[Innommable] Le Mur (situation sans antagonistes)

Rapports de parties de test, que vous soyez l'auteur du jeu ou non ! Les tests sont cruciaux, donnez-vous à cœur joie !
Règles du forum
étiquette et esprit des rubriques générales

[Innommable] Le Mur (situation sans antagonistes)

Message par Christoph » 04 Nov 2010, 00:02

Hello

Suite aux interrogations de Fabien et al. (Pourquoi forcément des antagonistes ? et Seringues) voici un rapport de partie avec une situation mystérieuse sans antagoniste... enfin, l’antagoniste existe, mais c'est un mur, pas une équipe de cultistes cinglés.


Le Mur
J’ai créé cette situation initiale à l’arrache, pour jouer avec des rôlistes expérimentés, mais n’ayant jamais joué à Innommable. J’avais l’idée générale en tête depuis longtemps, mais je n’avais pas encore réfléchi aux symptômes.

  • Élément esthétique : le vide, tel qu’il se rapporte à la solitude
  • Lieu : une campagne, trois villages, de la forêt et de petites collines, des étangs et un lac turbides, beaucoup de pluie, toujours nuageux. Niveau technologique : pré-révolution industrielle.
  • Antagoniste : Un mur titanesque de 2’000m de haut qui ceint entièrement le monde connu. Personne n’en a jamais vu le sommet à cause des nuages. Le mur est construit avec de gros blocs de pierre et du mortier.
  • Source : L’impression que l’évolution a un but.
  • Rôle des protagonistes : personnes ne pouvant accepter l’absurdité de leur univers.

Les habitués remarqueront que ma source est très abstraite et n’a aucune forme concrète. Je l’ai abordée comme une expression du principe esthétique couplée à une notion qui m’intrigue (okay, ça ne me fait pas vraiment peur).

Mes symptômes étaient :

  • Ouverture : premier ensoleillement de mémoire d'homme. L’eau devient transparente (j’avais bien expliqué que l’eau était auparavant trouble dans ce monde).
  • Éléments intermédiaires :
    • Pierres et troncs d’arbres creux.
    • Animaux domestiques mourant un à un, ne laissant que deux de chaque espèce (à dévoiler sur la durée de la première phase).
    • Des étoiles tombent du ciel (ce qui n’est pas forcément inquiétant puisque les habitants n’ont jamais vu d’étoiles, mais en même temps, y en a de moins en moins.)
  • Déclenchement : le mur commence à s’élever.
Je n’ai pas exactement regardé la montre, mais je crois que ça tenait confortablement dans la demi-heure que je m’impose comme limite pour la création de la situation mystérieuse.

La partie

J’ai joué avec Eero, son frère Markku et leur pote Sami, le vendredi de la convention Spiel Essen à notre chambre d’hôtel (j’étais arrivé le jeudi après-midi et on avait donc déjà bossé un jour et demi ensemble au stand d’Arkenstone, la boîte d’Eero et ses frangins ; il manquait Jari). Eero a qualifié cette partie d’œuvre existentialiste allemande.
Les protagonistes étaient :
  • Markku : Jacques, cueilleur de champignon solitaire vivant à la campagne. Son attache est son chien, appelé « Chien » (avec un accent anglo-finlandais).
  • Eero : Reginald, prêtre de la communauté. Son attache est la cloche de l’église.
  • Sami : Pierre-André, chef séculaire d’un des villages. Son attache est sa fille Marie qui est en train de devenir aveugle.
Jacques apportait régulièrement des champignons à la famille de Pierre-André, et pensait qu'il devait exister une sorte de champignon par-delà le Mur pouvant guérir Marie. Reginald et Pierre-André étaient frères, tandis que Jacques était païen et donc en désaccord avec la religion monothéiste (non spécifiée, mais très chrétienne dans l'allure) de Reginald. Reginald avait compris que ce monde était absurde : les matières premières pour la création de la cloche étaient inconnues dans l'enceinte du Mur. Pierre-André était prêt à escalader le Mur si cela pouvait sauver la vue de Marie.

