[Innommable 9] L'Heure du Conte

Rapports de parties de test, que vous soyez l'auteur du jeu ou non ! Les tests sont cruciaux, donnez-vous à cœur joie !
Règles du forum
étiquette et esprit des rubriques générales

[Innommable 9] L'Heure du Conte

Message par Lionel (Arkel) » 13 Mars 2011, 02:54

Et voilà, Vendredi 4 mars, première partie d’innommable côté Gardien. Une envie de voir ce qui se passait de ce côté là, et je n’ai pas été déçu du voyage. Bonne lecture du compte rendu de partie, mode pavé *ON*.
Si vous avez des remarques, questions, suggestions.. n'hésitez pas

« L’Heure du conte »

Contexte :

La situation se déroule de nos jours, dans une ancienne bibliothèque de quartier, dans un petit village. La bibliothèque sera abandonnée pour un endroit plus grand et moderne - tandis que celui-ci sera réhabilité pour en faire des bureaux d’une entreprise locale. Elle est encore ouverte au public et propose pour la dernière fois en ce lieu une animation, « l’heure du conte » qui commencera à minuit : des histoires, passages de romans seront lus par les participants à cette occasion. Les joueurs arriveront un peu avant l’heure prévue. Depuis que la fermeture du lieu est annoncé, le public afflue pour profiter des derniers moments de ce lieu de rencontre. Un vigile a dû être embauché pour réguler le nombre de personnes qui s’y rendent.

Les protagonistes

Hélène. Une bibliothécaire. 32 ans [Gaël]
Attache : son livre de conte

David. 30 ans. Prof. ‘anglais. – un habitant du quartier [Dominique]
Attache : sa fiancée, Isabelle

Louise. Une mamie de 70 ans. Usager fidèle de la bibliothèque, qui connaît bien Hélène [Nathan]
Attache. Son Teckel, Pépette

Emma. 30 ans. Le vigile récemment embauché. Amie de david [Aurélie]
Attache : Cécile, sa meilleure amie.

élément esthétique

Le livre, symbole de la connaissance et d’évasion spirituelle, moyen de passage d’un monde à l’autre par l’imaginaire.

Antagonistes :

Les lecteurs possédés par les personnages de romans
La matérialisation des personnages de romans… contes etc…

Symptômes révélateurs du mystère

1 – Les rayonnages de la bibliothèque deviennent un vrai labyrinthe – Une légère odeur d’épices accompagne cette altération
2 – Une silhouette fantomatique vêtue « à l’ancienne » [1820] tend un livre au protagoniste avant de se dissoudre sous ses yeux – une légère odeur de souffre persiste après cette apparition
3 – Des cris étouffés proviennent de certains livres « au .. secours.. libérez.. .moi… je brûle » (événement récurrent) – l’odeur de souffre et d’épices devient plus intense
4 – Des lecteurs se prennent pour des héros de romans (historique, horreur…)

Évènement déclencheur


– Des livres tombent des étagères tout seuls et s’ouvrent sur des passages vierges d’écriture, et pleins d’illustrations très réalistes d’un homme / femme / enfant, au visage déformé par la terreur
Avant de commencer la partie, j’ai dû clairement expliquer les règles (çà a pris environ 1heure). Dominique n’ayant testé innommable qu’une fois, Nathan (çà faisait longtemps, des points de règles ayant changé), Aurélie ne connaissant pas du tout [ne faisant du Jdr que depuis peu]. Seul Gaël connaissait au final. Et moi 1ère fois dans le rôle du gardien <çà n’a pas été de tout repos> La partie seule a duré un peu plus de 3H, avec une petite pause pour se dégourdir les jambes.

Commençons par le déroulement de la partie :

L’Heure du conte approchant, Hélène (la bibliothécaire) accueille les nouveaux participants. C’est avec entrain qu’elle mène David ainsi que mamie Louise (très fidèle lectrice) dans l’espace d’animation. Mais à peine ont-ils franchis le seuil, qu’ils se rendent compte que les rayonnages s’étendent à perte de vue. D’innombrables séries d’étagères remplies de livres constituent un véritable labyrinthe.
Intrigué par les ouvrages, David ne peut s’empêcher de chercher des livres d’Histoire, et commence par avoir la vision d’un corbeau noir qui semble vouloir lui dire quelque chose, mais ignore ce dont il s’agit. Quant à Louise, elle surprend son Teckel, Pépette, courir attraper un lapin blanc qui finit par le distancer. Secouée par la présentation inhabituelle des lieux, Hélène a un flash d’une forêt sombre où grogne un loup terrifiant.

De son côté, Emma (la Vigile) ne reste pas inactive. Faisant le tour des lieux pour en garantir la sécurité, elle découvre avec stupéfaction le nouvel agencement des rayonnages. Elle croit alors voir au loin une fillette ressemblant à Cécile, sa « meilleure » amie, lorsqu’elle était plus jeune.
Prompte à faire demi tour pour échapper à cet étrange phénomène, Louise se retrouve confrontée à une silhouette fantomatique (années 1800’s) qui lui tend un ouvrage ancien. Elle s’en saisit, et le glisse dans son sac en pensant le feuilleter plus tard.

