[En quête d'horizons] Histoires de famille

Rapports de parties de test, que vous soyez l'auteur du jeu ou non ! Les tests sont cruciaux, donnez-vous à cœur joie !
Règles du forum
étiquette et esprit des rubriques générales

[En quête d'horizons] Histoires de famille

Message par Fabien | L'Alcyon » 20 Avr 2011, 23:49

On s'est lancés dans une première partie d'En quête d'horizons dimanche soir avec Alice. Globalement, c'est un début prometteur !

Une première version des règles est disponible sur mon blog; je vous invite à les lire, elles sont vraiment courtes (équivalent 3 pages A4). En voici un résumé.
On pose un paquet de cartes au milieu de la table. Chaque joueur commence par définir un voyageur selon quatre critères: son allure, ses capacités, sa quête et la motivation de sa quête. L'"univers", au sens des jeux de rôles traditionnels, est laissé au choix des joueurs, seule véritable contrainte: aucun joueur ne doit être handicapé par sa méconnaissance de l'univers.
On raconte chacun une étape à tour de rôle; celui qui raconte l'étape de son voyageur est appelé le "joueur nomade", les autres sont appelés les "joueurs casaniers". Durant une étape, le joueur nomade raconte comment son voyageur voyage (en choisissant de décrire particulièrement 3 éléments dans une liste) puis comment il se dirige vers une progression dans sa quête ; il peut demander à un joueur casanier de jouer l'un ou l'autre personnage. Les joueurs casaniers peuvent faire trois choses différentes, en plus d'écouter attentivement le joueur nomade:
  • faire une suggestion "étrange et déroutante" au joueur nomade, dans l'idée de représenter la nouveauté et l"étranger" au sens étymologique de la différence ; si le joueur nomade accepte la suggestion (avec laquelle son voyageur doit interagir), il tire une carte du paquet et la donne au joueur casanier qui la conserve sans la regarder. Le joueur nomade peut refuser et continue normalement son récit (un autre joueur casanier peut alors tirer une carte du paquet et la donner au joueur qui a fait la suggestion pour pouvoir l'intégrer dans la prochaine étape de son voyageur).
  • imposer un événement au joueur nomade en tirant une carte du paquet et en la lui donnant; le joueur nomade doit raconter comment son personnage affronte et surmonte cet événement
  • demander au joueur nomade de poursuivre et de développer plus une description (sans don de carte dans un sens ou dans un autre)
Vous aurez compris que les joueurs casaniers doivent faire vivre l'inattendu et l'étrange du voyage.

Les joueurs casaniers et le joueur nomade peuvent tous raconter quand ils le souhaitent un souvenir du personnage, comprenant: 1) le détail actuel qui provoque le souvenir 2) ce à quoi le souvenir fait référence 3) le sentiment ou l'émotion éveillée par résonance par ce souvenir. Le joueur qui a raconté le souvenir tire alors une carte qu'il garde pour lui (toujours sans la regarder). C'est la règle la plus importante du jeu puisque c'est ici que s'ancre ma réflexion sur la beauté présentée précédemment.

Lorsque le joueur nomade estime que son personnage est sur le point de progresser significativement dans sa quête, il l'annonce et commence à retourner ses cartes. Son personnage va progresser de deux manières: personnellement (ce qui va affecter son allure ou ses capacités ou sa quête ou sa motivation) et vers sa quête. La couleur et le chiffre de la carte déterminent qui raconte la progression personnelle et qui raconte la progression vers l'accomplissement de la quête (voir les règles si vous voulez vraiment tout savoir, il y a quelques subtilités, mais elles ne sont pas nécessaires pour comprendre ce qui s'est passé ici). Si le joueur n'est pas satisfait du résultat d'une carte, il peut en retourner une supplémentaire, mais doit soit accepter le résultat de cette nouvelle carte, soit en retourner une nouvelle jusqu'à ce qu'il soit satisfait. (Les progressions sont là pour que le voyage ne devienne pas du tourisme, qu'il soit une épreuve éventuellement douloureuse pour le voyageur)
Ensuit on raconte ces progressions et l'étape prend fin.
On entame une nouvelle étape avec un autre joueur nomade.
Au bout de trois étapes, la quête du personnage est accomplit ou peut s'accomplir (à voir encore), c'est celui qui raconte la progression vers l'accomplissement de la quête qui raconte comment elle se résout (ce qui peut représenter un grand enjeu !)

