[innommable] nuit au laboratoire

Rapports de parties de test, que vous soyez l'auteur du jeu ou non ! Les tests sont cruciaux, donnez-vous à cœur joie !
Règles du forum
étiquette et esprit des rubriques générales

[innommable] nuit au laboratoire

Message par paragon » 28 Mars 2011, 19:24

Samedis 27 mars alors que nous étions rassemblé pour notre séance de D&D et ce soir là un des joueurs a dût nous quitter plus tôt. Nous nous sommes retrouvé à 4 et il nous restait donc 2 heures (celles entre 10h et minuit) pour jouer. J'ai donc proposé une partie d'innommable qui me semblait bien adapté pour meubler un temps aussi court. Ni une, ni deux nous avons rangé notre (lourd) matériel de D&D, éteint les lumière et rassemblé les dés nécessaires.

Nous étions deux, un joueur et moi, à avoir déjà joué à ce jeu et le premier défi a été d'expliquer les règles au deux autres. Une fois cela terminé nous avons enfin plongé dans le cauchemar.

Pardonnez le fait que mon texte ne soit pas très bien organisé mais je comprend maintenant pourquoi certain rôlistes ont des carnets de notes avec eux.

L'histoire prenait place dans un centre de recherche génétique de Philadelphie. Les joueurs incarnaient respectivement le docteur Hans Bergenstein, généticien allemand, Sam Miller son assistant et accessoirement l'amant de la femme de Bergenstein et enfin Chuck Fisher le concierge. Le docteur et son assistant venaient relever Banderschwein afin d'assurer la permanence de nuit dans le centre de recherche. Alors qu'il sortait Banderschwein leur avait glissé qu'il se passait des choses étrange dans le laboratoire, puis, sans en ajouter d'avantage il les avait laissé.

Les deux autres savants se sont donc rendu dans le labo pour découvrir une expérience qui semblait avoir explosé, laissant derrière elle d'inquiétants résidus vert-noir. Sur une des paillasses était également posé une sorte de grimoire traitant de l'amélioration du corps humain. Ni une ni deux l'intérêt du Docteur Bergenstein fût piqué et il tenta de décrypter les secrets du grimoire. Malheureusement (ou heureusement) il ne fût pas capable d'en extraire les secrets. Pendant ce temps le concierge était arrivé pour tâcher de nettoyer les dégâts occasionnés par l'étrange expérience. Alors qu'il finissait et qu'il retournait ranger ses balais et ses éponges il entendît une porte s'ouvrir, il continua d'avancer et glissa sur une étrange flaque noir et gluante qui coulait de sous une porte. Il appela les deux scientifique et ensembles il entrèrent dans la pièce d'où provenait le miasme noirâtre. À l'intérieur était mis en place une étrange marmite pleine du bouillon avec un gros bec bunsen chauffant dessous. Bergenstein s'est approché et crût voir une forme humaine au fond de la marmite. Il tenta de mettre fin à l'expérience en éteignant le bec bunsen mais cette manoeuvre fût voué à l'échec et il ne parvînt qu'à se brûler.

Un peu plus tard, alors que Sam Miller marchait dans les couloir il reçu sur la tête un grille provenant d'une bouche d'aération. En effet une sorte de champignon avait attaqué la grille et était en train de se répandre dans le bâtiment. S'en suivit une discussion mouvementée avec Chuck Fisher sur la propreté du bâtiment. Après avoir finis de s'engueuler les deux se sont séparé mais pas pour longtemps.

Bergenstein lui retourna tenter d'extraire les secrets du livre Il eu la mauvaise idée d'allumer des Bec bunsen en prévision des test qu'il aurait à faire. Résultat une énorme explosion le projetant sur les étagères pleines de verrerie. Ayant bien souffert il se retrouve dans les pommes et se fait réveiller un peu plus tard par le docteur Banderschwein en personne. Mais ce dernier lui asséna un coup fantastique quand il se fût rendu compte que son collègue avait tenté de s'emparer des secrets du livre. À bout de force Bergenstein tenta de s'allier avec la source, il finit donc avec sont corps dissout car la méthode visant à augmenter la puissance d'un être demandais de consommer des corps, le sien ou celui d'autres.