J’étais très satisfait de cette préparation. Y avait du potentiel entre tous les personnages, il y avait des motivations à explorer la situation mystérieuse et il y avait des valeurs qui étaient clairement en jeu. Sur recommandation de l’équipe, je vais de nouveau instaurer la règle qui permet à un joueur de décider de son attache en cours de partie. Je crois que je tiens une bonne méthode de création de personnage.

La première phase nous a permis de développer le monde et établir un peu comment la société fonctionnait, que ce soit pour décrire des actions banales ou par réaction à des symptômes. Le prêtre fut appelé pour examiner les troncs creux d’arbres qu’un bûcheron avait abattus, et décréta qu’ils étaient maudits. Pierre-André fut convaincu de son idée d’escalader le Mur quand il comprit (grâce à la disparition de la couverture nuageuse) qu’il était fini.

Les choses se sont mises en route, le prêtre et le chef de village ont commencé à gérer la crise de la mort des animaux domestiques tout en préparant un chantier pour saper le mur. Des tensions s’élevaient en particulier contre le prêtre, qui était cynique et complètement désabusé (mais peut-être était-ce aussi celui qui comprenait le mieux la situation).

La deuxième phase a commencé plus ou moins au moment ou un ouvrier est mort en essayant de briser les pierres du mur avec un énorme marteau. Le Mur semblait électrocuter ceux qui insistaient trop longtemps. J’en ai profité pour lier la mort de l’ouvrier et le début de la croissance du Mur. Dès ce moment-là, j’ai profité du thème ambiant de la mort des animaux pour lier chaque mort humaine et chaque mouvement de croissance du Mur.

On a eu plusieurs monologues de la part de Markku et Sami, dont la moitié tournaient autour de la maladie de Marie. Eero était parti dans l’idée de ne prendre aucun dé, ce qu’il mena à bien jusqu’au bout. Pour autant, son personnage se révélera être un véritable socle de bon sens pour les deux autres, en s’opposant de manière pacifique (mais très sarcastique et masochiste) aux villageois partant dans la superstition face à cette situation complètement absurde.

Mais j’étais emmerdé : c'est la phase où je devais vraiment agresser les protagonistes. Or, comment le faire s’ils n'attaquaient pas le Mur ? J’ai tenté une première agression en décrivant des excroissances sortant du Mur et divisant les ouvriers, mais j’avais l’impression que je ne devais pas insister sur ce procédé. Je ne voulais pas non plus trop me servir des villageois, cela en aurait fait des antagonistes qui s’ignorent, mais des antagonistes en chair et en os et c’était contre l’idée de ce test. Et s’ils s’attaquaient au Mur, comment doser sa puissance ? Ben en fait, j’avais la liste du sort pour me guider. Pierre-André s’est mis à escalader le Mur (pas à l’agresser, je ne l’ai donc pas électrocuté). Que faire ? Si je le faisais tomber, nous aurions été bien avancés dans l’histoire ! De toute façon je ne pouvais pas le tuer encore, je ne devais donc pas le faire tomber de trop haut. Je voulais aussi qu’il puisse progresser dans son escalade et pas simplement frustrer Sami et les autres. J’ai donc introduit l’idée que la gravité tournait de 90° degré à partir de 10m de hauteur. À partir de ce point-là, Pierre-André pouvait marcher.

J’ai tenté une vaine attaque par pierre de mur (Markku avait introduit l’idée de blocs de pierre tombant du ciel dans une hallucination pour Jacques, mais un monologue est censé révéler quelque chose à propos de la source, pas des antagonistes...) Sami en a profité pour décrire Pierre-André en train de ramper au sol (la face du Mur donc...) complètement hébété. Découverte occulte : il y a des dates et des noms d’anciens villageois gravés sur les briques du Mur, comme auraient pu le faire des alpinistes pour marquer leur ascension ! Je réplique avec un torrent d’eau qui se précipite sur Pierre-André... et lui surenchère en constatant qu’il y avait les mêmes poissons dans cette eau que dans les étangs autour des villages.