***

Voici comment la partie s'est déroulée.

Nous avons donc commencé par nous mettre d'accord sur un univers: le monde contemporain.
Puis nous avons créé nos voyageurs.
J'avais déjà une idée assez claire d'un personnage qui irait bien et facile à jouer: celui de la chanson "A boy named Sue", que j'ai découverte grâce à l'adaptation/traduction de Sanseverino. L'allure de mon voyageur est donc celle d'un mec dur, entre le clodo et le blouson noir. Ses capacités sont d'être bon à la bagarre. Sa quête est de retrouver son père. Sa motivation est de pouvoir le tuer pour se venger de l'avoir appelé Sue (un nom de fille, comme c'est humiliant).
Alice a creusé un peu la question et a finalement décidé que son voyageur serait une femme d'affaires d'origine arabe qui a été spoliée de l'héritage de son père par ses deux frères (grâce à l'utilisation d'un droit de la transmission défavorable aux femmes d'un pays de droit musulman) et qui cherche à reprendre les actions de l'entreprise familiale. Son allure est donc celle d'une femme belle et bien habillée. Ses capacités sont celles d'une bonne négociatrice. Sa quête est de retrouver ses frères. Sa motivation est de leur reprendre les actions de l'entreprise familiale.
(Les voyageurs doivent être liés dans leur quête ou dans leur motivation, ici il s'agit d'un problème familial à chaque fois).

Je suis joueur nomade en premier. Je décris comment mon voyageur arrive à l'arrière d'un pick-up dans une ville aux gratte-ciels immenses, tout de verre et d'acier, comme d'immenses monolithes lisses et brillants entourés par le ciel (décrire le minéral). Il descend du pick-up, remercie le conducteur et s'enfonce dans la ville. Il se glisse dans les odeurs de sueur, de bitume chaud, de poussière et de nourriture qui l'entourent (décrire les odeurs). Enfin, au milieu de tout ces buildings et cette technologie, il parvient à une petite maison entourée d'un jardin laissé à l'abandon, façon premiers colons (décrire l'ancien temps). Il monte sur le perron, sonne à la porte (Je précise là à Alice que ce pourrait être un moment intéressant pour imposer un événement particulier, mais elle préfère voir et attendre) et après quelques discussions, une vieille femme laisse entrer le voyageur dans un intérieur rose plein de chats. J'intercale alors un souvenir: le son de la sonnette, en fait une vieille cloche, ramène le voyageur à son enfance, lorsque son père sonnait parce qu'il était trop saoul pour trouver ses clés et qu'il passait la soirée à battre son fils; l'émotion qui fait le lien est de la colère et de la haine. Je prends une carte pour mon personnage. La vieille femme fait asseoir le voyageur, lui offre à boire et il lui explique pourquoi il est venu la voir : "aide-moi à retrouver mon père, tante Jenny".
Je décide que c'est un bon moment pour entamer la fin de la scène et je retourne ma carte (pas le choix, je n'en ai qu'une seule et Alice n'en a pas). Le résultat de la carte révèle que je raconte la progression personnelle (c'est la quête qui va changer) et Alice raconte la progression vers l'accomplissement de la quête.
Alice : Tante Jenny ne peut pas aider directement le voyageur, mais elle lui remontre des photos de famille, jusqu'à ce que le voyageur tombe sur la photo d'une cabane au bord d'un lac où il allait avec son père et où ce dernier pourrait se trouver.
Fabien : Au moment de partir, tante Jenny semble mal à l'aise et se dandine sur place. Le voyageur l'interroge du regard. Elle lui révèle que sa mère (la soeur de tante Jenny donc) avait rencontré un autre homme et que l'homme qu'il recherche n'est donc sans doute pas son père biologique; c'est peut-être pour ça qu'il le détestait tant. Le voyageur reprend la route.