Les deux autres compères après s'être copieusement engueulé se sont séparé dans le bâtiment, c'est Chuck qui entendît en premier les bruits de voies qui venaient de la cafétéria; s'y trouvait tout les autre savants du complexe qui buvait l'inquiétante boisson verte-noire. le concierge bû aussi, mais son esprit n'étant pas un grand esprit comme celui des scientifique la potion n'eût aucun effet, du moins pas l'effet escompté. Le nettoyeur se réveilla un peu plus tard, ligoté avec une chaîne de vélo bien salle et bien grasse. Au moment même Sam Miller entrait dans la cafétéria à son tour, il y vît le concierge mais comme ils s'étaient disputé il ne s'en soucia guère. Sa maîtresse qui était là aussi lui proposa de boire et lui aussi bût. Il eu par lui suite la mauvaise idée de demander à ce qu'on libère le concierge et se fît mettre dehors avec un gros coup de pied pour avoir proposer une idée aussi stupide. Il eu donc aussi l'idée d'aller chercher le livre et réussi à le lire sans se faire tuer, il découvrît que le secret pour devenir vraiment l'être amélioré, la source, il fallait boire le liquide comme les autres mais il fallait aussi prendre un bain étrange; le bain noir où ils avaient crû voir Banderschwein. Il s'y baigna donc. Un seul problème subsistait il ne pouvait y avoir qu'une seule source et soit lui, soit Banderschwein devraient mourir.

En sortant de la salle il se retrouva face au champignons du début mais puisqu'il était devenu la source il réussi à les renvoyer ailleurs. Il pût donc retourner à la cafétéria sans encombre. Chuck fisher profita de la surprise causée par son retour pour réussir à briser ses liens et à s'enfuir par le vide ordures, par la suite le concierge tenta de fuir le bâtiment et y parvînt de justesse.

Sam Miller se retrouvait donc seul et obligé de vaincre l'autre source, lui dominant les champignons et Banderschwein dominant les autres savants. Réfugié dans une salle Sam se retrouva en tête à tête avec sa maitresse, il allait commencé la scène d'amour/horreur et je savait déjà comment elle allait le faire souffrir. Mais le joueur mort en profita pour lui donner un d12 et décréta que en fait ce n'était pas elle et qu'il avait simplement eu une illusions. Ce fût un des meilleur moment de la partie qui dégénéra en la plus grosse déception (enfin).

À ce stade la partie s'annonçait mal pour Sam Miller, en effet vus le nombre d'échec critique qui avaient été fait en cour de partie la source avait 13 case dont seulement 2 étaient remplie. J'ai donc laissé le joueur déclarer forfait et décrire une fin où il se tue et où le mystère subsiste sur la source. En effet alors que Chuck Fischer prenait une douche en essayant de se convaincre que tout ceci n'était qu'un cauchemar il vît des champignons qui arrivaient par le siphon de sa douche...


Voilà, j'ai bien apprécié la partie malgré quelques écart et une faible connaissance des règles qui nous a un peu pénalisé. J'espère pouvoir remettre ça un des ces jour, même si un des trois joueurs a détesté ce jeu (il est bien le seul que j'ai croisé pour le moment).
paragon
 
Message(s) : 96
Inscription : 08 Fév 2011, 16:59
Localisation : La Chaux-de-Fonds, Suisse

Re: [innommable] nuit au laboratoire

Message par Christoph » 29 Mars 2011, 19:11

Salut !

Je suis le mec qui expliquait les règles de Grey Ranks à Ludesco. Es-tu d'accord que j'utilise ton prénom pour nos échanges ici ? J'ai déplacé le fil dans la rubrique Banc d'essai parce que tu as fait un rapport de partie d'un jeu non-terminé (Parties est dédiée aux parties jouée avec des jeux terminés). Il n'y a aucun soucis, tu essaieras d'y penser une prochaine fois.

En tant qu'auteur d'Innommable, je te remercie infiniment pour ce rapport de partie ! J'ai un tas de questions pour toi !

Est-ce que le gardien avait une situation préparée ou a-t-il tout improvisé ?

Est-ce que vous avez bien suivi les règles concernant les cases ?
Dans ce fil, il y a écrit :La règles des « 1 » a été modifiée avec une idée de Frédéric (narrer un événement horrifiant) et une autre, réintroduite suite à une remarque soulevée par Fabien, qui permet de déterminer le nombre de victoires à obtenir en fin de partie : a priori il ne faut qu'un seul succès, mais chaque lancer réussi contenant (ou ayant contenu avant relance) au moins un « 1 » augmente ce nombre de succès nécessaires de 1 (ça c'est clairement à la masse, mais je voulais essayer pour voir).

Donc on ne considère que les lancers réussis, et il n'y a qu'une case qui vient s'ajouter, même s'il y a plusieurs « 1 ». J'hésite à mettre une limite supérieure qui serait du nombre de joueurs plus un, surtout s'il arrive qu'on finisse avec 13 cases en suivant la règle actuelle. Dans tous les cas, je pense que vous avez bien géré cette situation.

Je vois que les protagonistes se sont pris un tas de trucs en travers de la figure. Le gardien traçait-il des noms de la liste du sort à chaque fois ?

Dans la part de surnaturel, qu'est-ce qui est venu des joueurs (via les Monologues) et qu'est-ce qui est venu du gardien ? Est-ce que les joueurs ont pris un d8 (connaissance occulte) quand ils se sont mis à déchiffrer le livre ? Qui a inventé les informations contenues dans le livre ?