Finalement, il y a eu très peu de lancers de dés (j’ai quand même tenté quelques attaques de villageois contre le prêtre, mais Eero n’ayant aucun dé s’est laissé marcher dessus avec joie). Aucun « 1 », ce qui signifiait que la dernière phase se résoudrait en un seul lancer de dé. J’ai décrit à Sami l’arrivée d'une sorte d’arche... (sous-entendu par rapport à ma propre théorie concernant la source, mais cette idée ne s’est jamais concrétisée vu que c’était la fin et que les joueurs avaient le droit aux épilogues).

Pendant ce temps, Markku se préparait à un rituel ancestral de l’ancienne religion. Il a bien géré son coup en faisant apparaître un couple de corbeaux (messagers d’Odin je crois) qui lui ont appris qu’en fait, le mur formait un œsophage d’une divinité, qui allait tout digérer.

La partie s’est terminée de la manière suivante : Jacques sacrifie Chien pour contrer le Mur. Reginald, couvert d'ecchymoses à force de se faire défoncer la tronche par les villageois apeurés, calme le jeu et Pierre-André atteint le sommet du Mur.
Finalement (épilogues), un trou est pratiqué à travers le Mur et des animaux reviennent peupler le monde connu. Jacques en profite pour aller chercher les champignons qui permettent de soigner Marie, puis disparaît et le Mur se referme. Je ne me rappelle plus ce que fait le prêtre. Sami profite pour clore la partie. Il décrit Pierre-André arrivé au sommet du Mur, s’asseyant de sorte à contempler ce qui se trouve au-delà... et une expression de béatitude profonde s’inscrit sur son visage. Je crois qu'il inscrit son nom et la date sur la pierre avant ce « close-up », mais je ne suis plus sûr.


Bilan

Métaphysique... je crois que je peux le dire. Mais pas un pet d’horreur. J’ai vraiment eu de la peine à agresser les personnages et donc à les soumettre à des pressions exécrables révélant leurs pires penchants. Eero a incarné le rationnel jusqu’au bout en refusant l’économie des dés et utilisant la cloche du village juste une fois pour ne pas mourir. Son personnage survit.

Je ne suis pas définitivement contre l’idée de ne pas avoir d’antagonistes humains ou humanoïdes, mais il faut clairement faire quelque chose. J’hésite à structurer plus formellement les scènes en m’inspirant de My Life with Master, qui inciterait le gardien à plus d’agressions, même si assez abstraites. Ici je me basais à fond sur ce qui se passait, tentant de conserver une continuité naturelle aux scènes, plutôt que d’apporter de nouveaux éléments avec un cadrage plus agressif (ce qui me semble absolument nécessaire quand l’antagoniste est aussi abstrait).
Nous étions aussi assez fatigués, je n’ai donc pas essayé d’augmenter la difficulté, ce qui aurait impliqué un développement de la source et un rallongement de la partie, avec une fin probablement beaucoup moins zen et optimiste. À prendre en compte aussi.

J’hésite aussi à rendre les renoncements et ruptures plus strictes : certes, ils apporteraient des réussites automatiques, mais on serait obligé de passer par les étapes successives même si on sait d’avance que l’on va avoir recours à ces mécanismes. Sinon cela court-circuite l’écologie des « 1 » et des éléments pouvant amener de l’étrange et de l’horreur.

Voilà, place aux questions et commentaires de ceux qui m’ont poussé à explorer ce point de mon jeu (et grand bien m’en fit) !
Innommable: hurlez.
Zombie Cinema, en français dans le texte.
Christoph
modo-admin
 
Message(s) : 2949
Inscription : 07 Sep 2002, 18:40
Localisation : Yverdon, Suisse

Re: [Innommable] Le Mur (situation sans antagonistes)

Message par Frédéric » 04 Nov 2010, 00:48

Au début, je me suis dit : Ooooooh, c'est Haibane Renmei ! Trop bien ! ET puis, comme j'ai en tête une idée de partie d'Innommable façon Silent Hill, j'ai trouvé ça classe et poétique.