Alice devient joueuse nomade et moi le joueur casanier.
Elle décrit d'abord comment sa voyageuse met en place son voyage, que son assistant lui apporte ses billets pour le prochain vol vers Téhéran. Son vol est retardé et un homme lui propose galamment d'échanger leurs billets pour qu'elle puisse malgré tout arriver à l'heure (bien qu'elle doive faire plusieurs escales). Alice raconte un souvenir de sa voyageuse: les yeux de l'homme qui lui a échangé le billet sont bleus-gris, presque blancs (j'ai demandé à Alice de décrire plus ces yeux et ce regard), les mêmes que ceux de son précepteurs qui, dans sa jeunesse, lui avait appris à ne pas se laisser faire bien qu'elle soit une femme dans un milieu masculin. Elle éprouve un sentiment de nostalgie mêlée à de la reconnaissance. Alice tire une carte puis raconte la suite: sa voyageuse arrive à l'aéroport. Là j'ai pensé imposer un accueil policier de ses frères, mais j'ai préféré la laisser décrire son lieu d'arrivée. Dans la salle où récupérer les bagages, elle voit passer des cages où des chiens sont enfermés, elle les voit passer et aboyer à la sortie des cales de l'avion (décrire les animaux). Une fontaine glougloute et rafraîchit l'air ambiant (décrire la texture de l'air). Elle sent les odeurs de poussière sèche, de soleil et de bétail (décrire les odeurs), ce qui permet à Alice d'enchaîner sur un deuxième souvenir. Sa voyageuse se souvient de l'époque où elle jouait avec ses frères dehors, ainsi, librement. Elle éprouve à nouveau un sentiment de gâchis et de nostalgie. [Alice tire une deuxième carte pour elle-même]. Une voiture vient chercher la voyageuse, conduite par son ancien précepteur.
Alice retourne sa première carte, qui indique que c'est elle qui raconte la progression personnelle (qui transforme ici la motivation) et moi la progression vers l'accomplissement de la quête.
Alice raconte comment la motivation évolue, mais je ne me souviens plus exactement comment, il me semble que sa motivation se renforce
Fabien: le précepteur lui apprend que son frère le plus proche s'est retranché dans une villa-forteresse dans les montagnes et qu'il dispose d'un moyen pour la faire entrer

Je deviens joueur nomade et Alice joueuse casanière.
Mon voyageur arrive au bord du lac de la cabane, à bord d'une voiture volée. Il la gare et contemple l'endroit. Je décris (paysage) la transparence de l'eau, la pureté de l'air (texture de l'air) et la majesté des sapins noirs sur les bords. Alice rebondit là-dessus pour raconter un souvenir (et donc tirer une carte pour elle): un cygne passant sur le lac accroche l'oeil du voyageur qui se souvient du lac en hiver totalement blanc de neige et des extases magnifiques qu'il éprouvait alors (ça a été la seule utilisation purement esthétique et tout à fait dans l'esprit, de ce mécanisme). Puis le voyageur fait le tour du lac et finit par trouver la cabane, apparemment utilisée récemment.
A ce moment, je décide de commencer à retourner mes cartes et j'accepte le résultat de la première: Alice raconte la progression personnelle (c'est à nouveau tombé sur la motivation) et je raconte la progression vers la quête.
Alice: le voyageur se souvient que c'est ici que son père (adoptif, donc) a battu sa mère pour la première fois, ce qui renforce encore sa haine pour lui
Fabien: la cabane est vide, en la fouillant, le voyageur trouve des clés et une adresse

Nous nous sommes arrêtés là, au bout de trois étapes, puisque les règles permettent de s'arrêter (et de reprendre) quand on le souhaite.

La partie a duré environ une heure et demi.

***

Cette première partie a bien marché que ce à quoi je m'attendais. Il y a eu de vrais moments de grâce esthétique comme ce que je recherchais (l'arrivée au lac ou bien le souvenir des yeux du précepteur). Les règles de souvenir et de progression ont permis d'approfondir facilement les personnages, même si la règle de souvenir n'est pas faite pour ça à l'origine. Les descriptions obligatoires d'éléments locaux pour entamer une étape permet vraiment de poser une ambiance et une esthétique.
Par ailleurs, je vois beaucoup de possibilités dans ces règles, notamment de varier les histoires et les thèmes et j'ai hâte de les explorer. J'ai l'impression qu'En quête d'horizons sera un jeu à la manière de Breaking the Ice: un cadre assez strict de déroulement mais qui offre une multitude de possibilités. J'espère aussi pouvoir conserver cette forme minimaliste, propice à être emmenée en voyage, où il n'y a besoin strictement que d'un paquet de cartes et d'un exemplaire des règles (d'où l'importance qu'elles soient en format A6).

Evidemment, c'est d'autant plus facile qu'Alice et moi nous connaissons particulièrement bien et que tous les mécanismes n'ont pas été utilisés. Par ailleurs, nous n'avons utilisé ni le mécanisme de suggestion, ni celui d'imposition. Néanmoins ces premiers résultats sont enthousiasmants et méritent de poursuivre l'effort.

Les deux éléments que j'aimerais améliorer en priorité seraient:
  • rendre le choix au moment du retournement des cartes plus important, entre autres pour rendre le besoin de cartes plus pressant; est-ce que ça pourrait marcher en "menaçant" encore plus le pouvoir de narration du joueur nomade ? jusqu'ici les résultats des cartes assurent que le joueur nomade puisse toujours raconter quelque chose, faudrait-il remettre ça en cause ? pour le moment, nous n'avons jamais eu envie de retourner plus d'une carte, donc ça pose problème (même si pour la résolution finale d'une quête l'enjeu serait plus important)
  • par ailleurs, j'aimerais renforcer l'aspect esthétique des souvenirs, pour qu'ils ne puissent pas se réduire à un approfondissement du personnage; les réponses émergeront des tests, il faut que je reste attentif et très exigeant sur cette dimension qui est la plus importante de toutes puisqu'elle est au coeur de la vision
Bref, tout ceci est un bon départ, mais a encore besoin d'être testé et exploré pour avancer significativement !
Monostatos, jeu de rôle héroïque et mystique : site de L'Alcyon et page Facebook
Ma sélection de jdr indépendants à essayer

Le forum de L'Alcyon a déménagé sur Les Ateliers Imaginaires !
Fabien | L'Alcyon
 
Message(s) : 533
Inscription : 29 Août 2009, 15:15
Localisation : Paris

Re: [En quête d'horizons] Histoires de famille

Message par Gaël » 21 Avr 2011, 01:27

Un très beau playtest. Pour un premier, ça me semble effectivement prometteur !

Je ne suis pas certain d'avoir compris la mécanique des cartes, cependant je suis sensible aux mécaniques de description et du souvenir. D'ailleurs, pourrais-tu expliquer en détail comment les joueurs sont amenés à décrire les éléments que tu as mis en parenthèse ? Ça me semble un très bon départ pour obtenir une expérience esthétique.

Le fait de recourir au souvenir est très intéressant, mais requiert de toujours s'appuyer sur une expérience esthétique passée. Je pense que c'est une bonne idée, d'autant qu'elle va dans le sens du développement personnel des personnages, mais qu'elle ne doit pas être exclusive. Il est certainement possible d'obtenir de la beauté en restant ancré dans le présent du personnage, et que celle-ci ait un impact également sur sa quête. Je me dis qu'un choc esthétique dans le présent peut parfois amener à reconsidérer certaines choses.

Dans le même ordre d'idée, ton approche de l'étrange me semble également à développer, puisque c'est effectivement un bon élément pour mettre en exergue ce qu'on laisse derrière soi, par contraste, se rendre compte de qui on est en sortant de son quotidien.
Gaël
 
Message(s) : 55
Inscription : 22 Jan 2009, 12:47
Localisation : Poitiers

Re: [En quête d'horizons] Histoires de famille

Message par Fabien | L'Alcyon » 21 Avr 2011, 11:26

Hello !

En ce qui concerne la mécanique de description, le joueur nomade doit commencer sa narration par une description d'au moins trois éléments parmi cette liste : les plantes, les animaux, le minéral, les odeurs, les sons, la lumière, le lointain, la texture de l’air, l’ancien temps, la place des autochtones dans la nature, leur apparence ou leur société. Ca pousse les joueurs à y accorder de l'attention et à prendre conscience de l'ensemble.