Finalement, ils se regroupent pour mieux appréhender la situation, et décident de chercher la sortie qui semble bien loin maintenant. Les voilà qui sèment derrière eux des livres afin de pouvoir retrouver le chemin parcouru… Mais c’est sans compter le feu qui commence a prendre sur les livres laissés à terre, des flammes remontant dangereusement vers eux avec comme une traînée de poudre.
Paniqué par la tournure des choses, David décide de se tourner vers les livres, croyant que la solution s’y trouve. Feuilletant livre après livre, il entend venant des ouvrages des cris étouffés : « au .. secours.. libérez.. .moi… je brûle ». Ouvrant avec précaution un livre sur Jeanne D’arc, croyant que cela vient de là, il se retrouve projeté lui même en lieu et place de la jeune femme, brûlant à son tour sur le bûcher. Il reprend conscience, un instant plus tard légèrement brûlé, et les vêtements fumants. Il se croit alors hors de danger jusqu’au moment ou un évêque ventripotent brandit une faux à coté de lui criant « Brûlez le, cet hérétique ! » .David s’enfuit alors sous la menace de ce qu’il croit être une hallucination.

Pendant ce temps, Hélène et Mamie Louise courent autant qu’elles le peuvent, jusqu’à rencontrer des livres vivants aux mâchoire métalliques. Hélène décide de monter sur les étagères pour mettre une saine distance entre elle et ces monstres, tandis que Louise est victime d’une hallucination qui lui fait perdre les pédales. [Son chien enfle tant est si bien jusqu’à se transformer en loup menaçant au regard démoniaque] [la j’ai un gros blanc … une histoire de livre et d’oiseaux qui s’en échappent.. Gaël. ; si tu passes par là pour compléter ^^]
Mais si d’un côté Hélène se tient a distance des livres menaçants, de l’autre coté, c’est une foule constituée des participants de la soirée au comportement inhabituel (munis de livres et même certains avec des armes réelles (hache, …) Et c’est pendant cette menace imminente que les ouvrages tombent des étagères ouverts, des illustrations vivantes et réalistes d’homme/femmes/enfants le visage grimaçant de douleurs s’en échappent.

Croyant que le problème réside dans la bibliothèque qui veut se venger (en tant qu’entité) car abandonnée par les habitants, chacun cherche dans les livres LA solution pour les sortir de là.
Louise fouille dans son sac pour consulter l’ouvrage ancien qui se révèle être le Nécronomicon, David a une vision d’une dame blanche ressemblant à sa femme Isabelle qui lui tends une coupe (le Graal ?) qui le projette dans une pièce inconnue (mais confortable)

Sortant de son sac, une bombe anti agression, Mamie Louise fait de la résistance et défend tant bien que mal la malheureuse bibliothécaire des agresseurs. Elle y parvient jusqu’au moment où un des lecteurs lit un passage d’un roman à voix haute, et Louise se retrouve momentanément attachée dans un lit, et subit un joli déboîtage de la cheville gauche avec un maillet avant de revenir dans « la réalité »
Appuyés par Emma (qui sacrifie son attache) pour s’en sortir [je ne sais plus comment], Louise / Hélène l’accompagne pour finir dans une pièce luxueuse avec table, nourriture à foison. Une dame en rouge (la bibliothécaire du nouveau lieu – contrôlée par l’entité)

Et là, l’enfer dans la bibliothèque : S’aidant de l’ouvrage interdit, Mamie Louise invoque les éclairs pour carboniser l’incarnation de ce qui veut leur perte. Mais elle rit avec une expression mauvaise et semble résister au déchaînement des forces mystiques. En retour elle matérialise 3 loups (ressemblant à Pépette transformé dans son hallucination) qui foncent vers Louise. Mangeant un peu de nourriture sur une des dessertes, la Dame en rouge grandit, devenant ainsi gigantesque.

[ici un oubli : me semble que Hélène (Gaël) fait quelque chose avec son attache, les loups qui retournent à l’intérieur du recueil je crois…]

Voulant imiter la Dame en rouge, Louise mange quelque chose mais rapetisse. Et La première la met « sous verre » d’un rire dément.
C’est là que finalement intervient David, prêt à tout pour sortir de ce cauchemar. Armé d’une épée trouvé dans la pièce (qui était adjacente), il tente de planter « l’incarnation de la source », mais finalement se fait rattraper par son propre cauchemar, l’évêque à la faux, qui lui coupe un bras et finit son office.
Luttant jusqu’au bout, Mamie Louise, décide finalement en dernier recours d’invoquer la vraie puissance du Nécronomicon pour détruire toutes les âmes aux alentours du village, pour résoudre la situation. Calmant par la même le lieu et ceux qui ont été influencés/soumis à son emprise.
Elle réussit contre toute attente, mais en échange voit son âme et celle de ses concitoyens être envoyées dans le néant.

Epilogue :

Le village est devenu bien calme depuis les évènements macabres ayant eu lieu. Personne n’a jamais découvert qui a tué David dans la bibliothèque.. et finalement peu importe. Car le peu de joie de vivre qui animait le village a disparu. C’est comme si toute vie s’était retirée des environs. Des sectes s'installent dans le coin, mais sans succès. Hélène et Mamie Louise se souviennent encore de ce qu’il s’est passé, Mais c’est comme si elles étaient mortes en même temps que le village ce soir. [dans le désordre et je ne me rappelle plus qui çà concerne : il me semble : Hélène est devenue une tueuse en série, errant de ville en ville, et finit tuée par la police/ Emma s’est faite enfermée dans un asile / Mamie Louise n’aspire plus qu’à Mourir)
Ø Pour les fins, il va falloir que je redemande confirmation à Gaël / Nathan / Aurélie…

En pratique voici quelques points à noter sur la partie:

· Je ne sais pas si je me suis planté en donnant les dés 20 : dès le 1er symptôme j’ai ajouté 5D20. Gaël m’a dit en fin de partie qu’il trouvait que c’était trop d’un coup. Aurais je dû échelonner tout çà ?