Mais, j'ai été un peu déçu, je dois dire, par le déroulement de l'histoire. On aurait dit une partie de Prosopopée en fait. D'ailleurs, quand dans Prosopopée, on a commencé à essayer des parties où les médiums pouvaient être affectés par les problèmes, j'ai trouvé que c'était intéressant, mais ça changeait trop de ce que je voulais pour ce jeu.
Cette partie s'inscrit-elle dans Innommable ou pas, selon toi ?
Moi j'ai un sérieux doute, ne faudrait-il pas un système dédié autre que celui d'Innommable pour jouer sur ce genre de poésie de l'étrange ?
Certaines choses seraient à conserver pour d'autres projets en tout cas (la situation est somptueuse).

Enfin, à moins que tu donnes une difficulté au mur, (comme des points de vie), je vois mal comment l'adversité peut être vaincue.
Frédéric
 
Message(s) : 3842
Inscription : 14 Juil 2006, 17:45
Localisation : Poitiers

Re: [Innommable] Le Mur (situation sans antagonistes)

Message par Romaric Briand » 04 Nov 2010, 12:27

Est-ce que l'antagoniste "mur" est propice à décrire de bonnes scènes ?

Je pense qu'il faudrait pouvoir faire varier les antagonistes mais jusqu'à un certains points. Le critère étant qu'il faille que cette antagoniste puisse "agresser". Par exemple, si on choisit un antagoniste comme "haine". Celui-ci, bien que "métaphysique" (reste à voir si c'est métaphysique) peut agresser par l'intermédiaire des gens qui ressentent ce sentiment. A mon avis un critère serait qu'il faille que cette antagoniste puisse soumettre des gens à son pouvoir. Si tu avais choisi un "tableau d'artiste" au lieu d'un mur je suis sûr que tu aurais pu faire une superbe partie "Innommable"... comme dans... "Ghostbusters 2" ou l'antagoniste est un tableau qui a emprisonné l'âme d'un ancien tyran.

En fait le problème de cette partie repose sur ta volonté de prendre un truc farfelu et de ne pas avoir réfléchi à comment tu agresserais par la suite. Ce qui est normal puisque vraisemblablement tu voulais une partie expérimentale. Vieux crabe va ! ^^ Mais en aucun cas cette partie ne prouve que les antagonistes doivent être des cultistes humain et corrompus, etc.

Je pense que cette partie montre en revanche que les antagonistes doivent par des moyens facilement imaginables (car on va les improviser pendant la partie donc il ne faut pas qu'ils exigent des efforts d'imagination surhumains) avoir de l'influence sur le monde physique ou sur le monde mental des personnages où qu'ils soient. Qu'en penses-tu ?
Un personnage de fiction souhaitant s'incarner dans la réalité... Les rolistes sont mes proies...
http://leblogdesens.blogspot.com/
http://sens.hexalogie.free.fr/
Romaric Briand
 
Message(s) : 2318
Inscription : 22 Oct 2006, 16:37
Localisation : Saint Malo

Re: [Innommable] Le Mur (situation sans antagonistes)

Message par Christoph » 04 Nov 2010, 15:23

Hello les gars

Frédéric, ce n'était pas une partie de Prosopopée, mais pourquoi pas de sa mutation mononokesque, car les protagonistes ont souffert un max. Et puis la dynamique entre joueurs est différente à tous les coups.

Cette partie ne s'inscrit pas dans l'esprit d'Innommable, car même si je ne cherche pas à faire du gore, je cherche l'horreur. Avec mon équipe habituelle, cette situation aurait donné quelque chose d'immonde. Ils auraient déterré des citadelles cyclopéennes et sacrifiés des gens très rapidement. Il y a ma fois une part de célébration de l'horreur qui n'était pas là chez les finlandais, et c'est normal, parce que j'ai codé une bonne part des incitations à l'horreur dans les mécanismes de résolution de conflit et de difficulté, que j'ai tout simplement sous-exploités. (Note pour plus tard : un protagoniste bien joué reste très résistant, même en ayant baissé le nombre de noms de sept à cinq.)

