[Yôkai] Le mensonge du fantôme

Rapports de parties de test, que vous soyez l'auteur du jeu ou non ! Les tests sont cruciaux, donnez-vous à cœur joie !
Règles du forum
étiquette et esprit des rubriques générales

[Yôkai] Le mensonge du fantôme

Message par Fabien | L'Alcyon » 08 Jan 2011, 16:24

Voici le rapport de la partie de Yôkai auquel nous avons joué avec Fred cette nuit, entre 1h et 4h du matin. La partie a duré longtemps parce qu'on a beaucoup inventé, testé et discuté en cours de route.

Voici les description de Yôkai (= fantôme en japonais) ici et ici. A la manière d'une partie de théâtre, la partie se découpe en différents actes où se développent les problèmes des différents personnages. Au dernier acte, on détermine quel est le personnage qui est responsable de la présence des fantômes (ce peut être un fantôme lui-même) et donc de la situation dans son ensemble.

Au début de la partie, on détermine aléatoirement (normalement en tirant des cartes illustrées, mais là on a fait avec les moyens du bord) un lieu général et un personnage pour chaque joueur (au moins un être humain et au moins un yôkai). A terme, on devrait avoir une liste de 36 yôkai et une liste de 36 personnages du théâtre traditionnel japonais. A chaque personnage ou yôkai on rajoute un qualificatif. Cela permet de fertiliser l'imagination et les échanges.

Fred est tombé sur un personnage nommé "le vieillard dansant". Comme le qualificatif était déjà là on en a pas fait plus.
Je suis tombé sur un Hakutaku, démon-lion lié aux apothicairerie, avec 9 yeux, des cornes et le don de dire l'avenir (en fait, j'ai mal traduit "auspicious" qui veut plutôt dire "qui apporte la bonne fortune" que "devin", mais on a gardé ça). J'ai décidé qu'il serait "calme" (pas un qualificatif très fertile, mais bon).

Acte 0 : L'apothicairerie
L'Acte 0 permet de placer le lieu central de l'histoire. Chacun le décrit à tour de rôle. On s'est décidé pour une apothicairerie en accord avec la description de mon yôkai.
C'est une apothicairerie qui sent fort les médicaments et les remèdes.
Elle sent également la maladie, la peur de la mort et les grossesses non-voulues.
Mais on y trouve également l'espoir de la guérison. L'apothicaire est un homme bon mais c'est aussi un marchand.
On décide de clore l'Acte ici.

Acte I (on n'a pas tout de suite décidé de titre pour les Actes)
L'Hakutaku est couché au-dessus d'une armoire, seuls certains peuvent le voir.
Un enfant pointe le doigt vers le Hakutaku "regarde maman, il a un gros chat, le monsieur".
"Attention petit, répond le Hakutaku, si tu parles trop, je te prédis que tu va prendre une mornifle" et effectivement la mère envoie une claque à son fils pour ne plus l'entendre, l'enfant pleure. Le Hakutaku le console "quand on va devenir un grand guerrier comme toi, on ne doit pas connaître les pleurs!"
Un samouraï, bien habillé et sabre au côté, entre. Il dégaine son sabre et, sans le voir, le lance vers le Hakutaku qui se retrouve cloué contre l'armoire (Fred me donne un dé de problème pour mon personnage). "Si tu dis vrai, il y a un démon au-dessus de cette armoire" Il essaie de dégager son sabre mais n'y parvient par. "Hmm, tu dois avoir raison". Fin de l'Acte I.