· Là où j’ai eu un peu de mal (pour moi une première d’avoir autant de liberté pour le joueur) : le positionnement du gardien : ce qu’il peut/doit faire et la latitude donnée aux joueurs. Lors d’une description, j’ai ainsi concédé une description à Gaël alors que c’est moi qui aurait dû le faire…*boulette*

· A un moment j’ai eu l’impression que la situation mystérieuse m’échappait. Je suis parti sur des antagonistes au début, mais les joueurs ayant proposé une autre interprétation (ici le fait que ce soit le bâtiment qui se révoltait ou presque.. était pas mal vu ). J’ai du modifier mes plans et partir dans un autre sens. Est venue ensuite la femme en rouge – bibliothécaire de la « nouvelle bibliothèque » possédée par l’entité.

· Le thème choisi a t il été trop large ? on a pu avoir l’impression que pendant la partie, çà allait dans tous les sens ( contes, romans, romans historiques… trop de thèmes pas assez d’unité dans la situation mystérieuse – pourtant toujours autour du livre). A refaire une partie, j’aimerai bien la centrer cette fois sur les contes uniquement : car ici c’était bien parti avec de nombreuses références exploitables.

· Alors les 1, çà a été la fête en fin de partie.. avec Mamie Louise (Nathan) qui a cumulé à lui seul trois « 1 » au cours de la partie. dont deux "1" sur un jet, mais j'ai pris le parti de ne le considérer que comme 1 seul (donc deux 1 = 2 confrontations à réussir en plus)

Ses jets ont à chaque fois été un échec de sa part. donc si je me trompe pas les échecs (c’est moi) les réussites sont laissés à la charge du joueur (voir confusion du positionnement du Gardien , plus haut)
Çà a été utilisé comme suit (espérons que je ne me sois pas emmêlé les pinceaux) :
Lors de l’échec, je ne savais plus si je devais oui ou nom inclure une description impactant le joueur. Finalement, j’ai rajouté un événement surnaturel avantageant la source. Et la victoire sur la source n’a pu être « validée » qu’après une autre confrontation

- conflit initial : tentative de résolution par un sort occulte élémentaire [réussite avec deux 1] > sort occulte de foudre lancé avec succès MAIS résistance de la Dame en rouge
- conflit supplémentaire 1 : les trois loups invoqués > Hélène enferme les loups dans son livre de conte
- conflit supplémentaire 2 : la dame en rouge grandit > Nathan utilise le Nécronomicon pour oblitérer les âmes (et donc celle de la dame et de la bibliothèque y compris)

çà peut effectivement être intéressant, mais après la partie, je me suis demandé si finalement il n’aurait pas été plus judicieux d’augmenter la difficulté de 1 suite à chaque échec causé par un 1… dans la limite de la difficulté 7 (ou pas.. je sais pas ce que çà pourrait donner dans ce cas). De mon coté, je trouvais que çà rallongeait artificiellement la confrontation de cette manière. [çà c’était mon ressent « sur le moment », et puis les circonstances sont particulières… ]

· Avec Aurélie toute nouvelle joueuse de Jdr, j’ai essayé d’expliquer au mieux les mécanismes liés à l’attache.. je n’ai pas eu l’impression que çà a porté ses fruits. Elle a enfin compris quand j’ai formulé l’imagé d’un bouclier pour lui faire comprendre son utilité… image malheureuse.. côté immersion. ; il y a mieux >< ; Pour le coup, je l’ai trouvé assez « détaché de son personnage.

· Un cafouillage avec la possibilité de Transgression (toujours avec Aurélie), pas de D8 à l’horizon, elle avait une idée d’événement surnaturel (D4) mais impossible a concrétiser car : ni D8 / ni événement de transgression : la partie a été « soft » de ce côté d’ailleurs) – éventuellement une suggestion « bancale » mais au final çà n’a pas été utilisé. Et pourtant j’aurais bien aimé lui donner la possibilité de s’exprimer à ce moment là / apparemment çà coinçait coté transgression pour Aurélie (les autres avaient par contre plein d’idées bien glauques ^_^)

· La fin proposée par Nathan (Mamie Louise) n’a pas convenu à tout le monde. Une fin peut elle avoir autant d’influence que celle racontée ici sur tous les personnages présents (l’annihilation des âmes, ce n’est pas rien…)

Pour conclure, çà été une partie correcte, des cafouillages par ci par là, et j’ai eu la vision de ce que doit faire le Gardien : une attention de tous les instants est nécessaire pour suivre les actions de chacun. C’est sûr, côté Gardien on ne voit vraiment pas le temps passer. Je crois qu’ici j’ai été trop « gentil » : pas l’habitude d’un sadisme à 100% sur les joueurs… et j’en ai sûrement oublié des choses…
Phrase d’anthologie de la partie :
Citation de David (alias Dominique) : - « Je veux continuer à vivre dans mon intégrité physique même si je suis mort »
Lorsqu’il essaye de défendre son cas pour ne pas subir un outrage / transgression de la part de la joueuse incarnant Emma [on susurrait alors des pistes sur la nécrophilie ou nécrophagie :p] lorsque que son personnage est mort.
Lionel (Arkel)
 
Message(s) : 25
Inscription : 19 Nov 2009, 12:45

Re: [Innommable 9] L'Heure du Conte

Message par Frédéric » 14 Mars 2011, 15:29

Sympa, j'aime beaucoup ta situation mystérieuse !
Je vais laisser Christoph répondre aux questions que tu soulèves, je pense qu'il est le mieux placé pour ça. ;)
Frédéric
 
Message(s) : 3842
Inscription : 14 Juil 2006, 17:45
Localisation : Poitiers

Re: [Innommable 9] L'Heure du Conte

Message par Christoph » 16 Mars 2011, 21:29

Salut Lionel

Merci infiniment pour ce rapport de partie !

