Innommable - Nihil ou l'antre de la folie

Rapports de parties de test, que vous soyez l'auteur du jeu ou non ! Les tests sont cruciaux, donnez-vous à cœur joie !
Règles du forum
étiquette et esprit des rubriques générales

Re: Innommable - Nihil ou l'antre de la folie

Message par Frédéric » 04 Nov 2009, 10:14

Ah ben tiens, tu sais quoi ? La perte d'ancrage on a décidé que ça donnait une victoire automatique, parce que le sacrifier pour "juste relancer les dés" c'est un peu maigre.

Les PJ ont quand même pas mal interagi (Suzanne et Mgr Bertrand) au début, puis vous avez cherché à vous retrouver ensemble, quand Suzanne, Mgr Bertrand (et le gendarme) se lançaient à la recherche du fils de Suzanne, Raphaël se trouvait sur le même parking.
Mais à chaque fois que vous ratiez un conflit, vous vous dispersiez (de notre responsabilité de tous : quand le dément a kidnappé Suzanne, Raphaël est resté en arrière, puis il a décidé de s'enfuir avec le gendarme, après, Mgr Bertrand s'est fait assommer, c'est Suzanne qui l'a laissé derrière.

Les conflits avec les fruits de "la menace" tendraient-ils à séparer les PJ ? J'ai l'impression que bien souvent par souci de cohérence, les joueurs tendent à prendre ce chemin.
Mais je n'ai vraiment pas trouvé ça gênant dans cette partie (après tout, les films ou séries où l'on suit plusieurs personnages qui ne sont reliés entre eux que par un mince élément, c'est courant). C'est vrai que j'ai dû hacher la fiction pour ne pas délaisser un joueur, mais j'ai trouvé ça au demeurant plutôt rythmé et fun.

Gaël : je me souviens avoir été surpris du fait que tu décides que Suzanne se rende chez le romancier. J'aurais pu rebondir quelle que soit ta décision, tu aurais pu rencontrer les fidèles réunis sur la place d'armes, ou E.Joris serait venu à toi car tu portes sa lignée ou que sais-je... Je ne trouve pas que c'était un mauvais choix : le besoin de comprendre et de mettre un terme à tout ça est devenu plus fort que l'instinct de survie, l'instinct maternel... Et puis il suffisait de dire que c'est ce qui était écrit dans le livre. ^^
N'as-tu pas eu confiance en ma capacité à improviser ? :D
Frédéric
 
Message(s) : 3842
Inscription : 14 Juil 2006, 17:45
Localisation : Poitiers

Re: Innommable - Nihil ou l'antre de la folie

Message par Gaël » 04 Nov 2009, 12:43

Christophe : on ne peut supprimer son ancrage qu'une seule fois, ce qui ne fait qu'un seul veto, ça me parait un peu mince, mais cette remarque est par rapport à la partie qu'on a joué. Il faudrait que je joue d'autres parties pour être catégorique.

Frédéric : Oui, je pense que tu as raison, la fiction était d'autant plus intéressante que l'on était pas obligé d'être collé aux basques comme dans ces parties de D&D où tout le monde suit le groupe par convention. Concernant mon choix d'aller voir E. Joris, il peut se justifier, mais ce n'était pas ce que j'avais envie pour mon personnage à ce moment là. C'est en ça que je trouve que c'était un mauvais choix. La fin était tout de même très intéressant et j'ai été content de pouvoir détruire la menace avant que le personnage devienne fou. Ce fut une bonne conclusion, et j'ai adoré le twist final.

A quand le tournage de ce film ?
Gaël
 
Message(s) : 55
Inscription : 22 Jan 2009, 12:47
Localisation : Poitiers

Re: Innommable - Nihil ou l'antre de la folie

Message par Christoph » 04 Nov 2009, 13:05

Ah, vous avez bien fait de changer cette règle alors!

J'ai ajouté un conseil de création de scénario: pour les événements avancés, ne pas décider des détails, en rester purement à un niveau conceptuel. Ainsi, E. Joris habite une maison, certes, mais le gardien attend de cerner un peu le déroulement de la partie pour décider où celle-ci se trouve effectivement. Cela peut éviter quelques choix "pour faire avancer le scénario" de la part des joueurs.

Gaël, j'ai chopé l'exemple de ta perte d'ancrage (que j'appelle pour la prochaine version "attache") pour un exemple dans la nouvelle version des règles, en remaniant un peu, tellement ça me plaisait.
Autre question: pour risquer devenir fou, il faut avoir soit six dés quelconques, soit une combinaison quelconque de trois d8 et d4. En pratique, j'ai toujours eu un personnage ou l'autre qui n'arrivait jamais à ce stade, et parmi ceux qui y arrivaient, il y en avait toujours un qui avait le cul bordé de nouilles et ne lançait jamais de "1". Maintenant y a moyen d'en réchapper en relançant, et même là il y a encore possibilité d'annuler une fois (à ce stade, la question est de savoir si ça en vaut la peine). La moyenne de dés par joueur quand je joue à quatre joueurs est de 4.25, et ça passe à 5 quand il y a trois joueurs. C'est seulement avec deux joueurs que je prévois 6 dés par joueur. Je sais que Fréd a chargé un peu les dés par rapport au "standard", est-ce que ça a joué un rôle?
Innommable: hurlez.
Zombie Cinema, en français dans le texte.
Christoph
modo-admin
 
Message(s) : 2949
Inscription : 07 Sep 2002, 18:40
Localisation : Yverdon, Suisse

Re: Innommable - Nihil ou l'antre de la folie

Message par Frédéric » 04 Nov 2009, 13:17

Christoph : je suis entièrement d'accord avec l'idée qu'il ne faut pas prévoir à l'avance où se trouvent les éléments importants du scénario : ça donne fatalement un côté enquête. C'était un choix inadapté de ma part que de décider d'entrée de jeu où se trouvait le profiteur (mais au moins, ça aura fait un bon test puisque ça t'aura fait créer une nouvelle règle ^^).