Acte II
(La numérotation des Actes n'est pas très claire. Fred voulait que l'Acte III soit forcément l'Acte de la résolution de tous les problèmes. En conséquent, on a un peu multiplié les scènes sur l'Acte II.)
Scène 1 Une entrevue difficile (ici c'est moi qui ai décidé à la fois du titre de la scène et de sa mise en place)
Le samouraï revient au château de son seigneur, honteux car il n'a plus son sabre. Un vieillard, jambes arquées et le pas léger, s'approche de lui. "Qu'est-ce qui ne va pas ?" dit-il en penchant la tête. Le samouraï se jette à genoux "Pardon, Monseigneur, je n'ai plus mon sabre, mais c'est pour une bonne cause." (dé de problème pour le personnage du samouraï). FIn de la scène 1.
Scène 2 Aux grands maux, les grands remèdes (ici c'est moi qui ai donné le titre de la scène et c'est Fred qui l'a mise en place)
Le samouraï quitte le château de son seigneur, d'un air décidé. Il entre chez lui. On entend un bruit sourd et une coulée de sang s'écoule par la porte. (Fred voulait sous-entendre que le samouraï s'est suicidé, mais j'ai voulu faire dévier les choses: ) Le samouraï entre et s'approche d'une femme qui accouche difficilement. Il essaie de l'aider et de la conforter, mais reste impuissant. La femme a le visage du vieillard dansant, seigneur du samouraï (don d'un dé de problème pour le vieillard dansant: il a une fille en train d'accoucher difficilement). Fin de la scène, même si on s'est rendu compte qu'on n'avait pas illustré le titre de la scène).
Scène 3 La mauvaise nouvelle (Titre donné par Fred, qui a ensuite mis en place la scène)
La sage femme s'esquive, elle court à l'apothicairerie. Elle voit l'Hakutaku qui lui prédit : "Si tu ne fais pas ce qu'il faut, et l'enfant et la femme vont mourir". Terrorisée, la sage-femme court au chateau et entre en catastrophe dans la chambre du seigneur. Le vieillard est au milieu d'un mouvement de danse qu'il ne quitte pas pour ne pas gâcher sa danse. "Vous savez que vous avez une fille et bientôt un petit-enfant !". Le vieillard continue sa danse et refuse de l'écouter (dé de problème pour la sage-femme). "Et vous savez très bien qui en est le père !" Le vieillard s'arrête et la regarde: "J'hésite entre vous suivre et vous faire découper en morceaux". Vingt gardes en armure complète entrent dans la pièce : "Monseigneur, faut-il la tuer?" Fin de la scène.
Fin de l'Acte

Je voudrais que l'on résolve les problèmes, nous sommes donc passés à l'
Acte III
Nous lançons chaque dé de problème. C'est le dé du Hakutaku qui donne le résultat le plus haut, c'est donc lui qui est responsable. Je dois raconter comment, en lien avec l'Abnégation (un concept de Fred, encore à creuse, je crois). Le Hakutaku s'avance donc sur le devant de la scène et s'adresse au public : "lorsque j'étais jeune, un jeune homme, aujourd'hui vieillard, est venu chercher l'apothicaire avec une femme. Il voulait savoir si l'enfant qu'elle portait était bien de lui. L'apothicaire était absent et par jeu, je lui suis apparu et je lui ai dit que c'était faux, par jeu. Le jeune homme, aujourd'hui vieillard, a abandonné la jeune femme en pleur. J'ai voulu réparer ma faute. J'ai prédis qu'en apparaissant ici, en étant cloué à cette armoire, cela pousserait le jeune samouraï à quitter son sabre et ainsi de suite... J'accepte mon sacrifice si cela peut résoudre ma faute."
Nous votons ensuite chacun pour décider des personnages qui sont sauvés, et de ceux qui doivent affronter leur problème (on a eu une longue discussion là-dessus, voir plus loin). Chacun prend deux dés et, caché, place vers le haut la face dont le n° correspond au personnage qu'il veut sauver. Chaque personnage qui reçoit un vote exactement est sauvé. S'il en reçoit 0 ou 2 et plus, il doit affronter son problème. Les votes sont les suivants (tous les cas possibles):
le Hakutaku : 2 votes
le samouraï : 0 vote
le vieillard dansant : 1 vote
la sage-femme : 1 vote
Le vieux seigneur suit donc la sage-femme et retrouve sa fille. L'enfant nait sans problème et le seigneur le reconnaît.
Le Hakutaku sent bien que tout s'est passé comme il le souhaitait. Il meurt, emportant dans l'autre monde le sabre transperçant son coeur. Le samouraï, fasse au seuil, entend son seigneur qui lui tourne le dos: "Je te suis reconnaissant pour ce que tu as fait, pour avoir pris soin de ma fille. Mais tu comprends bien que tu ne seras plus jamais le bienvenu ici." Le samouraï s'en va et commence une nouvelle vie de rônin (samouraï sans maître).

