16:28

Fabien | L'Alcyon a écrit :Pourquoi une version papier ? Pourquoi pas de version pdf ?


Alors, je t'en ai déjà parlé très brièvement sur Casus et à Octogones, mais je vais un peu développer pourquoi je ne suis pas d'accord avec toi (et que je n'ai toujours pas acheté Monostatos, même si le jeu m'intéresse potentiellement). Je te parle de moi en tant que client lambda, et gros consommateur de jeux narratifs. Note que ce message ne cherche absolument pas à te convaincre de proposer le jeu en PDF, j'ai bien compris ta démarche. Je veux juste te donner mon point de vue sur ton modèle économique d'éditeur indépendant, dont la politique en matière de numérique me semble être une erreur.

Tu dis toi-même :

Quasiment toute ma bibliothèque de jdr indépendant anglosaxon est en pdf (acheté pas piraté) pour ces raisons (et aussi parce que ça permet d'avoir le jeu immédiatement).


Pourquoi en serait-il autrement en France ? Personnellement, c'est aussi ce que je fais. J'achète beaucoup de PDF, surtout depuis que j'ai une tablette, pour des jeux qui auraient de trop gros frais de port, qui prendraient trop de place sur mes étagères ou des petits jeux qui ne sont pas forcément des objets-livres inoubliables. Monostatos a certes une belle couverture, mais soyons honnête (et je ne dis pas ça pour te vexer du tout hein, ne le prends pas mal) pour avoir feuilleté l'intérieur, il ne justifie pas à tout prix une impression papier. En laissant de côté la vente de PDF, tu te coupes d'une source de ventes potentielle... mais aussi d'un horizon plus large de ventes. T'es-tu demandé si des étrangers voulaient acquérir ton jeu (par exemple des gens de Story Games, spécialisé dans les jeux narratifs, seraient certainement très intéressés) ? Ou si des gens le voulaient instantanément ? Ou bien parce qu'ils habitent dans des pays francophones ou en France, mais loin de la métropole, avec donc des frais de port énormes chez Lulu ? Ou bien parce qu'en 2012 on consomme de plus en plus sur tablette ? Je pense que la manière de consommer du jeu de rôle a évolué, et que le livre n'est plus le support universel (et c'est un prof de français qui te parle...).

Quelqu'un vient visiter le site du jeu et voit qu'il doit le commander, que le jeu n'est pas disponible immédiatement en PDF, cela peut suffire pour perdre une vente. C'est particulièrement vrai dans les pays anglo-saxons, mais cela l'est aussi en France, a fortiori pour le public que tu vises (les adeptes de jeux narratifs), qui bien souvent ont la culture du PDF car la plupart des jeux narratifs étaient jusqu'à tout récemment en anglais et en numérique.

Je comprends l'envie de vendre un objet-livre. Moi-même, pour mes jeux amateurs (Explo[nar]rateurs, Songe), je suis passé par Lulu pour avoir un bel objet et le proposer aux autres. On ressent une certaine fierté à voir son oeuvre sur papier, et on pense qu'elle est faite pour. Sauf que cela, c'est un point de vue d'auteur, pas forcément de consommateur.

Je reste persuadé que, d'après ton modèle économique, tu aurais gagné bien plus de ventes dans les premières semaines en vendant un PDF qu'avec le seul exemplaire papier, ne serait-ce que grâce aux achats impulsifs.

Ma réticence vient plutôt du fait que pour qu'un jeu tourne bien au bouche-à-oreille, j'ai le sentiment qu'il faut qu'il ait une présence physique sur la table de jeu ou même dans une bibliothèque.


Sauf que l'existence de ton jeu est pour une part importante diffusée via le web (le Fix, les forums...) ! Le bouche-à-oreille est devenu du "doigts-à-oeil" en réalité avec le net (forums, réseaux sociaux). Je ne suis pas certain que la présence physique ait à l'heure actuelle beaucoup plus d'importance que cette présence virtuelle... J'ai découvert l'existence de Monostatos via le net, et je serais probablement passé à côté à Octogones si je ne n'en avais pas entendu parler avant...

D'une part pour être joué (et pas oublié dans un dossier du disque-dur), d'autre part pour donner envie de le feuilleter et de le découvrir.


Là, je crois que ce n'est pas entièrement vrai. Si on paie un PDF, on l'oubliera moins que si on l'obtient gratuitement, et il y aura plus de chances qu'il soit réellement joué. Par contre, pour le fait de "feuilleter et découvrir", ce n'est pas valable, car ton jeu n'est pas disponible en boutique : il est vendu sur le web. Avoir un exemplaire en convention est certes important, mais pas pour quelqu'un qui le découvrirait à la table de son MJ habituel. Je connais très peu de MJ qui avaient un bouquin de jeu de rôle et dont les joueurs se sont dit : "Tiens, c'est sympa, je vais l'acheter" (achat inutile, car la table de jeu en avait déjà un exemplaire grâce au MJ). Et n'oublie pas que la plupart des gens qui pourraient être intéressés par Monostatos ne viennent pas obligatoirement dans les conventions, ce sont des gens qui le découvriront via le net.

