[Prosopopée] 1ère partie : Chez Charlie

Rapports de parties de test, que vous soyez l'auteur du jeu ou non ! Les tests sont cruciaux, donnez-vous à cœur joie !
Règles du forum
étiquette et esprit des rubriques générales

[Prosopopée] 1ère partie : Chez Charlie

Message par ShamZam » 02 Juin 2009, 18:03

Hier aprem, enfin du temps libre avec ma copine pour essayer prosopopée. Entre nous c'était presque devenu une private joke que de tenter d'y jouer. Toujours un truc qui faisait qu'on ne pouvait plus, n'avait plus le temps voir... plus l'envie, genre trop fatigué.

Donc on s'y est attelé en milieu d'aprem à peu près... à 18h on a commencé à jouer ! On s'est fait une lecture complète des règles à haute voie en se relayant pour bien comprendre. On a donc passé bcp de temps dessus, en partie parce qu'on a du relire des morceaux qui ne nous semblait pas clair. On a notamment cherché sans résultat (je vous dis on est pas doué) à quoi servent les valeurs que l'on affecte aux médiations d'un personnage.

Le jeu n'a pas commencé dès la fin de la lecture des règles, on avait besoin d'une pause entre temps. Lorsqu'on s'y est mis, on a fait notre petite création de persos et très vite on a bloqué. Bêtement on avait du mal à se trouver un attribut étrange qui ne se rapporte pas à une capacité typique d'autres jeux de rôles. Genre un attribut qui donne un pouvoir direct, pratique et parfois dans les idées puissants. Pour nous aider, j'ai donc relu en diag les règles pour trouver les noms des persos dans les exemples, ça nous a un peu aidé.
Au finale je nous ai inventé Celui qui apaise le vent (parce que l'air est mon élément fétiche sur lequel je reviens dès que j'ai de la créa libre...) et Celle qui chante comme plusieurs (parce qu'elle fait de la chorale)

C'est bon on peut commencer, il nous faut définir le paradigme... ok.... bon ben le blanc ! Comme d'habitude, je ne sais pas créer à partir de rien, je ne sais qu'agglomérer et compléter. Heureusement que je me dis que c'est limite pathologique pour nous, ma copine propose usine de bonbons ! Là je me dis, faudrait qu'on puisse déjà récompenser les bonnes idées de paradigme avec des dQ. J'aime en effet beaucoup sa proposition qui va nous permettre de jouer sur plusieurs couleurs assez facilement, c'est à la fois technique, enfantin et pouvant dériver facilement vers le poètique ou l'onirie.

On a le paradgime plus qu'à commencer... ok ... bon on commence ? ... ouais ouais.... euh... là encore c'est ma copine qui sauve l'honneur avec une invitation à se diriger vers la mare de chocolat. ça confirme mon soupçon, elle prend son inspiration dans Charlie !
Bref la partie démarre et les échanges naissent doucement, on croise notamment des humpas lumpas... je lui glisse à l'oreille qu'il serait bien de pas trop copié pour pas être limité par la suite, elle me rétorque qu'au contraire ça l'inspire. Ok. Moi je les appelles gnomes, c'est cohérent et chacun voit midi à sa porte sans gêner l'autre. Nos persos se rendent vite compte qu'ils ne peuvent parler avec les gnomes et il y a incompréhension... après coup je me dis qu'on aurait pu essayer pleins de manière de communiquer voir en faire un déséquilibre mais non on est rester très terre à terre. C'était le début on va dire.

Ensuite la fiction nous a amené à découvrir que le chocolat de la mare était bizarre, les gnomes qui nageaient dedans en sont ressortis avec des brûlures étranges, faisant penser à de l'acide. On s'est donc tourné vers les machines de contrôles pour y voir plus clair. A ce moment je trouvais que nos persos restaient trop ensemble, que ma copine ne décrivait plus que des actions de son perso. De ce fait j'ai voulu splitté le groupe pour la forcer à raconter le cadre autour de mon perso pendant que je ferais de même avec le sien. Résultat, elle a vu mes embûches comme quelque chose de pénible et elle a complètement ignoré ce que vivait mon perso.

La fiction a continué plus tard sur une enquête auprès de personnes pouvant en vouloir au directeur de la fabrique. Quelques témoins se sont enchaînés sans grande échappée poètique...

Là dessus on s'est apperçu que la fiction ne nous plaisait plus. On avais déjà joué deux heures, on s'est proposé d'en rester là, de noter où on en était et de continuer plus tard. Puis en me levant je me suis rendu compte que pê si on rejouait il nous vaudrait mieux tout recommencer de zéro pour éviter de compenser de mauvaises routes prises plutôt que de chercher à les compenser.

Quelques remarques à la lumière de cette partie :
- une fiche récapitulative du système serait plus que pratique !
- plus d'exemples de noms/attribut étrange pourraient être fournis

Quelques critiques sur notre partie :
- on s'est pas assez donné de dés : j'y ai pensé mais pas ma copine et quand je le lui ai rappelé, le don de dés n'était plus du tout naturel, elle se sentait obligé et moi je lui reprochait ça.
- on s'est absolument pas servit de nos attributs étranges
- on s'est pas assez donné de pistes de création pour l'autre

De son côté ma copine m'a donné un avis mitigé sur le jeu : à la fois elle adoré pouvoir créer à plusieurs un nouveau monde, à la fois elle a été gêné qu'il n'y ai rien à découvrir. Sous chaque intrigue ou mystères, elle voulait en savoir le détail et chaque j'ai du lui rappeler que c'était à nous des les spécifier après coup. C'est cet aspect qui l'a spécifiquement gêné.

Pour ma part, j'ai en fait un peu mal vécu de sécher si souvent. Il a été étonnant de voir que finalement c'est elle qui s'en sortait le mieux dans l'impro. On a aussi noté qu'on avait des réflexes de rolistes difficiles à écarter. Par exemple, ma copine ne décrivait que des actions pour son perso. Pas de description de ce qui l'entourait. Je m'en suis rendu compte après coup. A cette constatation, elle m'a dit qu'elle préférait l'action plutôt que la description en général, même dans ces lectures. Moi j'y ai vu une de mes difficultés dans le jeu. Comme elle décrivait peu, j'ai eu du mal à créer un déséquilibre pour elle. Le seul que j'ai pondu faisait une synthèse de différents éléments de notre fiction à savoir que si des paquets de bonbons étaient tombés sur des humpas lumpa et que la machine de contrôle de la mare de chocolat ne parvenant pas à identifier le problème c'était peut-être que toutes les machines connaissaient elle même un problème.

Voilà pour un début, je pense que j'oublie plein de trucs mais je pourrais compléter par la suite.
Alex
studio Gobz'Ink : Arlequin (AGONE), bestYoles, CARTOM, Drôles d'étoiles et Eclipse
ShamZam
 
Message(s) : 524
Inscription : 08 Fév 2009, 22:24
Localisation : Metz

Message par Frédéric » 02 Juin 2009, 19:21

Ah super ! Un Compte-rendu sur Prosopopée assez désastreux en somme ! Ça me fait plaisir on va pouvoir cerner des problèmes ou simplement des principes à éclaircir. ^^

Pour commencer, les points de médiation servent à résoudre les problèmes, ils indiquent le score au dessous duquel on obtient un succès lors de la résolution.

Tu n'as pas parlé des dQ, comment les avez-vous géré, du coup ?
C'est cela, normalement qui permet de boucler la boucle et de découvrir ce qui se cache derrière chaque intrigue, chaque enquête.

Après, je reconnais que ce jeu dans sa dimension métaphysico-contemplative n'est pas des plus didacticiels... Mon frangin qui fait du JDR depuis 20 ans et qui maîtrise du Vampire, D&D, Cthulhu, Bloodlust etc. a séché devant le texte de Prosopopée, il n'a pas su comment y jouer (alors qu'il avait envie) du coup, il veut que je lui fasse une partie avant... C'est assez embêtant. Mais tu as raison pour le résumé du système, ça fait partie des prochaines choses à intégrer au texte de jeu. Et ma grande "limpidificatrice" (Magali) n'a pas encore fait de relecture de fond (ce qui devrait après coup rendre le texte bieeeeeen plus clair qu'avec mon style "brut" aberrant et ampoulé, ya qu'à voir la différence avec Psychodrame où elle a exercé ses talents).