Réponses à tes questions et suggestions

Il s'agit effectivement d'échelonner la distribution des dés en fonction des symptômes. Voir pages 14 et 15 de la version 008. Ceci dit, avec 4 joueurs, ma formule indique que le symptôme d'ouverture contribue 5 dés (2x4-3=5). Et on donne d'abord tous les dés d'un type avant de passer au prochain type. C'était donc juste. Ensuite un dé par symptôme intermédiaire et deux pour le symptôme déclencheur.

Quand on me dit que la situation est partie en vrille, cela veut généralement dire que le gardien a perdu le contrôle. Le fait est que rien ne garantit au gardien de tout pouvoir contrôler ! D'ailleurs, en lisant ton compte rendu ça semble s'être plutôt bien passé ! Une fois les symptômes révélés, tu joues simplement les antagonistes. Une fois tous les dés donnés, tu joues les antagonistes restants et la source. Si les joueurs pensent que la maison est animée, alors soit c'est introduit par des Monologues (auquel cas cela concerne la définition de la source et non des antagonistes), soit c'est du pur délire de leur part, que tu es libre de dénoncer, reprendre ou ignorer selon ce qui t'arrange. Hors Monologues ils jouent leur personnage (voire leur attache), mais ils n'ont certainement pas d'emprise sur la source et encore moins sur les antagonistes. Un conflit permet bien sûr d'atteindre aux intérêts des antagonistes ou de la source, mais pas de faire de révélations fracassantes à leur sujet. Je n'arrive pas à dire si dans la fiction que tu rapportes les éléments sont introduits par les joueurs ou le gardien, si tu veux une analyse plus fine il faudrait préciser.
Si tu as l'impression que la situation part en vrille parce que la source n'est pas celle que tu croyais, alors c'est que tu as amenés trop de préjugés à la séance. La source se définit en cours de partie, c'est donc tout à fait voulu par ce fourbe que je suis.

Je suspecte effectivement, avec le recul c'est plus facile, que ton élément esthétique est un peu trop large. Mieux vaut resserrer vers quelque chose de très typé et haut en couleur.

Un lancer, même s'il comporte plusieurs « 1 », ne contribue qu'une seule case pour la troisième phase. La règle dit « chaque lancer réussi contenant (ou ayant contenu avant relance) au moins un « 1 » augmente ce nombre de succès nécessaires de 1 (ça c'est clairement à la masse, mais je voulais essayer pour voir) ». D'ailleurs, si tu rejoues, je conseille de fixer un maximum au-delà duquel tu n'iras pas, par exemple le nombre de joueurs plus un (ou pourquoi pas le double, mais ça dépend si vous voulez une grosse confrontation épique et si vous avez le temps).
Ceci dit, je pense que vous avez très bien géré la chose. Augmenter la difficulté c'est traître. J'ai joué à une partie où la difficulté était de 6 (la gardienne aurait pu monter à 7 mais avait pitié de nous) et on s'est tous fait oblitérer, tant les échecs étaient nombreux. Je préfère rallonger le conflit dans une certaine mesure.

Pour la transgression, je pense de plus en plus que c'est une mauvaise règle. Je suis navré qu'elle vous ait embêtée !

La prochaine version des règles vise à introduire une démarche à suivre pour le gardien, et peut-être un peu pour les joueurs. Plusieurs gardiens m'ont dit ne plus savoir où donner de la tête tant il y avait de choses à gérer et tant les événements avançaient vite et je veux remédier à cela.

« Je veux continuer à vivre dans mon intégrité physique même si je suis mort »

J'ai bien ri ! J'espère pour lui que sa dernière volonté a été respectée !


Questions sur ton rapport

La narration de la fin est encore un point que je dois éclaircir. Il s'agit de distinguer la narration de la dernière réussite et l'épilogue. Pour ce qui concerne la dernière réussite, je ne donne pas assez d'indications. La réussite devrait effectivement être racontée par le joueur ayant effectué le dernier lancer, mais c'est peut-être un peu frustrant pour les autres. Je ne suis pas pour le consensus, mais il va falloir que je trouve un moyen de faire qui soit fairplay. Il faut aussi décider si le dernier lancer de dés contre la source signifie vraiment la fin de la phase, où peut-être faut-il encore laisser les protagonistes régler leurs comptes avec d'éventuels antagonistes survivants, voire entre eux.
Pour ce qui concerne l'épilogue. En cas de victoire des protagonistes, chaque joueur devrait se restreindre à narrer l'épilogue de son protagoniste et de son entourage (personnes liées aux attaches par exemple), s'il a survécu. Si le protagoniste est devenu injouable en cours de partie, alors il n'y a peut-être qu'un épilogue touchant son entourage, mais c'est au joueur de le raconter. Le gardien peut éventuellement contribuer si le personnage est passé du côté de la source et a survécu, sinon il n'a aucune autorité dans l'épilogue. En cas de victoire de la source ou des antagonistes, c'est le gardien qui raconte (et les joueurs qui pleurent, sauf ceux passés du côté de la source).
Est-ce que le joueur qui a lancé le rituel ultime a pris un d4 pour refléter l'effet surnaturel ? Sinon, pas d'effet surnaturel (sauf si c'est une répétition d'un effet déjà « acquis » auparavant). Comment cela s'est-il décidé que le Nécronomicon allait aspirer l'âme de tous les habitants du village ? C'est le genre de chose idéales à raconter s'il y a un « 1 » qui apparaît (et qui exige donc une description horrible), ou si cela a été amené par des Monologues auparavant. Sinon ça peut donner l'impression que c'est un peu gratuit.