Pour autant, Frédéric et Romaric, je ne pense pas que le Mur soit un mauvais antagoniste. C'est normal qu'il ne puisse pas être vaincu avant la troisième phase. Et après ça dépend des cases à cocher et de la narration (il faut traiter à la fois l'antagoniste et la source). Peut-être que je pourrais donner quelques indications : une seule case = pas d'apparition de la source, deux cases = tentative d'invocation avortée au dernier moment, trois cases = la source apparaît mais sa situation est précaire, etc.
Un Mur dans Innommable peut faire pousser des excroissances labyrinthiques pour isoler les gens (ce qui rejoint l'élément esthétique, mais on est toujours plus malin après coup, une fois bien reposé). J'avais commencé là-dessus, mais je me suis un perdu avec la notion des villageois énervés contre le prêtre d'Eero.
Un Mur dans Innommable peut pousser les gens au suicide, à la folie, etc. J'aurais vraiment dû appuyer sur la dimension psychologique de l'enfermement et de l'isolement, en m'inspirant des scènes « d'horreur révélée » dans My Life with Master, si ce n'est que je permets aux protagonistes d'intervenir s'ils le désirent. Sur cet aspect du Mur en tant qu'antagoniste, la clé aurait été d'agresser les gens auxquels les protagonistes tenaient plutôt que les protagonistes eux-mêmes, mais j'ai complètement raté ça. Cela les aurait poussés à lancer des dés ! Eero m'a bien fait comprendre qu'il s'en foutait si son perso finissait par mourir. Mais son prêtre tenait au bien être de ses paroissiens, même s'ils délaissaient sa religion. Il y avait de quoi lui faire bouger son cul de pacifiste.
Je ne sais pas encore si je dois commencer à agir sur le monde mental des personnages autrement que par la liste, c'est un point délicat, mais à explorer aussi.

Romaric, j'aime bien ta notion qu'un antagoniste doit pouvoir soumettre des gens à son pouvoir. C'est exactement ce que j'essaie de dire par « [c]es gens ont une ambition démesurée, aussi ayez une idée des conséquences si l'on empêche pas les profiteurs d'atteindre leurs buts » (p.10, 008), mais je pense que je rate quelque chose d'important : les conséquences ne sont pas seulement pour l'humanité, à terme. Cela affecte aussi, dans un premier temps, les protagonistes et ce qu'ils aiment. Les antagonistes doivent être des adversaires à la hauteur des protagonistes. Ça rend les choses nettement plus pragmatiques et applicables.

Okay, je crois que ça commence à se débloquer et en fait ça ne demande pas une grosse réécriture, il faut juste que je présuppose un peu moins de choses sur l'antagoniste et que je discute ses moyens d'agir.


Sur une tangente et pour lancer des idées pour mener ces tests plus loin (à discuter dans un autre fil si jamais), le tableau d'artiste est une excellente idée. Ça me fait penser à L'Affaire Charles Dexter Ward, de Lovecraft. On pourrait aussi s'inspirer du Portrait de Dorian Gray d'Oscar Wilde, que je n'ai pas lu.

Sinon, pour les inspirations, la situation du Mur puise dans Haibane Renmei, Je suis d'ailleurs (nouvelle de Lovecraft) et de l'univers dans la tour pour Démiurges.

Merci pour vos réflexions !
Innommable: hurlez.
Zombie Cinema, en français dans le texte.
Christoph
modo-admin
 
Message(s) : 2949
Inscription : 07 Sep 2002, 18:40
Localisation : Yverdon, Suisse

Re: [Innommable] Le Mur (situation sans antagonistes)

Message par Romaric Briand » 04 Nov 2010, 16:04

Super Christoph !