Commentaires
Voilà un jeu qui marche bien et qui a été rapide à mettre en place ! Belle partie, bien dans l'esprit (je craignais à un moment qu'on ne parvienne jamais à tout résoudre). Ma crainte principale est que la qualité de la partie vienne plus de notre imagination et de notre connivence que des règles. Je laisse ça à la conception de Fred.
Tout au long de la partie, on a essayé d'aller toujours vers les situations les plus fertiles, en ne racontant qu'une phrase à la fois (ce que j'ai essayé de rendre dans ce CR) pour laisser de la liberté à l'autre : peut-être à inscrire dans les règles.
On avait commencé à se distribuer des dés, comme dans Prosopopée, pour les descriptions que l'on aime bien. Finalement la mécanique de dons de dés a été abandonnée, puisqu'on ne s'en ait pas donné du tout dans la dernière scène alors qu'on racontait des trucs que l'on trouvait géniaux l'un et l'autre. Fred disait que l'on n'a pas utilisé cette mécanique parce qu'on a changé de démarche créative par rapport à Prosopopée, on est plus dans du Constructive denial (anciennement simulationnisme), on est passés dans du Story Now (anciennement narrativisme) puisque ce qui nous intéresse ce sont les choix déchirants des personnages.
On a beaucoup discuté du mécanisme de vote en fin de partie et plus largement de la manière de décider qui s'en sort et qui doit affronter son problème. On était d'accord sur le fait que chaque joueur a deux dés de problème à distribuer tout au long de la partie. Je proposais que chaque joueur, à la fin, puisse choisir un seul problème, ce qui permet un choix bien Story Now ("mon dieu, qui vais-je sauver ?") mais Fred trouvait que c'était trop certain, qu'il faudrait plus d'incertitudes. On est arrivé à une solution sympa du vote : chacun prend deux dés et les cache. Pour chaque dé, il met sur la face du haut le numéro d'un personnage qu'il veut sauver. On révèle les dés. Si un personnage a exactement un vote, son problème est résolu. S'il n'a aucun vote ou deux ou plus votes, il affronte son problème. C'est sympa parce que ça veut dire qu'on peut toujours sauver tout le monde, mais que si on veut trop qu'un personnage survive, il va y rester ("Ah! comme c'est déchirant !")

Encore à faire
J'ai un vrai questionnement sur la propriété des personnages. J'ai du mal à comprendre pourquoi on a besoin d'avoir chacun son personnage. Ca a une justification dans le drame (on est plus attaché à certains personnages qu'à d'autres), mais ça n'a pas de justification dans la fiction. Je trouve que c'est dommage (mais c'est peut-être parce que je pense en Constructive denial plutôt qu'en Story now, je ne sais pas). Je laisse ça également au jugement de Fred.
Pour la propriété, Fred proposait également qu'un personnage (autre que les personnages des joueurs) appartienne au premier qui s'en saisit durant la scène. J'aime bien ça.
Il faudrait décider qui peut dire comment se termine une scène.

Encore à faire, mais c'est mineur
Il y a quelques travaux de dénomination à faire : appeler les dés de problème des dés de drame (pour des raisons de couleur, ça pousse les joueurs à chercher des problèmes graves et prenant), trouver une dénomination pour les êtres humains aussi.
Il faut aussi trouver un moyen élégant de voter quand on est à plus de 3 (puisque à ce moment-là on a 8 problèmes et que donc on ne peut pas tous les représenter sur un dé à 6 faces).

Je propose maintenant de répondre à vos questions. J'invite aussi Fred à compléter et à réagir.
Monostatos, jeu de rôle héroïque et mystique : site de L'Alcyon et page Facebook
Ma sélection de jdr indépendants à essayer

Le forum de L'Alcyon a déménagé sur Les Ateliers Imaginaires !
Fabien | L'Alcyon
 
Message(s) : 533
Inscription : 29 Août 2009, 15:15
Localisation : Paris

Re: [Yôkai] Le mensonge du fantôme

Message par Frédéric » 10 Jan 2011, 00:39

Merci beaucoup, Fabien, pour ce compte-rendu.
Je n'ai pas grand chose à ajouter, c'est très complet, si ce n'est que Fabien et moi, étant imprégnés de culture japonaise, avons pris un véritable pied à jouer cette histoire de théâtre japonais (occidentalisé par commodité).

Quelques éléments supplémentaires :
Pour clore une scène, on a décidé de faire un signe avec les mains : les taper, face orientée vers le visage, dos orientés vers un autre joueur. L'autre répond ensuite s'il est d'accord en reproduisant le geste. C'est bien sûr une évocation des volets coulissants qui ouvrent et ferment les scènes dans le théâtre japonais.

Ce que je trouve intéressant chez les fantômes japonais, en plus de leur exotisme, c'est le fait qu'ils aient des comportements associés assez spécifiques : le démon renard peut prendre une apparence humaine, parfois en gardant par maladresse un éléments physique du renard (sa queue, par exemple), le lion Haku taku apporte la bonne fortune etc.
Et ça change de nos fantômes et démons occidentaux.