L'existence du livre comme objet physique imprimé est aussi important pour sa durabilité dans le temps - il m'est souvent arrivé d'avoir envie de rejouer à des jeux juste après les avoir sorti d'une étagère poussiéreuse et avoir eu le plaisir de les feuilleter et de m'y replonger. Ca ne m'est jamais arrivé avec un pdf.


Cela, je le comprends plus. La rejouabilité est importante aux yeux d'un auteur. Mais en tant que vendeur, est-ce une donnée que tu dois obligatoirement prendre en compte ? Si tu sors un jeu avec suppléments oui, sinon pas forcément... La personne qui l'a acheté le ressortira, mais cela ne te garantira pas des ventes futures (voir ce que je disais ci-dessus pour les joueurs d'une même table). On sait bien qu'un jeu de rôle ne tient en général dans le temps que tant qu'il a des suppléments réguliers qui sortent.

Par conséquent, Monostatos ne sera pas disponible en pdf au moins pour la première année d'existence du jeu. Je n'exclus pas de proposer une version pdf dans l'avenir quand le jeu sera un peu plus connu.


Je pense que c'est là peut-être un mauvais raisonnement, tu prends les choses à l'envers : le PDF peut rendre ton jeu plus connu au contraire (voire générer des ventes papier par la suite), et tu aurais dû profiter du buzz autour de la sortie du jeu pour le mettre en vente aussi en PDF. Dans un an, ce buzz ne sera plus là, ton jeu sera probablement éclipsé par les autres nouveautés, et paradoxalement je pense que tu vendras moins de PDF dans un an que tu ne pourrais le faire actuellement. Pour ma part, comme je te l'ai dit, j'attendrai l'an prochain pour l'acheter en version numérique, mais la vie étant ce qu'elle est, je ne sais pas si je me souviendrai de ce jeu dans un an, alors que là, ma mémoire est encore fraîche. D'autres personnes ont dû avoir la même réaction, alors que l'achat impulsif en un clic d'un fichier est de plus en plus répandu et important dans la communauté du jeu de rôle (c'est un point dont j'ai beaucoup parlé avec les éditeurs à Octogones, principalement autour des projets Ulule et autres Kickstarters). Si tu laisses le temps de la réflexion, tu perds des ventes... Tu n'as pas de stock à gérer, donc aucun risque financier : le seul risque que tu courais à vendre aussi en numérique, c'était de vendre plus d'exemplaires de ton jeu ^_^

En tout cas, je te souhaite de continuer d'en vendre plein via Lulu. On fait une convention en Savoie en février, mais on n'a pas de budget pour te payer le train. Si tu veux venir quand même, tu es le bienvenu ;-)
Saladdin
 
Message(s) : 11
Inscription : 25 Nov 2012, 15:16

Re: [Monostatos] Mon expérience de publication

Message par Thomas Munier » 25 Nov 2012, 17:24

Pour apporter de l'eau au moulin de Saladdin,

En 2012, amazon.com a vendu autant d'ebooks que de livres physiques.

En France, nous finirons forcément par atteindre cette même tendance. En 2012, le marché des tablettes en France a connu une croissance de 170 %. Sur mes amis gros lecteurs, une bonne moitié se sont équipés en tablette ou en liseuse.

A mon très modeste niveau, je vends autant de PDF que de livres.

Pour finir d'enfoncer le clou, j'ai tendance à penser qu'un jeu de rôle en PDF avec une bonne table des matières interactive, est plus pratique d'usage en partie qu'un livre.

En tout cas, ce sont les arguments qui m'ont poussé à proposer tout mon catalogue en PDF et en papier.
Millevaux. Post-apocalyptique. Forestier. Sludgecore.

Outsider. Folklore personnel. Auto-édition (un livre par mois). Articles invités sur le processus créatif.
http://www.facebook.com/folkloreoutsider
https://twitter.com/Outsider_Daily
Thomas Munier
 
Message(s) : 170
Inscription : 30 Oct 2012, 13:06

Re: [Monostatos] Mon expérience de publication

Message par Fabien | L'Alcyon » 25 Nov 2012, 17:55

OK, merci pour ces apports. Pour le moment, je suis un peu trop débordé pour m'occuper de cette question, mais j'y songe.
Monostatos, jeu de rôle héroïque et mystique : site de L'Alcyon et page Facebook
Ma sélection de jdr indépendants à essayer

Le forum de L'Alcyon a déménagé sur Les Ateliers Imaginaires !
Fabien | L'Alcyon
 
Message(s) : 533
Inscription : 29 Août 2009, 15:15
Localisation : Paris

Suivant

Retour vers Publication

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Bing [Bot] et 1 invité

cron