Je partage tes conclusions. Je ne pense pas que le problème soulevé demande un énorme travail de réécriture effectivement. Mais bon sang mec Quand est-ce que tu le sors ton fucking metaphysical horror game ?!
Un personnage de fiction souhaitant s'incarner dans la réalité... Les rolistes sont mes proies...
http://leblogdesens.blogspot.com/
http://sens.hexalogie.free.fr/
Romaric Briand
 
Message(s) : 2318
Inscription : 22 Oct 2006, 16:37
Localisation : Saint Malo

Re: [Innommable] Le Mur (situation sans antagonistes)

Message par Fabien | L'Alcyon » 07 Nov 2010, 23:35

Salut Christoph !

Belle partie, apparemment vous avez trouvé une atmosphère fascinante, avec une identité singulière, imprégnée d'absurde (au sens philosophique). Vous êtes parvenus à créer des symboles forts et à jouer avec. C'est dingue, c'est exactement ce que j'aimerais parvenir à faire avec Monostatos (avec d'autres références philosophiques). Ca ressemble beaucoup à ce qu'a fait Alain Damasio, avec La Horde du Contrevent (une de mes inspirations majeures). Bref, je suis jaloux et admiratif.

Plus techniquement, et puisque c'est moi en partie qui avais lancé le questionnement sur la place des antagonistes, je voudrais réagir à ton message. Beaucoup de bonnes choses ont déjà été dites, donc je vais me concentrer sur l'élément à mon avis le plus important cette discussion : la difficulté de faire attaquer le Mur. Il me semble que les attaques du mur pouvaient être non pas en rapport directement avec le Mur, mais dans la même esthétique que lui. Par exemple (mais c'est toujours facile de trouver des solutions par après), un personnage pouvait se réveiller un matin enfermé dans une pièce faite avec les mêmes pierres que le Mur; un autre pourrait voir son corps se transformer progressivement dans cette même matière ; ou bien encore le Mur pourrait avoir bougé pendant la nuit pour faire disparaître l'attache (en cas d'outrage à attache) d'un autre personnage. Au fond, ce n'est pas si important que l'antagoniste agisse contre les personnages, il faut surtout qu'ils s'en prennent plein la tronche de manière liée à la menace. Il ne faut pas être trop exigeant sur la causalité entre les deux.
Est-ce que ça t'aide dans ta réflexion ?
Monostatos, jeu de rôle héroïque et mystique : site de L'Alcyon et page Facebook
Ma sélection de jdr indépendants à essayer

Le forum de L'Alcyon a déménagé sur Les Ateliers Imaginaires !
Fabien | L'Alcyon
 
Message(s) : 533
Inscription : 29 Août 2009, 15:15
Localisation : Paris

Re: [Innommable] Le Mur (situation sans antagonistes)

Message par Christoph » 08 Nov 2010, 11:38

Hello

Je garde en tête ce que tu dis par rapport à tes visées pour Monostatos. Je n’ai pas de bonnes idées à te donner pour l’instant, si ce n’est d'essayer des situations similaires à Innommable avec des gens qui sont là pour jouer dans une veine « humaniste », et non nihiliste ou « célébration de la déchéance ».

Quant à ta proposition, elle cadre tout à fait avec ce que j’imagine comme moyen d'action de la part du Mur (en tout cas maintenant). Ça demande du bon vieux cadrage de scène bien agressif de la part du gardien. Ça pose de sérieuses questions quant à l’interaction entre la liste du sort, le cadrage de scènes et les tentatives d'agression. En effet, révéler à un joueur que son personnage se réveille enfermé entre quatre murs serait (du moins dans d’autres parties) typiquement un effet de troisième ou quatrième occurrence de nom (je lui colle un effet ou une condition indésirable : « être enfermé »).
Du coup, la seule différence entre une tentative d’agression et un effet de liste serait la manière dont ça se déroule dans la fiction : la première décrit une chose étant sur le point d’arriver, la seconde décrit un truc qui est là. En terme de jeu, ça a des effets très différents sur les joueurs (surtout ceux qui ont de la bouteille), mais je me demande si ça vaut vraiment la peine. J’hésite à expérimenter avec un truc plus salaud : si on veut se débarrasser d’un effet de la liste, la difficulté est augmentée de 1... voire augmentée de 1 à chaque fois qu’on rate le jet pour s’en sortir. Alors qu'un effet normal ne persiste pas autrement. Mais ça ne me satisfait pas tout à fait non plus.