Concernant les dés, ils en avaient une tripotée à la fin et les deux autres devenus fous se sont fait un plaisir de donner les leur au pauvre Gaël ^^
Frédéric
 
Message(s) : 3842
Inscription : 14 Juil 2006, 17:45
Localisation : Poitiers

Re: Innommable - Nihil ou l'antre de la folie

Message par Christoph » 04 Nov 2009, 17:22

Hmm... okay. Je vois poindre le truc. Je n'ai jamais constaté cela comme un problème, mais je crois apercevoir où ça peut clocher, maintenant que j'ai viré la règle de "fuite" qui permettait de mettre son personnage en sécurité au détriment de la "résolution" de la situation. Maintenant, on peut finir dans un cas où peu importe si le joueur continue à se battre contre la menace ou pas, il peut se faire pourrir le perso. Dans ma conception des choses, un perso qui abandonne, qui choisit d'ignorer le problème, obtient le salut (de courte durée, mais cela ne sera évident que dans l'épilogue). Julien (Silver) avait fait quelques réflexions à ce sujet que je vais aller exhumer.
Innommable: hurlez.
Zombie Cinema, en français dans le texte.
Christoph
modo-admin
 
Message(s) : 2949
Inscription : 07 Sep 2002, 18:40
Localisation : Yverdon, Suisse

Re: Innommable - Nihil ou l'antre de la folie

Message par Frédéric » 05 Nov 2009, 10:44

En fait, j'ajoute par rapport à la localisation du profiteur, que la partie a eu un coup de mou entre les derniers d8 et les d4.
Pour ainsi dire, il s'est passé sans doute une bonne demi-heure (voire plus) pendant laquelle il n'y a plus eu de dés dans le bol...
Heureusement il s'est passé des choses intéressantes malgré tout (la scène dans laquelle Suzanne retrouve son fils notamment).

Il est arrivé fréquemment qu'il n'y aie plus de dés dans le bol, car il me paraissait important de respecter une certaine cohérence (comment faire intervenir l'annonce de l'ouverture du pavillon haute sécurité de l'hôpital psy, alors qu'ils sont à une dizaine de km, dans la cathédrale, enfermés... pas d'écrans en perspective, difficile !)

Il m'a fallu un peu de temps pour intégrer les symptômes de manière crédible.
Frédéric
 
Message(s) : 3842
Inscription : 14 Juil 2006, 17:45
Localisation : Poitiers

Re: Innommable - Nihil ou l'antre de la folie

Message par Christoph » 05 Nov 2009, 11:53

Hello

Comme je te disais par mail, c'est une bonne chose pour le gardien quand il n'y a plus de dés dans le bol, car il peut un peu plus reprendre la main (sauf pour les éventuelles suggestions) et poser sa vision.
Si le lieu de l'histoire est grand, alors ça complique nettement la chose, car comment espérer amener les protagonistes là où il le faut? C'est pour cela que la plupart de mes parties sont des huis-clos déguisés: l'île aux sous-marins nucléaires, la plate-forme pétrolière de Julien, le centre de recherche en génétique caprine et l'immeuble de la démo. J'en fais la remarque dans la version ashcan.

Après, je soupçonne que tu sur-estime la nécessité de garder une cohérence dans ce jeu. Les joueurs acceptent très bien qu'il y ait des scènes complètement absurdes: en effet, c'est peut-être un effet paranormal ou une hallucination collective. N'hésite pas à tout coup faire apparaître la maison de E. Joris en lieu et place de la cathédrale! En plus, dans ce scénario, tu peux dire que Joris n'a pas relu sa copie en ce qui concernait la cohérence! Et après, quand les gens ressortent de la maison, ils peuvent tout à fait se retrouver dans la forêt...
Innommable: hurlez.
Zombie Cinema, en français dans le texte.
Christoph
modo-admin
 
Message(s) : 2949
Inscription : 07 Sep 2002, 18:40
Localisation : Yverdon, Suisse

Re: Innommable - Nihil ou l'antre de la folie

Message par Frédéric » 05 Nov 2009, 13:47

Oui, en effet, c'est plutôt bien vu !
C'est simplement le parti pris d'avoir placé sa maison à Civray qui m'a un peu coincé (alors que je pouvais très bien modifier cette information... ou comme tu l'as si bien illustré, la modifier comme un sauvage pendant la partie).
Frédéric
 
Message(s) : 3842
Inscription : 14 Juil 2006, 17:45
Localisation : Poitiers

Précédent

Retour vers Banc d'essai

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron