[synesthésie "négative"] rapport et commentaire en

Cette rubrique sert à parler de vos parties ! C'est la rubrique maîtresse, que ce soit pour chercher des principes fondamentaux du jeu de rôle, demander de l'aide sur un jeu, discuter de notre culture ou pour partager vos coups de cœur.
Règles du forum
étiquette et esprit des rubriques générales

[synesthésie "négative"] rapport et commentaire en

Message par edophoenix » 07 Avr 2009, 15:27

Je commence mon propos par une citation ( un peu comme une page de garde, lol ! )
CNRTL a écrit :
(...)
B. − PSYCHOL. Phénomène d'association constante, chez un même sujet, d'impressions venant de domaines sensoriels différents. On ne saurait considérer les synesthésies comme un symptôme toujours morbide, puisqu'il peut exister à l'état normal, soit par un mécanisme d'élaboration intellectuelle rationnel, soit comme une manifestation affective plus marquée dans certaines personnalités (Porot 1975).
REM.
Synalgie, subst. fém., méd. Forme de synesthésie dans laquelle une douleur se situe dans une région différente de la lésion (d'apr. Méd. Biol. t. 3 1972, Man.-Man. Méd. 1980).
Prononc.: [sinεstezi]. Étymol. et Hist. 1865 psychol. (Vulpian, Physiol. comparée ds R. des cours sc., t. 2, p. 218). Empr. au gr. συναίσθησις « action de percevoir une chose en même temps qu'une autre, sensation ou perception simultanée ».
(...)


Je voulais répondre à cette partie de l'exposé sur la synesthésie de Fréd :

Frédéric (Démiurge) a écrit : L'exemple classique, c'est : si mon PJ meurt, je n'ai plus le droit de le jouer. Ainsi, un danger de mort sera souvent un enjeu fort pour le personnage et suscitera immanquablement l'intérêt du joueur, car l'enjeu fictif du personnage (survivre) sera transposé en enjeu ludique pour le joueur (conserver son personnage).
(...)
Ce n'est pas la seule synesthésie possible en JDR, loin s'en faut, mais il se trouve que dans de nombreux jeux, elle constitue quasiment la seule existante, voire elle est même parfois sabotée par la conscience du joueur que son PJ ne peut pas mourir parce que le MJ en a besoin pour la suite du scénario, ou parce qu'il n'a pas le cœur à tuer ses protagonistes...


J'ai en effet expérimenté cette chose la semaine dernière, au cours d'une partie de star Wars D6.
La situation se présentait rapidement comme ci-après :
Nous jouons un groupe de jeunes Jedi novices ( mais déjà plus vieux que des Padawan ) sous " l'Ancienne" République.
Le Temple Jedi nous envoie libérer des esclaves appartenant à un peuple ( des "Murals" ) qui vient de rentrer ( grâce à nous, en fait ) au sein de la République.

Après avoir découvert quelles sont les différentes personnes qui ont acheté des esclaves Murals ( et, parmi elles, un Jedi noir dont la base est sise sur un météore, et située dans un champ d'astéroïdes. Nous nous y rendons donc. ),
notre mission ( commandée par Dooku qui n'a pas encore, à cette époque, basculé officiellement du côté obscur. ) est de désactiver l'écran énergétique - c'est-à-dire le champ de force - qui protège l'astéroïde.

Comme mon personnage ( une jedi-médecin légiste & "investigatrice" - mais pas comme dans cthulhu, hein =D ) n'a aucun talent pour la discrétion, elle garde le vaisseau, tandis que les deux autres PJ vont s'infiltrer dans la base pour poser un explosif sur l'émetteur du champ de force.

repérés, ils sont attaqués par le jedi noir et ses "padawans noirs".