Je ne vois pas beaucoup d'interactions avec les attaches. Est-ce qu'elles ont été anecdotiques ? Ça peut arriver dans certaines parties. Parfois c'est parce que le joueur s'en fichait, parfois parce que ce n'était pas un élément fondamental pour le personnage (je suspecte un peu le livre de conte d'être dans cette catégorie, après tout, on peut toujours racheter un livre de contes si on le perd). Parfois ça décolle juste pas. Est-ce que l'un d'entre vous aurait quelque chose à dire à ce sujet ?
Innommable: hurlez.
Zombie Cinema, en français dans le texte.
Christoph
modo-admin
 
Message(s) : 2949
Inscription : 07 Sep 2002, 18:40
Localisation : Yverdon, Suisse

Re: [Innommable 9] L'Heure du Conte

Message par Lionel (Arkel) » 19 Mars 2011, 16:54

Alors, dans l'ordre :

Du point de vue narration, je commence à mieux cerner les choses. Il faut dire qu' "Innommable" n'est que le second jeu narratif que j'ai mené (en premier : "la méthode du docteur Chestel", si on peut le caser dans cette catégorie, et uniquement en 2 parties test l'an dernier). Ici, j'avais du mal a discerner la marge de manœuvre que j'avais vraiment, ce que je pouvais faire ou pas, et la liberté accordée aux joueurs qui forcément contrecarrent les plans les mieux préparés [ceci étant dû au fourbe créateur du jeu]

D'abord, ce qui m'a le plus gêné c'est que je ne sois pas arrivé à introduire mon antagoniste préparé. Et que finalement, ce soit la Dame en rouge, proposée par Nathan, qui a émergé. Mais finalement, au lieu de vouloir caser à tout prix un antagoniste/source qui ne paraissait ne pas avoir sa place dans l'histoire telle qu'elle a été racontée, j'ai préféré reprendre cette idée et la réadapter.
Mais dans l'ensemble, c'est satisfaisant, même si je me dis : çà ce serait mieux passé si j'avais fait / pas fait telle chose dans l'histoire...


Ensuite, au niveau des attaches, dans le cas d'Aurélie (Emma), je pense que la joueuse ne savait pas trop quoi en faire « sinon l'utiliser de façon factuelle , sans trop s'impliquer dedans ( je lui avais décrite son attache comme un lien émotionnel qui faisait d'elle un être humain, ou une sorte de bouclier émotionnel qui la protège : je n'aurais pas dû. Par la suite c'est comme çà qu'elle s'en ait servi... en accessoire) . Pour Dominique (David), il avait tendance à un peu l'oublier. Et une fois, dans une scène ou il aurait pu l'intégrer parfaitement – et que justement tous les joueurs à la table s'attendait à son utilisation / apparition / citation – et bien.; en fait .. non : çà n'a pas eu lieu. Dommage. Sur le coup on lui a fait remarquer que l'occasion aurait été vraiment belle, et là il a finalement sorti son attache de ses « cartons ». Par contre, dans le cas de Dominique (David) j'ai bien aimé la façon dont il a joué son personnage sans concessions, et comment il a fini par imaginer son personnage (d'ailleurs, je trouve que sa vie s'est terminé en apothéose. Dans le glauque, certes, mais digne d'un (anti-)héros désespéré ^^ )
Pour Gaël (Hélène), l'attache choisie a surement influencé sa façon de l'utiliser . très (trop?) proche de l'élément esthétique, Malheureusement çà fait parti des choses dont je me souviens plus très bien. Il a bien utilisé son attache, que j'ai fini par attaquer définitivement (le livre de conte part en morceau]. Mais au final dans mes souvenirs, peu de lien « affectif »établi entre l'attache et le personnage.
Dans le cas de Mamie Louise (Nathan), à part l'explosion finale de son attache, çà reste dans le flou artistique [Nathan et Gaël > vous pouvez allégrement compléter]

Une question à ce propos sur les attaches : on peut bien les attaquer au fur et à mesure de l'utilisation du joueur OU tout d'un coup (3 occurrences) pour effet modéré, grave ou terminal (cf p 27), c'est bien çà ? Dan le cas de Gaël, ayant une panne sèche d'impro, j'ai préféré attendre les 3 occurrences pour en finir, mais je me demande si j'aurais pas dû y aller de façon plus insidieuse et progressive... (sadique?)

Pour finir, En ce qui concerne les effets surnaturels provoqués par Nathan (Mamie Louise), dans les 2 cas, il a pioché 1D4 disponible dans le bol. Puis il a enchainé sur une confrontation avec la source (donc jet requis).
A base de deux incantations différentes présentes dans le nécronomicon : D'abord un emploi « physique » , la foudre puis un peu plus mystique : l'anéantissement des âmes. Pour ma part, çà ne m'a pas trop étonné qu'il en arrive là. Dans la situation du joueur, déjà, c'était lui qui a été à l'origine des de tous les 1 obtenus (qui à chaque fois étaient présent lors d'un échec). Que Mamie Louise se plonge complètement dans l'occulte jusqu'à y perdre son âme me semble logique [au vu de tout ce qu'elle a subit y compris la perte de son être cher(son attache, Pépette) de la façon la plus monde qui soit : si je me trompe pas, il a fini par gonfler jusqu'à en exploser ne laissant qu'un teckel en kit sur la pauvre mamie hystérique...] après, qu'elle emporte aussi l'âme des autres au passage, là est la question...
A noter, apparemment , Nathan avant de décider de la façon de faire « le final » avait précisé qu'il avait 2 possibilités pour arriver vers la fin de la source : une brutale et l'autre un peu plus fine (et bien sûr, on a eu droit à la fin « brutale » ^-^)

« Je veux continuer à vivre dans mon intégrité physique même si je suis mort »


J'ai bien ri ! J'espère pour lui que sa dernière volonté a été respectée !