Merci de revenir à l'idée du choc esthétique, qui m'avait un peu échappée. J'y penserai, peut-être comme inducteur de la phase de progression.

Sur la notion d'étrange, j'ai beaucoup de choses à dire.
J'ai commencé à y réfléchir avec Monostatos, en me demandant si ce n'était pas une notion fondamentale de mon jeu. En y réfléchissant bien, c'est une notion un peu trop fourre-tout. L'"étrange" comme je le comprends, c'est ce qui est profondément différent de ce que l'on connait. Cependant, ce peut être différent de manières très diverses:
  • ce peut être étrange par rapport à un mode de vie global; le mode de vie bourgeois est tout particulièrement visé, par exemple dans le poème L'étranger de Baudelaire, qui ouvre les Petits poèmes en prose
  • ce peut être par rapport à la réalité conventionnelle, et là on s'embarque dans des genres comme l'horreur lovecraftienne, le fantastique en littérature (façon Le Horla de Maupassant) ou encore le merveilleux d'un logicien comme Lewis Carroll
  • un jeu comme Prosopopée est aussi porteur d'une forme d'étrangeté, un rapport au monde plus zen et plus désintéressé
Il y a donc toujours dans l'étrange une dimension critique par rapport à une vision du monde (bourgeoise, positiviste, logique ou encore d'aventures cupide), mais le terme "étrange" n'est pas suffisant en soit pour représenter le fondement d'une vision pour un jeu, il faut le préciser.
Sur cette notion, il y a aussi quelques réflexions intéressantes dans le livre d'Olivier Caïra sur le jdr, Les Forges de la fiction, au chapitre X sur les attentes des joueurs.
Dans En quête d'horizons, sa présence est légitime (je n'ai pas choisi "étrange et déroutant" par hasard) parce que justement le voyage est l'occasion de rencontrer du différent (et de progresser grâce à cette rencontre). Un des espaces de créativité de ce jeu est justement la gamme de "différents" sur laquelle on peut jouer et ce dont on se différencie. L'étrange est ici le recul que l'on prend sur son quotidien et sur soi-même pour mieux se comprendre et évoluer. Il faudra que je cherche à approfondir l'utilisation de cet notion dans le jeu.
Monostatos, jeu de rôle héroïque et mystique : site de L'Alcyon et page Facebook
Ma sélection de jdr indépendants à essayer

Le forum de L'Alcyon a déménagé sur Les Ateliers Imaginaires !
Fabien | L'Alcyon
 
Message(s) : 533
Inscription : 29 Août 2009, 15:15
Localisation : Paris

Re: [En quête d'horizons] Histoires de famille

Message par Frédéric » 21 Avr 2011, 20:59

Superbe !
J'ai hâte de tester.

J'ai quelques remarques : je trouve que la première partie se centre beaucoup plus sur la quête personnelle (intime ?) que sur le voyage (une sorte de Psychodrame façon "récit" plutôt que "drame".) De ce point de vue, ça me rappelle un de mes prototypes de jeux abandonnés appelé "Journal Intime" dont il faudra que tu me rappelles que je te cause (grâce à ton carnet magique) puisque le docu en ligne est pourrave. ^^

Toutes les techniques que tu décris sont super, elles me donnent toutes envie de tester, mais j'ai du mal à voir la manière dont elles s'imbriquent pour former un tout cohérent, mais bon, disons que c'est un excellent premier jet.

Je suis un peu circonspect en ce qui concerne la synesthésie (comment les enjeux des joueurs mettent en valeur ou créent des enjeux parallèles à ceux de la fiction), mais ça on en parlera après test ensemble également). ;)
Frédéric
 
Message(s) : 3842
Inscription : 14 Juil 2006, 17:45
Localisation : Poitiers

Re: [En quête d'horizons] Histoires de famille

Message par Footbridge » 24 Avr 2011, 20:31

Bon test effectivement ça a l'air de bien tourner.