Romaric, je publierai le jeu quand ce genre de questions seront réglées.
Innommable: hurlez.
Zombie Cinema, en français dans le texte.
Christoph
modo-admin
 
Message(s) : 2949
Inscription : 07 Sep 2002, 18:40
Localisation : Yverdon, Suisse

Re: [Innommable] Le Mur (situation sans antagonistes)

Message par Romaric Briand » 08 Nov 2010, 14:22

Romaric, je publierai le jeu quand ce genre de questions seront réglées.


Oui, ça tombe sous le sens, et j'espère que ces réglages verront le jour le plus tôt possible. Ma question rhétorique initiale visait à t'encourager bien sûr. ^^
Un personnage de fiction souhaitant s'incarner dans la réalité... Les rolistes sont mes proies...
http://leblogdesens.blogspot.com/
http://sens.hexalogie.free.fr/
Romaric Briand
 
Message(s) : 2318
Inscription : 22 Oct 2006, 16:37
Localisation : Saint Malo

Re: [Innommable] Le Mur (situation sans antagonistes)

Message par Christoph » 12 Nov 2010, 01:46

Oui, merci pour l'encouragement !
Christoph
modo-admin
 
Message(s) : 2949
Inscription : 07 Sep 2002, 18:40
Localisation : Yverdon, Suisse

Re: [Innommable] Le Mur (situation sans antagonistes)

Message par Beautés Immortelles » 12 Nov 2010, 18:42

Je voudrais savoir:
Les autre joueurs n'ont pas été frustrés qu'en guise de description de l'au-delà du Mur, ils n'aient eu que celle du sourire béat du grimpeur ?

Pour faire dans l'horreur, on aurait pu imaginer une vision infernale. Par exemple, à la manière d'HG Wells découvrir des Morlocks se nourrissant de gens disparus du village ou les âme torturés de ceux qui sont mort électrocuté. Quel effet cela ferait à un PJ de voir sa mère/femme/fille souffrir en Enfer ? L'exploitation/torture peut être également automatisée pour éviter les antagonistes.

Ou encore découvrir que :
- les ancètres/protecteurs (humains,dieux ou machine) des PJ et villageois exploitent à mort des esclaves pour "entretenir" le hâvre de paix "intra-muros". Cela fait une belle allégorie de notre société de conso du "Nord" (et aussi de celle ultra-coloniste du XIXe il ne faut pas l'oublier) qui doit son confort à l'exploitation du "Sud". (Ca me rapelle un vieux jeu de Croc: "Heavy Metal, pour un monde meilleur")
- le Mur est rongé petit à petit par le Néant. Dans 1 semaine tout disparaîtra.


Bref mettre les PJ face à un dilemne: cacher la vérité atroce pour que la communauté vive sereinement dans le mensonge ou dévoiler cette vérité avec des conséquences imprévisible.

Ex: si le destin de chaque villageois est que son âme soit exploité dans l'Enfer extra-muros, la moindre des pitiés n'est-elle pas via le malthusianisme d'épargner cela à de potentiels enfants ? Et hop, on stérilise tout le monde !
A l'opposé, si (au grand dépit du "christianisme" local) les "damnés" peuvent se réincarner dans les nouveaux nés et échapper aux tourments, faut-il lancer une sur-natalité donc surpopulation et faire un Enfer Intra-muros ?
Dans le cas du Néant, tout le monde déculpabilise: le vieux pervers abuse de sa domestique, l'adolescent refuse de bosser et pille le garde manger pour faire un dernier banquet,...