Est-ce que tu désires que je t'explique certaines règles plus en détail ? Je vois par exemple que tu parle de plusieurs sources, et que c'étaient des humains. Ceci n'est pas prévu dans les règles. Je ne dis pas que c'est grave, mais ça peut amener à des situations bizarres dans la partie, qui ne seraient peut-être pas couvertes par les règles et qui vous laisseraient donc dans le flou. Je veux bien parler de tout autre point aussi.

Est-ce que le joueur qui a détesté le jeu a expliqué pourquoi ? Ça ne me fâche pas du tout, c'est juste pour mieux comprendre ce qui peut plaire et déplaire aux gens.
Innommable: hurlez.
Zombie Cinema, en français dans le texte.
Christoph
modo-admin
 
Message(s) : 2949
Inscription : 07 Sep 2002, 18:40
Localisation : Yverdon, Suisse

Re: [innommable] nuit au laboratoire

Message par paragon » 29 Mars 2011, 20:30

Le gardien c'était moi, j'avais une situation prête mais je l'avais écrite pour l'appel de Cthulhu (ce qui a pût crée quelques problèmes pour la partie).

On a bien fait un 1 (échec critique) = une case de plus à la source.

Oui, les joueurs ont morflés (si je puis dire ainsi), mais malgré cela ils étaient en bien bonne santé à l'approche de la fin de la partie ( 1 seul mort sur 3, un avec 5 case et trois sur son attache un autre avec 4 cases et 3 sur son attache). 3x8 ça fait 24 scène où il faut faire mal au joueurs ce qui est quand même beaucoup.

Pour le livre oui un d8 a été saisi, je n'aurai laissé le contenu être déchiffré autrement. Mais puisque les joueurs touchaient à ce jeu pour la première fois sauf 1 il a fallut les aider à avoir des idées.

Pour les plusieurs source c'était assez tiré par les cheveux, moi j'ai pris ça comme une fusion avec la source mais aussi comme un moyen de la défier. C'était sans doute le point le moins claire de notre partie et finalement on l'a géré de cette façons.

Ce que j'aimerai bien savoir c'est comment la partie continue quand un PJ rejoins la source.


Le joueur ayant détesté a dit: trop noir, trop malsain. Je m'attendais à tout sauf à ça de la part d'un type qui adore jouer sur sa XboX à Dead Space, Bioshock, Fall Out et autre Survival Horror.
paragon
 
Message(s) : 96
Inscription : 08 Fév 2011, 16:59
Localisation : La Chaux-de-Fonds, Suisse

Re: [innommable] nuit au laboratoire

Message par Christoph » 31 Mars 2011, 18:28

Hello

Merci pour tes réponses. La question de l'utilisation des scénarios Appel de Cthulhu m'intéresse. Est-ce que tu as pu utiliser autre chose que l'idée générale de départ ?

Un « 1 » n'est pas un échec critique, ça c'est de l'héritage D&D qui n'a pas cours dans Innommable. On n'ajoute une unique case que s'il y a au moins un « 1 » lors d'une réussite. Peut-être est-ce ce que tu voulais dire, mais ta phrase laisse penser le contraire. Si j'échoue mon action avec trois fois le résultat « 1 » dans les dés, alors ça n'ajoute aucune case. Si je réussis malgré la présence de deux « 1 », alors ça ajoute une seule et unique case. L'idée est qu'on peut jouer avec le surnaturel (prendre des dés via les Monologues), mais que ça risque de se retourner contre nous, même si on croit que tout se passe bien.

Je vois que les cases se sont suivies à grande vitesse sur la liste du sort ! C'est effectivement assez éprouvant pour le gardien. Tu as cependant le droit de cocher plusieurs cases en une seule fois et de ne décrire qu'un seul effet (du niveau de la dernière case cochée), ça peut t'économiser quelques descriptions. Ou alors, en cochant une case de plusieurs personnages, tu peux représenter un effet assez large, comme par exemple une fusillade ou une hallucination collective. Remarque en passant, celui qui avait cinq cases est techniquement mort, ça ne dépend que de ton bon vouloir.

Un joueur qui ne joue plus son protagoniste devient une sorte de mini-gardien. Il peut imposer sa façon de voir les choses autant de fois qu'il lui reste de dés. Ce que j'ai vu quelques fois, c'est qu'un ex-protagoniste apparaît dans une scène de Monologue imposé (par exemple, un d8 et c'est en fait l'ancien protagoniste qui apprend un savoir hérétique à un protagoniste encore actif). Évidemment, si le protagoniste a fui, alors ceci est interdit. S'il est mort, c'est plus difficile à justifier, mais dans certains cas, ça peut être faisable. Si le personnage est juste fou ou est passé du côté de la source, alors ça ne pose que très peu de problèmes. En revanche, en dehors des scènes de Monologue imposés, ces anciens protagonistes sont sous le contrôle du gardien ! Il faut donc compter sur tout le monde pour que les événements décrits fassent sens malgré ce partage du contrôle (c'est d'ailleurs aussi le cas pour tout Monologue imposé : s'il ne fait aucun sens, alors il vaut mieux s'abstenir pour le bien de la partie).