Oui, comme nous aussi çà nous a fait bien rire, on ne lui a rien fait : Paix à son âme ...

edit du 21/03/11 : corrections des fautes + mot(s) manquants... ooouh je devais vraiment être fatigué vu les énormités...
Lionel (Arkel)
 
Message(s) : 25
Inscription : 19 Nov 2009, 12:45

Re: [Innommable 9] L'Heure du Conte

Message par Christoph » 29 Mars 2011, 18:27

Salut Lionel

Mes excuses pour le temps de réaction !

J'ai du mal à comprendre ce qui s'est passé, je vais donc encore te poser quelques questions. Le fait que tu décrives Innommable comme étant un « jeu narratif » (expression que je déteste, sans détester ceux qui l'utilisent évidemment), me fait penser que tu as un biais sur l'approche que je propose.

La plupart du temps, ça se joue comme un jeu traditionnel. Chaque jouer a un protagoniste, qui vaque à ses affaires, découvre des trucs bizarres, a quelques scènes solos (avec les attaches), puis probablement décide de prendre les choses en main. Bref, chaque joueur joue son personnage. La pratique que je décris là n'a rien de « narratif », sinon tous les jeux sont narratifs (et si on utilise ce terme, c'est bien pour opérer un distinction, non ?)
Je dis explicitement dans le texte qu'un joueur qui réussit son lancer de dés peut décrire l'issue. Je vais devoir décrire plus exactement ce que ça veut dire dans la version finale, mais il est exclu de faire des révélations paranormales grâce à cette règle. Il y a un conflit, il y a des gens dans une situation, on décrit la l'issue sans inventer grand de nouveau contenu. En particulier, si on essaie d'intimider quelqu'un pour lui faire cracher une information, on n'invente pas cette information, c'est malgré tout le gardien qui informe le joueur de l'information. Je prétends qu'à beaucoup de tables de jeu de rôle, le MJ laisse parfois, voire régulièrement, le joueur décrire l'issue, du moins quand il n'y a rien de trop ambigu. Ce n'est donc pas vraiment une caractéristique « narrative ».
Là où ça se complique, ce sont évidemment les Monologues, mais aussi les relances et éventuellement les « 1 ». Le Monologue, c'est clair et net, ajoute du paranormal et le gardien n'a rien à dire. Ce que je dois absolument préciser, c'est que le Monologue ne doit ajouter que des informations par rapport à ce qui est surnaturel (en particulier la source, mais surtout pas les antagonistes). Les relances permettent d'introduire de nouvelles informations par rapport à son propre personnage, potentiellement paranormales. Ça reste cependant dans le cadre de son personnage. Le « 1 » implique juste d'ajouter à la description de l'issue quelque chose d'horrible, il est vrai, potentiellement dépassant juste le champ des possibles de son personnage.

En tant que gardien, c'est pour le moment encore un peu flou, mais si les joueurs se tiennent à ce que j'ai dit plus haut, ce n'est pas sorcier. Dans la première phase, tu places tes symptômes, ce qui semble avoir bien fonctionné (dis-moi si je me trompe). Dans la deuxième phase, tu joues les antagonistes. Les joueurs peuvent faire les suppositions qu'ils veulent, t'es le seul à les connaître et à décider de ce qu'ils font. C'est là que je ne comprends pas pourquoi tu n'as pas réussi à les introduire. Tu décris une scène où les protagonistes se font attaquer par des lecteurs possédés, et blam, les antagonistes sont là. Est-ce que tu as réussi à faire ça ? Ensuite, il est vrai que d'après la situation mystérieuse que tu as décrite, les antagonistes ne sont pas particulièrement en position de force. C'est-à-dire qu'on ne connaît pas leurs ambitions : pourquoi sont-ils « méchants » ? Que veulent-ils obtenir en fin de compte ? En plus, cette ambition doit impliquer un danger significatif pour les protagonistes ou du moins ce à quoi ils sont attachés, et les conséquences de la réussite des antagonistes doit, à terme, être non-négligeable pour une bonne partie du monde. Qu'est-ce que tu avais prévu à ce sujet ?
Peux-tu m'en dire plus sur la manière dont est arrivée la Dame en rouge ? Comment Nathan est-il arrivé à en parler ? Comment a-t-elle pris de l'ampleur ?

Concernant les attaches, je ne sais pas trop quoi dire, mais la règle que je t'avais proposée par mail qui consiste à définir trois « attaches potentielles » puis de choisir qu'une fois la partie bien entamée laquelle est la bonne a donné de bons résultats pour moi.
Une autre piste se base peut-être sur le personnage de Louise. C'était un protagoniste comique, en particulier du fait qu'elle avait un teckel comme attache. Si le teckel n'était qu'une chose importante parmi d'autres, elle aurait peut-être fini par attacher de la valeur à d'autres choses. Louise aurait été moins caricaturale et peut-être plus sérieuse sur un plan personnel pour Nathan. Je réalise que je vise une expérience non-triviale (non-divertissante) et que peut-être quand les joueurs mettent les attaches de côté, c'est un signal que c'est une voie qui ne les intéresse pas. Ou seulement avec des amis que l'on connaît bien, et je soupçonne que ce groupe de joueurs ne se connaît pas de longue date et que la confiance est encore à construire. Ce n'est finalement pas grave, il y a des parties d'Innommable qui partent dans l'humour noir ou burlesque et qui fonctionnent bien, mais je ne dois pas m'attendre à ce que les attaches y jouent un rôle fondamental (bien qu'elles le puissent).