Puisqu'on est dans un jeu métaphysique, voilà 3 approches monothéiste/hindouiste/athée. Et pour ne par faire de prosélitisme: chaque PJ parvient au sommet et a une vision différente !
Beautés Immortelles
 
Message(s) : 23
Inscription : 27 Oct 2010, 22:55

Re: [Innommable] Le Mur (situation sans antagonistes)

Message par Christoph » 12 Nov 2010, 19:01

Salut

Tout le monde (moi y compris) a trouvé la fin très appropriée par rapport à la partie effectivement jouée. C'est moi qui pleurniche après coup parce que j'ai pas fait sortir le potentiel horrifique de mon jeu. Une vision d'horreur balancée à ce moment n'aurait pas collé avec l'esprit de la partie, mais j'aurais de la peine à transcrire pourquoi (et ce n'était pas mon but premier quand j'écrivais le rapport).
Cela dit, le principe du jeu est que si les joueurs déjouent la situation préparée par le gardien du mystère, alors c'est à eux de raconter le dénouement. Si les joueurs « perdent », alors c'est le gardien qui décrit comment la source vient faire son jogging dans le royaume des mortels (avec toute la destruction et la souffrance que cela implique). Bien sûr, pour que ce soit crédible, mieux vaut réincorporer des éléments déjà évoqués en cours de partie, sinon ça fait deus ex machina.
Les propositions de fins que tu fais sont donc en théorie possibles, que tu sois joueur ou gardien. Si j'avais réussi à mettre la pression et instaurer un climat d'horreur, ta proposition que tout se fasse ronger par le Néant m'aurait bien plu (en fait, j'étais en train de préparer le chemin à une sorte de fusion entre Rendez-vous avec Rama et l'Arche de Noé, le tout saupoudré d'une bonne dose de cynisme, mais ma foi, je me suis fait avoir).

Il faut aussi savoir que selon ce qui se passe en cours de partie, la dernière phase de jeu (quand les choses se révèlent) dure plus ou moins longtemps. Certaines de tes suggestions n'auraient pas bien collées avec les contraintes techniques, mais auraient pu être excellentes dans d'autres cas.

Finalement, mais peut-être que tu avais déjà saisi, ni joueurs ni gardien ne savent qu'est-ce que vraiment la source en début de partie. Tout cela se construit en cours de partie.

Est-ce que ça répond à ta question ?
Innommable: hurlez.
Zombie Cinema, en français dans le texte.
Christoph
modo-admin
 
Message(s) : 2949
Inscription : 07 Sep 2002, 18:40
Localisation : Yverdon, Suisse

Re: [Innommable] Le Mur (situation sans antagonistes)

Message par Beautés Immortelles » 15 Nov 2010, 19:03

oui, mais si j'avais été là, j'aurais insisté auprès de Sami pour qu'il décrive ce que Pierre André voit.
Si j'avais été Sami, suivant mon inspiration du moment j'aurais soit fait une description à haut intérêt reflexionnel, soit en manque d'inspiration, pris un malin plaisir à laisser les autres spéculer avec frustration, plutôt que de risquer la honte d'un "bof, c'est ça ?" qui m'a échappé à la fin du film Le Village
http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Village

WitchKing
Beautés Immortelles
 
Message(s) : 23
Inscription : 27 Oct 2010, 22:55

Re: [Innommable] Le Mur (situation sans antagonistes)

Message par Frédéric » 15 Nov 2010, 23:21

Beautés immortelles : en fait, la fin en elle-même n'étant pas prévue dans le scénar (i.e. ce qui se trouve derrière le mur) que ça ne fait pas partie des attentes des joueurs que de le découvrir véritablement. La solution choisie par Sami est donc élégante, car elle évite que les joueurs soient déçus par ce qu'il aurait pu inventer.
Frédéric
 
Message(s) : 3842
Inscription : 14 Juil 2006, 17:45
Localisation : Poitiers


Retour vers Banc d'essai

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Yahoo [Bot] et 1 invité

cron