Ce joueur déteste le jeu pour les raisons qui font que d'autres l'aiment, c'est donc de mon point de vue une bonne raison de détester le jeu. Je préfère que le jeu déplaise parce qu'il accomplit un but déplaisant pour la personne, qu'il déplaise parce qu'il est mal fait. Quant à la comparaison avec les titres de jeux ordinateur, je ne suis plus tout à fait au courant, mais j'ai l'impression que ce sont des jeux graphiquement durs, mais le personnage n'est que rarement directement visé, et encore plus rarement les choix des joueurs amènent à des situations malsaines (en général, on va justement « nettoyer », ou alors c'est scripté dans le scénario et on ne pouvait rien n'y faire). Dans Innommable, jouer avec les attaches nous rend co-responsable du malheur qui s'abat sur elles, ce qui est peut-être un peu plus éprouvant moralement.

Tu peux sans autre utiliser des mots comme « morfler » ici. Tant qu'on reste poli avec les gens, ça ne me dérange pas, en tant que modérateur, si on est un peu vulgaire.
Innommable: hurlez.
Zombie Cinema, en français dans le texte.
Christoph
modo-admin
 
Message(s) : 2949
Inscription : 07 Sep 2002, 18:40
Localisation : Yverdon, Suisse

Re: [innommable] nuit au laboratoire

Message par Florian » 31 Mars 2011, 20:41

La situation de départ me rappelle beaucoup une partie que j'avais joué avec Christoph. Partie que j'avais d'ailleurs beaucoup apprécié.

D'un côté je comprends ton ami qui a détésté, même si je partage pas son impression. En ce qui me concerne, j'ai tendance à m'«automutiler» dans ce jeu, car j'introduis des sujets qui me préocuppent personnellement. Forcément, le jeu prend une tournure personnelle, qui peut déranger certaines personnes. En ce qui me concerne, j'apprécie d'explorer ainsi des aspects de moi même d'une façon dont on le ferait pas autrement.
L'ombre du passé: JdR épique
Florian
 
Message(s) : 32
Inscription : 09 Jan 2011, 22:51

Re: [innommable] nuit au laboratoire

Message par paragon » 13 Avr 2011, 07:30

@Christophe: l'utilisation de scénario Cthulhu se résume à la situation de départ et au démarrage de l'intrigue (premier dés placé par le MD au centre). Au delà, comme je t'avais dit à Orc'idée, ça part dans tout les sens. Après bien sûr un MD qui connaîtrai un scénario de commerce pourra y puiser de nombreuses idées pour improviser plus facilement, ainsi les document acheté pour cthulhu ne seraient de loin pas totalement inutile pour innommable.

Désolé pour l'idée d'échec critique, c'est un lapsus. Quand tu le redits c'est vrai que j'avais ajouté 3 cases quand trois "1" sont sortit mais ce n'était qu'une fois dans la partie. Il y avait donc 11 cases à la source. En revanche j'ai bien ajouté pour chaque "1" que le test soit réussi ou pas.

Merci pour tes conseils, je risque de devoir refaire bientôt un innommable et ils me seront bien utiles.


@Florian: Pour ma pomme pour la seule partie que j'ai fait en tant que joueur, avec Sylvie à Ludesco, j'avais choisis comme attache des choses futiles mais auxquelles on peux être très attaché. Ainsi je pouvait rendre le besoin de renoncer à nos passions inutiles pour vaincre (même si par manque d'expérience du jeux ça avait donné un truc zarb à la fin). J'ai pas encore eu l'occasion d'essayer des trucs plus profonds.
Dernière édition par paragon le 15 Avr 2011, 12:07, édité 1 fois.
paragon
 
Message(s) : 96
Inscription : 08 Fév 2011, 16:59
Localisation : La Chaux-de-Fonds, Suisse

Re: [innommable] nuit au laboratoire

Message par Christoph » 14 Avr 2011, 18:14

Salut

Merci pour ton retour ! Ça me rassure, vous n'auriez donc effectivement pas dû avoir autant de cases (plutôt 5). Ça fait quand même beaucoup pour trois joueurs, mais ça reste raisonnable.
Innommable: hurlez.
Zombie Cinema, en français dans le texte.
Christoph
modo-admin
 
Message(s) : 2949
Inscription : 07 Sep 2002, 18:40
Localisation : Yverdon, Suisse


Retour vers Banc d'essai

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Yahoo [Bot] et 1 invité

cron