Mon argument pour laisser des PJ (qu'un seul joueur jouera tout au long de la partie) et des PNJ (qui peut changer de joueur à chaque scène), c'est pour amener des variations dans l'attachement affectif aux personnages de la scène, et parce que ça me semble important d'avoir des personnages qu'on est les seuls à contrôler en terme de propriété : le samurai pouvait être décrit comme un fourbe à la scène deux alors que je le voyais courageux. Mais au moins, le vieillard dansant restera sous mon aile, il me semble que ça peut donner des jeux de "protagonisme" intéressants (à tester plus longuement).

Merci encore, Fabien pour avoir grandement participé à ce game design (ma foi fort efficace et plaisant) et pour m'avoir incité à faire un playtest alors que je gardais ce jeu pour plus tard.

Je vais écrire un premier jet des règles d'ici peu.

Le jeu est fortement influencé de S/lay w/me et de Dirty Secrets (auquel je n'ai encore jamais eu l'occasion de jouer). :)
Frédéric
 
Message(s) : 3842
Inscription : 14 Juil 2006, 17:45
Localisation : Poitiers

Re: [Yôkai] Le mensonge du fantôme

Message par Fabien | L'Alcyon » 10 Jan 2011, 11:43

Je me demandais si on n'a pas mélangé deux rôles différents pour les personnages:
  • celui qui est responsable de la situation (le meurtrier, le menteur...)
  • celui qui va sauver la situation, qui va pouvoir/vouloir résoudre certains Drames mais pas d'autres (à cause des votes)
Ici en lançant les dés de problèmes (ou dés de Drame), on a décidé que le Hakutaku est en même temps le responsable des Drames (y compris le sien) et celui qui va les résoudre. Comme en plus, il doit faire face à son Drame (être transpercé par la lame du sabre du samouraï), cela implique qu'il se sacrifie pour se réparer sa faute (d'où la notion d'Abnégation).

Je ne sais pas si c'est important, dans ta vision, de séparer ces deux rôles ou pas, mais je pense que ça apporterait du potentiel supplémentaire au jeu. Il y aurait ainsi des issues possibles à l'histoire bien différentes.
Je suggère donc que l'on lance un dé pour chaque personnage appartenant à un joueur (pas les autres personnages, ce qui justifie donc dans la fiction la propriété exclusive de ces personnages à un joueur). Celui dont le résultat est le plus haut est le héros qui résoudra le problème.
Qu'en penses-tu ?
Monostatos, jeu de rôle héroïque et mystique : site de L'Alcyon et page Facebook
Ma sélection de jdr indépendants à essayer

Le forum de L'Alcyon a déménagé sur Les Ateliers Imaginaires !
Fabien | L'Alcyon
 
Message(s) : 533
Inscription : 29 Août 2009, 15:15
Localisation : Paris

Re: [Yôkai] Le mensonge du fantôme

Message par Frédéric » 10 Jan 2011, 15:05

Ok. Je vais aller dans ce sens là pour le texte de jeu.
Frédéric
 
Message(s) : 3842
Inscription : 14 Juil 2006, 17:45
Localisation : Poitiers

Re: [Yôkai] Le mensonge du fantôme

Message par Christoph » 11 Jan 2011, 03:13

Hello les gars

Ce que je lis m'intrigue, me séduit, m'étonne, mais avant d'avoir joué à cette nouvelle mouture, ce dont j'ai très envie, je n'en dirai pas plus. En revanche, comme je suis aussi curieux, je vais vous poser une question.

Seriez-vous d'accord de détailler votre processus de création de personnage aléatoire ? Je comprends bien le but final, mais le processus m'intéresse aussi : comment avez-vous fait en attendant les listes des 36 yôkai et 36 personnages ? Est-ce que les qualificatifs sont aussi issus d'une liste ?
Innommable: hurlez.
Zombie Cinema, en français dans le texte.
Christoph
modo-admin
 
Message(s) : 2949
Inscription : 07 Sep 2002, 18:40
Localisation : Yverdon, Suisse

Re: [Yôkai] Le mensonge du fantôme

Message par Frédéric » 11 Jan 2011, 03:28

Salut Christoph !
C'était une technique de fortune :
Pour les Yôkai, on a dit une lettre de l'alphabet au hasard et on a choisi un nom parmi ceux correspondant à la liste de ce site : http://obakemono.com/
(À noter que ce n'est pas une technique très valide, notamment parce que toutes les lettres de l'alphabet latin ne sont pas présentes, mais ça a suffit pour le playtest).
Pour les humains, on a fait de même sur cette page wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Masques_du ... e_japonais
En conservant seulement les humains.