Ceci me mène sur la piste de la réaction des gens face aux incantations de Mamie Louise. Je pense que son emploi était techniquement correct. Il ne peut juste pas imposer de mal sérieux aux autres protagonistes sans qu'il y ait lancer de dé et tracer de nom par le gardien pour valider l'effet. Mais il y a peut-être eu rupture de ton : une vieille dame rigolote, un peu caricaturale, son chien qui gonfle et qui explose, et puis... qui anéantit les âmes de tout un village ? « Je crois que j'ai raté un épisode » me semble être la réaction que j'aurais eue. Ça ne veut pas dire que Nathan ait mal joué, juste que vous avez touché un point très délicat d'Innommable : mettre tout le monde sur la même longueur d'onde au niveau du ton et de l'esthétique. Le rôle du gardien est prépondérant, car c'est lui qui donne le la en début de partie. Si tu as eu de la peine à introduire les antagonistes (qui participent à l'élaboration du ton et de l'esthétique de la partie), ce n'est pas étonnant qu'il y ait eu par la suite des divergences de cet ordre entre joueurs. Rien de dramatique ! Innommable est un jeu auquel on devient meilleur au fil des parties, et qui est plus cohérent avec des gens qu'on connaît bien ou qui ont des sensibilités similaires. Et je compte en dire plus dans le texte d'ici la version finale, pour aider les gardiens et joueurs à arriver au plus vite à un stade vraiment satisfaisant pour ce jeu, ton rapport de partie m'aide beaucoup à clarifier mes idées à ce sujet. J'espère juste que cela ne vous a pas trop frustrés !
Innommable: hurlez.
Zombie Cinema, en français dans le texte.
Christoph
modo-admin
 
Message(s) : 2949
Inscription : 07 Sep 2002, 18:40
Localisation : Yverdon, Suisse

Re: [Innommable 9] L'Heure du Conte

Message par Lionel (Arkel) » 13 Avr 2011, 18:45

Désolé également. Je te dépasse en temps de latence , Christoph .. mais c'est pour la bonne cause : pour digérer le pavé et prendre du recul, et surtout écrire correctement après un bon coup de fatigue et un rhume persistant (çà m’apprendra de me croire en été et de me mettre en plein vent avec des vêtements légers.)
Effectivement, « narratif » n'est pas nécessairement le terme approprié. J' ai sûrement été biaisé dans mon approche du jeu en cela. Quand j'ai écrit « narratif », c'était surtout pour souligner la participation du joueur et son implication dans la partie via les monologues et même dans les possibilités offertes afin de modeler / influencer le flot de la partie
Je crois que tout est lié à l'improvisation nécessaire face aux actions aussi inattendues que géniales que peuvent avoir les joueurs face à la trame même de la situation mise en place.
Et ceci, résume bien le problème qui s'est posé :
Le Monologue, c'est clair et net, ajoute du paranormal et le gardien n'a rien à dire. Ce que je dois absolument préciser, c'est que le Monologue ne doit ajouter que des informations par rapport à ce qui est surnaturel (en particulier la source, mais surtout pas les antagonistes).

Dommage… J'ai donné trop de latitude aux joueurs, en oubliant de cadrer un peu plus certaines choses. Le cas de la dame en rouge qui n'aurait pas dû exister, par exemple [puisque que c'est un antagoniste non prévu à la base].
Cependant, il est vrai que les symptômes ont parfaitement fonctionné. Ils ont bien structurés la partie et signé l’avancement de l’histoire. Malheureusement, par manque d’anticipation ou de maîtrise de l’improvisation, je n’ai pas introduit à temps l’antagoniste que j’avais pourtant préparé : Georges Valmont
Voici ce que j’avais prévu au départ pour les motivations, ambitions etc… :
En préparant le déménagement, Le bibliothécaire en chef de la commune, Georges Valmont (35 ans) a découvert des ouvrages précieux emmurés qui font parti d’une collections occulte datant de 1820. Il a découvert en lisant certains volumes, le moyen de libérer les personnages de fictions en enfermant l’âme d’une personne vivante dans un livre par un pacte démoniaque, pour laisser un personnage s’incarner dans sa victime. La possibilité d’enfin rencontrer ses « héros » favoris l’a fait basculer dans la folie. Il a déjà eu l’occasion de tester cette connaissance, et çà marche au delà de toutes attentes. Pour lui, L’heure du Conte est le moyen idéal pour accomplir un rituel de grande envergure et réaliser « son rêve » et que coexistent imaginaire et réalité.
Il tentera par tous les moyens de faire lire ou écouter aux participants des passages des ouvrages occultes, qui permettent de pactiser avec des forces obscures. Et s’il n’y arrive pas, il aura recours à la force, avec le concours des personnages qu’il a déjà matérialisé (les lecteurs possédés).
Si les joueurs ne déjouent pas son plan, Valmont recommencera son œuvre dans la nouvelle bibliothèque, avec encore plus de livres à sa disposition, pour créer un monde ou le réel et l’imaginaire se mélangent.

ET forcément, moi qui avait préparé çà aux petits oignons, je ne suis pas satisfait du résultat. En effet, dans une scène (dans mes souvenirs un peu flou) Nathan avait directement inclus dans un monologue la découverte d’un antagoniste > j’aurais dû les amener jusque là et non l’inverse. Il me semble d’ailleurs que tout est parti d’une réflexion commune de la tablée sur les possibles origines des évènements, et de là, j’ai suivi le mouvement puisque tous étaient d’accord.
Mais du coup certaines motivations / explications prévues de la situation sont passées à la trappe
D’ailleurs, j’aimerai vraiment avoir sa vision des choses. Il va falloir que je le relance à l’asso ou via MP pour qu’il intervienne ici s’il a le temps, Gaël y compris.