Mon personnage est elle même attaquée par un Jedi noir. Tant bien que mal, j'arrive à m'en sortir ( plutôt bien, en fait, car même si je n'ai pas réussi à activer les pouvoirs de la Force "Combat au sabre-Laser" et "Sens du Combat", j'ai du moins réussi à lancer "Amélioration de compétences", et j'ai donc une réserve de D6 suffisante pour survivre au duel. )
____________________


Nous en sommes donc là.
Au cours d'un round je parviens à désarmer l'adversaire ( c'est ma spécialisation à la compétence sabre-laser, j'ai donc un bonus pour désarmer mon adversaire - quelle que soit son arme. Mais j'arrête là avec les détails techniques, parce que nous allons arriver au moment intéressant ! )

Mon adversaire étant désarmé, je trépigne et je décide de lui poser mon sabre-laser sur la gorge, histoire de l'interroger et d'exiger qu'il me conduise aux deux autres PNJ ( dont je sais qu'ils sont en difficulté grâce à un appel sur mon comm-link. )

Et là, le PNJ jedi-Noir m'envoie les éclairs de Force dans la tronche... Oups !
Je tente d'esquiver... J'échoue... OOuuuups !!
Sachant que j'ai très peu en Vigueur, vous imaginez comme je résiste aux dégâts... Mon personnage se retrouve donc paralysée et prisonnière à son tour de l'apprenti Jedi-Noir...
Et là, j'ai commencé à aimer la partie. Parce que le retournement de situation était spectaculaire ( j'ai regretté quelques minutes de l'avoir désarmé, plutôt que d'essayer de le blesser - Bien que ce soit contraire à l'éthique Jedi, quand on peut l'éviter ! )

Il y avait de la tension dramatique !

L'enjeu était très fort : les deux autres PJ avaient finalement réussi à saboter le champ de force, qui allait exploser dans 5 minutes. Des météores allaient donc s'écraser sur la base ( on est dans un champ d'astéroïdes, donc il y a des collisions fréquentes ! ) l'atmosphère allait ficher le camp et l'endroit deviendrait irrespirable ( vu que c'était le champ de force qui retenait l'air ! )...
Et mon personnage était neutralisée et livrée à un apprenti jedi noir...

Les deux autres PJ ont décollé à bord d'un vaisseau de la base ennemie. Ils ont su que ma jedi était neutralisée parce que le droïd mécano de notre propre vaisseau leur a envoyé un message en comm-link. Ils ont lancé par le communicateur de leur vaisseau un ordre d'évacuation en se faisant passer pour le Maître-Jedi noir,
afin d'inciter mon adversaire à évacuer avec moi dans le premier vaisseau.

¨Notre droïd mécano a démarré notre vaisseau et l'a positionné près de nous pour que l'on monte. Il fallait donc que j'échappe au jedi noir pendant qu'il était distrait par l'ordre.

La tension et l'intérêt du jeu sont à leur comble à ce moment là.

Le jedi noir est assommé dans l'évacuation est je récupère mon Sabre-Laser sur lui. Je tente de monter dans le vaisseau piloté par notre droïd... Et je loupe mon jet de dextérité.

après m'être assuré(e) que mon adversaire est toujours dans les vappes ( je n'ai pas le temps de le mettre hors d'état de nuire, car il faut quitter la planète en URGENCE ! ) je tente à nouveau d'atteindre le sas du vaisseau. Nouvel échec.

Et à ce moment là, le MJ me dit "Bon, tu je te donne encore 4 minutes pour évacuer l'astéroïde."


Et là, toute la tension est retombée. Il n'y avait plus d'intérêt. Parce qu'il est devenait manifeste qu'il faisait tout pour que mon personnage reste en vie.
C'était déjà visible avant, si vous voulez, mais, je me prenais au jeu tout de même, j'étais pris dans la situation narrative, j'avais peur pour mon personnage quand même.
Une fois qu'il m'a dit ça, c'était fini... Car je savais que mon personnage allait s'en tirer, de toutes façons, qu'il chercherait n'importe quel moyen pour me faire évacuer de la base.