Pour les qualificatifs, Fabien a inventé, moi je n'en ai pas eu besoin puisque je suis tombé sur le "vieillard dansant", il en possédait déjà un.
Frédéric
 
Message(s) : 3842
Inscription : 14 Juil 2006, 17:45
Localisation : Poitiers

Re: [Yôkai] Le mensonge du fantôme

Message par Frédéric » 14 Jan 2011, 01:32

Et voici le premier jet des règles de Yôkai : les règles telles qu'on les a jouées avec Fabien, avec les petites précisions et modifications qui nous ont parues nécessaires.
http://froudounich.free.fr/PDF/Y%C3%B4kai%2001.pdf
Vous remarquerez que si on enlève les tableaux pour tirer des personnages, des personnalités et des lieux, il reste moins de 2 pages de règles... ça me fait bizarre un jeu si court. À voir si après 3, 5, 10 parties, ça reste excitant.
Pour le moment, on a 72 yôkai, des terribles, des trop classes et des vraiment ridicules (une tortue bouffeuse d'anus, une ombrelle unijambiste, il y en avait même un : le tanuki, qui pouvait transformer ses parties génitales pour modeler ce qu'il voulait (y compris une maison ou une montagne s'il le veut) j'ai enlevé ce détail pour rester un peu sérieux, tout de même ! (mais j'hésite à le remettre pour rester canonique). J'aime bien cette diversité représentative de cette mythologie, mais si ça doit nuire inconditionnellement aux parties, je ferai peut-être un tri plus draconien. Les spécialistes de Miyazaki découvriront que beaucoup de ses créatures font partie des mythes japonais : les ko-dama, les sans-visages, les tanuki...

Je pense que le jeu peut très bien être joué par des non-spécialistes du folklore japonais. (Par contre, un mélange de joueurs experts et néophytes poserait-il problème ?)

Edit : tout compte fait, j'ai séparé les yôkai en deux groupes : ceux qui parlent et peuvent être joués en tant que personnages principaux, et les autres pouvant servir à enrichir la fiction au cours de la partie.
Frédéric
 
Message(s) : 3842
Inscription : 14 Juil 2006, 17:45
Localisation : Poitiers

Re: [Yôkai] Le mensonge du fantôme

Message par Fabien | L'Alcyon » 14 Jan 2011, 10:44

Génial, merci Fred pour ces règles ! Je vais voir à les tester dès que possible !

Quelques remarques :
1. Avec ta règle bienvenue qu'à partir de 4 joueurs, chacun ne possède qu'un seul dé de Drame, on peut toujours voter chacun avec des dés, ce qui est plus sympa en termes de couleur de système ("attention, on révèle tout tous ensemble !") que d'écrire sur un bout de papier.
2. Peut-être faudra-t-il penser à fusionner l'Acte 0 et l'Acte 1, d'abord parce qu'un "Acte 0" ça fait bizarre et ensuite parce que ça donnerait plus de consistance à ces deux premières phases du jeu.
3. En revanche, les esprits ratons-laveurs qui peuvent utiliser la peau de leurs couilles comme ils le veulent, c'est canon, tu peux pas l'enlever de ton jeu ! Regarde ces scènes d'anthologie de Tanuki, des studios Ghibli, où les Tanuki se servent de leurs testicules comme armes et comme objets quotidien. "Vous voyez ce grand tapis confortable sur lequel vous êtes installés ? Vous savez ce que c'est ? Et bien c'est la peau de mes roubignolles ! 15m² !"
De manière plus général, je me dis qu'on peut tout à fait avoir des personnages qui nous semblent ridicules sans que ça nuise à la qualité de la partie, c'est juste que le ton change un peu.
Monostatos, jeu de rôle héroïque et mystique : site de L'Alcyon et page Facebook
Ma sélection de jdr indépendants à essayer

Le forum de L'Alcyon a déménagé sur Les Ateliers Imaginaires !
Fabien | L'Alcyon
 
Message(s) : 533
Inscription : 29 Août 2009, 15:15
Localisation : Paris

Re: [Yôkai] Le mensonge du fantôme

Message par Frédéric » 14 Jan 2011, 14:28

Oui, j'ai modifié ça à propose du tanuki (qui n'est pas un raton laveur) dans la dernière version en regardant Pompoko (j'avais vu que le début et il me semblait qu'ils changeaient de forme sans leurs testicules, mais c'est avant leur entraînement...)

Ok pour tes remarques. Je me demande si c'est utile aussi de limiter les dés de drame à 1 max par scène ?
Frédéric
 
Message(s) : 3842
Inscription : 14 Juil 2006, 17:45
Localisation : Poitiers


Retour vers Banc d'essai

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)

cron