Tu décris une scène où les protagonistes se font attaquer par des lecteurs possédés, et blam, les antagonistes sont là. Est-ce que tu as réussi à faire ça ?


Là, je n'ai pas profité de la scène pour inclure Valmont dans le lot.. et j'aurais dû, çà aurait franchement simplifié les choses, même si çà aurait rendu les choses plus compliqués pour les joueurs. Sauf que c’est quand même le but du jeu de les mettre sous une difficulté insoutenable.
Concernant les attaches, c’est vrai que le simple nom « Pépette » prête à sourire rien qu’à sa mention – ton humoristique non voulu pour l’histoire. et le choix de l'attache dtermine pas mal de choses y compris l'implication du joueur. Il faudra que je teste avec 3 attaches potentielles la prochaine fois.
En tout cas, bien vu Christoph ! Ces joueurs n’ont vraiment pas l’habitude de jouer ensemble Et l’approche différente de chacun avec une joueuse débutante dans le lot n’a peut être pas facilité les choses.

Finalement, j’ai vraiment l’impression d’avoir été TROP gentil, le tout venant probablement de mon inexpérience à mener ce jeu. La prochaine fois, je me promet d’être plus incisif et de tous les pourrir ces joueurs ^_^

P.S : A part çà je peux te rassurer. [Dominique] m’a dit qu’il n’avait testé Innommable que 2 fois : la première fois avec Fred (Démiurge) et la deuxième fois avec moi. Il m’a dit que dans les 2 parties il avait passé un bon moment. Je pense que l’appréciation d’un Meneur sur soi-même et beaucoup plus intransigeante (sans compromis), et qu’on a tendance à ne pas se faire de cadeau. On ne voit que les points négatifs et pas suffisamment les points positifs sur le moment :p
Lionel (Arkel)
 
Message(s) : 25
Inscription : 19 Nov 2009, 12:45

Re: [Innommable 9] L'Heure du Conte

Message par Nathan » 22 Avr 2011, 12:42

De memoire la dame en rouge, n'etait qu'un PNJ, comme le curé, ou le loup. Nous (les joueurs) les avons créé pour placé un monologue. Mais la différence pour la dame rouge, c'est qu'elle n'avait pas disparu à la fin du monologue, donc tu la repris comme antagoniste.
Après le pourquoi la dame en rouge est apparu ? Je dirais qu'on arrivait vers la fin de la partie, mais il nous manquait une entité physique... Nous étions la proie à des attaques de plus en plus nombreuse, mais l'origine restait mystique et surtout intangible.


Concernant l'attache de mamie Louise, même si elle a était créé de manière un peu comique, elle n'en est pas moins resté une vrai attache et joué comme tel. Passé les deux premières minutes, pepette n'était plus un "objet" de moquerie. Même si je t'accorde que c'était prendre un risque pour toute la partie.
Par contre la où à mon goût personne ne joue l'attache à 100% c'est que la perte de son attache fait perdre son "humanité". Et à mon gout, il y a deux façon de jouer cette inhumanité : la folie (bon à être interné), ou la dépression profonde (envie suicidaire). Dans les deux cas, ca veut dire fin de partie pour le joueur, donc la réaction classique c'est une petite monté d'adrénaline, et on passe à la suite...

Christoph a écrit :La règle dit « chaque lancer réussi contenant (ou ayant contenu avant relance) au moins un « 1 » augmente ce nombre de succès nécessaires de 1 ».


Je vient de voir le problème. Sauf erreur de ma part, ce n'est pas la règle que nous avons appliqué. Car nous avons appliqué ce malus pour chaque lancer contenant un 1 et non pour lancer réussi contenant un 1.

La preuve : Je n'ai pas réussi un seul lancé. Et c'est moi qui ai apporté ces malus :D
Nathan
 
Message(s) : 87
Inscription : 30 Juin 2008, 04:38

Re: [Innommable 9] L'Heure du Conte

Message par Christoph » 26 Avr 2011, 12:01

Salut les Pictaviens

Merci pour vos messages. J'espère que tu es complètement rétabli, Lionel.

La dame en rouge pouvait apparaître dans un Monologue (le seul moment où un joueur peut diriger des choses autres que son protagoniste et son/ses attache-s), elle ne pouvait juste pas devenir une antagoniste. Elle aurait pu se révéler être une agent de la source (ce n'est pas le cas des antagonistes !), ou pourquoi pas un être opposé à la source ou juste là par hasard (si vous connaissez le mythe de Cthulhu, pensez à Nodens). En revanche ce n'est pas la source elle-même, qui ne peut se manifester qu'à la phase 3, sous la responsabilité du gardien. Encore une fois, je dois absolument récrire ces règles afin de clarifier les zones d'ombre.

Ce que Nathan dit sur le manque d'entité physique me semble de plus en plus important, pour l'avoir vu dans d'autres parties. Tout au moins, il faut que les protagonistes puissent raisonnablement agir contre la source.

Pour l'attache je serai moins extrême que toi, Nathan. Surtout avec la règle qui demande de définir plusieurs attaches potentielles et d'en valider une en cours de partie. J'ai vu des protagonistes sacrifier leur attache, et pour finir de se retrouver un sens à la vie en fin de partie. Par exemple un astrophysicien qui a vu toutes ses théories balayées. Il a finalement renié sa discipline pour devenir compositeur (l'épilogue expliquait bien que le contact avec la source l'avait complètement chamboulé, et que ce n'était plus vraiment le même.)
Innommable: hurlez.
Zombie Cinema, en français dans le texte.
Christoph
modo-admin
 
Message(s) : 2949
Inscription : 07 Sep 2002, 18:40
Localisation : Yverdon, Suisse


Retour vers Banc d'essai

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Yahoo [Bot] et 1 invité

cron