Voilà...
La question que je pourrais poser ( et à laquelle je pense que j'ai déjà partiellement répondu par ce mini-compte-rendu. ) c'est :
dans quelle mesure peut-on lier la synesthésie à la tension narrative, sans la faire retomber ensuite ?
"Le Paradis, c'est un roman devant un bon feu ! " - Théophile GAUTHIER.
"Toute notre dignité consiste donc en la pensée " - B. PASCAL, Pensées.
"Si le monde n'a absolument aucun sens, qu'est-ce qui nous empêche d'en inventer un?" - Lewis Caroll, Alice au pays des Merveilles.
"Vouloir nous Brûle, et Pouvoir nous Détruit" - H. de Balzac, La Peau de Chagrin.


La ludologie, c'est bon, mangez-en !
edophoenix
 
Message(s) : 759
Inscription : 01 Jan 2008, 22:31

Message par Frédéric » 07 Avr 2009, 21:38

Hello Edouard, super rapport de partie, je pense qu'on va pouvoir développer des choses très intéressantes !

D'une certaine façon, au stade où j'en suis de ma compréhension de la synesthésie, je pense que ce qui motivait tes choix et qui stimulait ton ressenti était la perspective que ton personnage y reste.

Pour moi, la tension dramatique est l'un des aspects essentiels de la synesthésie qui me prend aux tripes.

Il est évident que si la menace se dissipe pour des raisons qui ne sont pas dans la fiction ni dans le système "approuvé" par les participants, il y a de grands risques que les enjeux se dissipent et avec, tout ce qui nous implique dans la partie.

J'éprouve souvent ce sentiment que tu décris quand par exemple, je joue avec un MJ qui interprète les PNJ et qui ne me permet pas de forcer le résultat d'une discussion pour obtenir des informations. Quand je me rends compte que même des idées que je juge bonnes ne servent à rien pour influencer l'issue de la discussion, je décroche, je m'ennuie et bien souvent j'en viens à torturer les PNJ s'ils sont à ma merci.

C'est un peu un aveux d'impuissance de ma part et l'espoir que le fait d'en venir "aux mains" nous obligerait à employer un système un peu moins "arbitraire" (dés ou autres) qui me permettrait de ne pas être soumis au despotisme du MJ et à ses choix qui ne sont justifiés souvent que pour ménager des surprises scénaristiques, ce dont je me fous éperdument si je ne prends pas plaisir au travers de mes choix créatifs.
Frédéric
 
Message(s) : 3842
Inscription : 14 Juil 2006, 17:45
Localisation : Poitiers

Message par Frédéric » 08 Avr 2009, 02:39

Hop, j'y pense :
Par rapport à ce que tu décris, j'ai l'impression que c'est le niveau utilitaire qui a merdé : toi en tant que joueur, tu n'as plus eu l'impression que tu pouvais perdre ton personnage, alors que c'était le motif de ton implication dans la scène. C'est au niveau du système qu'il y a eu un problème, non ? C'est à dire que le MJ t'a fait croire que la situation pouvait avoir des conséquences gérées par les règles de combat etc. Alors qu'en réalité ce n'est pas le cas.

Le niveau sympathique ici ne fait que subir le fait que ton MJ et toi ne jouiez pas au même jeu. Plus de motivation du joueur = niveau utilitaire en berne et donc les enjeux du personnage deviennent consensuels, mous, convenus... (dis moi si j'interprète de trop)

Tout cela me fait insister sur les faiblesses d'un manque de transparence dans les techniques qu'emploie le MJ : le fait de lancer les dés derrière l'écran sans se préoccuper du résultat, de faire croire que les PJ sont mortels alors qu'on a besoin d'eux pour finir le scénar etc. c'est autant de choses qui mettent l'implication et la motivation des joueurs sur la sellette, car dès qu'ils ont un doute sur l'impact réel de leurs choix, ils perdent l'intérêt qu'ils placent dans le "jeu", c'est à dire la façon dont leurs choix ont une incidence sur la fiction.
Frédéric
 
Message(s) : 3842
Inscription : 14 Juil 2006, 17:45
Localisation : Poitiers

Message par Romaric Briand » 08 Avr 2009, 18:58

Excellent rapport de partie Ed !
Je suis heureux que tu te sois lancé à fond dans la discipline olympique du rapport de partie !