Comme le dit Frédéric, on est plus dans la quête personnelle que le voyage... mais après tout un voyage n'est il pas une quête en soi d'une façon ou d'une autre. La mécanique des cartes me rappelle un des jeux de RPG Solitaire Challenge (Replaced) qui fait évoluer l'histoire et les personnages en fonction de la couleur des cartes retournées. Dans ce cas effectivement, il faut que la mécanique incite à piocher plusieurs cartes, ça me paraît mieux pour le suspens.
Footbridge

La Bible du Meneur de Jeu & Le Blog des MJs : http://www.labibledumeneurdejeu.com
New Heaven, le jeu narratif post apocalyptique : http://www.newheaven.fr
Footbridge
 
Message(s) : 131
Inscription : 05 Oct 2010, 14:56
Localisation : Nord Pas de Calais

Re: [En quête d'horizons] Histoires de famille

Message par paragon » 25 Avr 2011, 08:43

Un bon jeu en perspective!

Je suis juste un peu déçu par un point; les quêtes personnelles. Disons que dans un jeux comme ça je m'attendais à vraiment pouvoir faire le touriste. Notons que c'est aussi vos choix qui ont fait ça, si par exemple je créait un voyageur dont le but était simplement de visiter un pays (c'est possible si j'ai bien saisi la mécanique du jeu)

Sinon j'ai aussi une question: comment verrais-tu une rencontre entre voyageurs? Et est-il imaginable d'avoir deux nomades en même temps si les voyageurs se sont rencontrés (au cas où on jouerai à plus que 2) C'est que dans ton jeux les personnages des joueurs ne semblent pas pouvoir entrer en relation.
Dernière édition par paragon le 25 Avr 2011, 20:07, édité 1 fois.
paragon
 
Message(s) : 96
Inscription : 08 Fév 2011, 16:59
Localisation : La Chaux-de-Fonds, Suisse

Re: [En quête d'horizons] Histoires de famille

Message par Fabien | L'Alcyon » 25 Avr 2011, 17:27

Toutes les techniques que tu décris sont super, elles me donnent toutes envie de tester, mais j'ai du mal à voir la manière dont elles s'imbriquent pour former un tout cohérent, mais bon, disons que c'est un excellent premier jet.
Je suis un peu circonspect en ce qui concerne la synesthésie (comment les enjeux des joueurs mettent en valeur ou créent des enjeux parallèles à ceux de la fiction), mais ça on en parlera après test ensemble également). ;)

Hey, Fred, comme tu le dis toi-même c'est qu'un premier jet ! :) Comme pour Monostatos, la cohérence des règles m'est effectivement particulièrement difficile à définir, il faut que je creuse encore ma vision. Pour commencer, j'ai assemblé des mécaniques que je connaissais ou auxquelles j'avais pensé, et la cohérence viendra au fil des tests. Pour la question de la synesthésie, je perçois bien ce que tu veux dire, mais je n'ai pas encore de réponse.
Pour la question de la quête intime, ça pose problème parce que ça n'est vraiment pas dans ma vision, ça n'est pas comme ça que je vois mon jeu. Problème à creuser aussi.
Faudra qu'on essaye tout ça sous l'oeil de Mélusine !

Merci Fabien (Footbridge), j'irai voir ta référence, d'autant que les jdr solo m'intéressent assez.

paragon, je pense que pour le tourisme, Prosopopée serait plus intéressant, pour l'aspect contemplatif qui y est mieux développé.
Pour les rencontres des voyageurs, effectivement pour le moment c'est très peu prévu (sauf pour s'aider à distance) et je ne sais pas si ça m'intéresse vraiment par rapport à ma vision. Rien n'interdit aux voyageurs de se rencontrer, mais comme je ne suis pas sûr que ce soit important, aucune règle n'y invite.
Monostatos, jeu de rôle héroïque et mystique : site de L'Alcyon et page Facebook
Ma sélection de jdr indépendants à essayer

Le forum de L'Alcyon a déménagé sur Les Ateliers Imaginaires !
Fabien | L'Alcyon
 
Message(s) : 533
Inscription : 29 Août 2009, 15:15
Localisation : Paris


Retour vers Banc d'essai

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)

cron