Je partage entièrement l'avis de Fred. j'ajoute qu'il est étrange de la part d'un MJ de demander un jet de dés s'il souhaite que le PJ réussisse. (cela dit en tant que maître on a pas toujours la présence d'esprit de penser à tout. on agit souvent par réflexe.)

Je pense qu'une soluce pour garder ton ressenti intact dans cette scène aurait été de te faire subir une complication. Tu meurs pas mais tu es propulsé dans l'espace des suites de l'explosion et tu dois te raccrocher à l'arrache à un vaisseau allié ou ennemi pour t'en sortir ! par exemple !

Encore plus de spectacle à la star wars. Comme ça tu aurais ressenti la tension jusqu'au bout. Enfin à la suite de nombreux jets de dés réussis ou foirés tu aurais bondi sans arrêt de succès en échec jusqu'à être au calme.
Un personnage de fiction souhaitant s'incarner dans la réalité... Les rolistes sont mes proies...
http://leblogdesens.blogspot.com/
http://sens.hexalogie.free.fr/
Romaric Briand
 
Message(s) : 2318
Inscription : 22 Oct 2006, 16:37
Localisation : Saint Malo

Message par Frédéric » 08 Avr 2009, 20:14

En effet, comme le dit Rom, dans un jeu où on en meurt pas, il faut que la menace de mort soit en fait une menace de perdre autre chose. S'il n'y a pas de sanction, ça en revient à ça :
http://vidberg.blog.lemonde.fr/2008/07/09/432/

Dans Démiurges le système fait en sorte que pour mourir, il faille ne pas avoir d'autres initiatives : à 0 PV, tu es à la merci de l'adversaire. Si l'adversaire veut te tuer, le MJ n'a qu'à raconter comment il t'embroche, point final. Mais tant qu'il y a un personnage qui veut tenter de te sauver, ou que le MJ décide que le PNJ n'a pas tant que ça envie de le tuer et bien ça permet de sauver les Personnages d'une mort basée sur un jet de dés. Mais le fait d'atteindre des seuils de blessures grave provoque des dégâts pouvant provoquer la perte d'un membre...
Frédéric
 
Message(s) : 3842
Inscription : 14 Juil 2006, 17:45
Localisation : Poitiers

Message par edophoenix » 10 Avr 2009, 10:50

Géniale la B.D. !
Ton analyse est très bonne, Fréd ! On pourra en rediscuter quand je rentrerais de mon stage ( à moins que je puisse me connecter durant celui-ci..? ) En tout cas, le système me semble effectivement impliqué...

Romaric : je crois qu'en la situation, ta solution n'aurait pas été possible, car je n'avais pas de respirateur ( donc j'aurais deux minutes d'apnée pour rentrer dans un vaisseau, au milieu des astéroïdes qui s'entrechoquent, et avec ma chance habituelle... J'aurais fait 1 fumble, un jet sur 2, et c'aurait été fatal, - mais vu que le MJ semblait s'obstiner à me faire survivre, euh... héhé ! )
mais je suis certain qu'on aurait effectivement pu régler ça autrement..!
Pour les rapports de partie, on dit toujours "jamais 2 sans trois"... Mais je pense que j'irais jusqu'à un quatrième, maintenant, et peut être un cinquième, et peut-être un sixième, et peut-être...
"Le Paradis, c'est un roman devant un bon feu ! " - Théophile GAUTHIER.
"Toute notre dignité consiste donc en la pensée " - B. PASCAL, Pensées.
"Si le monde n'a absolument aucun sens, qu'est-ce qui nous empêche d'en inventer un?" - Lewis Caroll, Alice au pays des Merveilles.
"Vouloir nous Brûle, et Pouvoir nous Détruit" - H. de Balzac, La Peau de Chagrin.


La ludologie, c'est bon, mangez-en !
edophoenix
 
Message(s) : 759
Inscription : 01 Jan 2008, 22:31


Retour vers Parties

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)

cron