Et le comble, c'est qu'à jouer, c'est en réalité d'une simplicité extrême...
Mais quand j'y joue, je synthétise les règles et j'explique pas à pas, du coup, j'ai même réussi à y jouer avec une ado de 12-13 ans.

Après, deux détails :
Votre paradigme n'est pas franchement dans l'époque proposée, l'avez-vous transgressée sciemment ou non ?
Jouer à Prosopopée à deux, c'est un exercice très difficile, donc, il ne faut pas avoir peur des silences, ils font partie du jeu (c'est cela l'esprit zen : jouer avec les silences et le vide ;)).

J'aimerai aussi qu'on voie ce qui s'est produit pour que ta copine n'arrive pas à cumuler ou alterner descriptions du monde et narration à la première personne, il lui faudra peut être plusieurs parties pour assimiler le principe (qui, comme je le disais ailleurs n'est pas évident pour tout le monde) ou peut être que ce n'est pas un jeu pour elle, c'est tout à fait possible.
Frédéric
 
Message(s) : 3842
Inscription : 14 Juil 2006, 17:45
Localisation : Poitiers

Message par ShamZam » 02 Juin 2009, 21:05

Ah... ben content que ça te fasse plaisir, c'est ... particulier comme réaction mais tant mieux !

Frédéric (Démiurge) a écrit :Pour commencer, les points de médiation servent à résoudre les problèmes, ils indiquent le score au dessous duquel on obtient un succès lors de la résolution.

C'est marqué où ? Quelle page que je vois où mes yeux étaient trop embrumés ?

Frédéric (Démiurge) a écrit :Tu n'as pas parlé des dQ, comment les avez-vous géré, du coup ? C'est cela, normalement qui permet de boucler la boucle et de découvrir ce qui se cache derrière chaque intrigue, chaque enquête.

Eh bien on en a posé en tout que 2, 1 chacun... et aucun n'a trouvé de résolution avant qu'on arrête...
En fait, je crois que j'ai invité ma copine à poser le premier suite au problème avec le chocolat. C'était une sorte de cas d'école. Et quand on a réalisé qu'elle ne pouvait pas elle même résoudre le problème puisqu'elle avait poser le dQ, et puis j'ai cherché à créer moi aussi un déséquilibre avéré, c'est là où j'ai fait le lien entre les machines.
Quelque part c'est ce problème de pas pouvoir résoudre ces propres conflits qui a donné un coup de mou dans la partie je crois. Faudrait une version 2 joueurs peut-être ?! :) Je pense que si on rejoue on s'intègrera cette règle maison la prochaine fois.


Autrement je comprend bien le blocage qu'a connu ton frère car concrètement au début du jeu je crois avoir vécu le même. Une bonne envie... mais bon diou par quel bout on commence ?!! Tiens ça me rappelle que j'aurais aimé trouvé un exemple de partie comme on retrouve dans certains livre de JDR. Tous tes exemples sont plus ou moins romancé, lissé dans la rédaction. Un bon dialogue d'exemple, naturel, je crois que ça nous aurais aider.

Pour notre paradigme...euh... je crois qu'on n'y a pas pensé. Et puis pour moi une fabrique de friandises, c'est limite intemporel. Je la vois aussi bien dans un medfan que dans du futuriste. Justement je crois que c'est ce qui m'avais attiré dans son idée. ça pouvait même faire du steampunk ! miam.

En fait, j'ai discerné dans son impro deux démarches majeures. La première tenait du JDR classique telle qu'elle a connu lors de parties... pas toujours motivantes : conventions, warhammer façon old school (vous pouvez faire le perso que vous voulez, vous en foutez des caracs... et puis après, nan à 1% près tu rates ton jet pour ta super bonne idée, c'est dommage mais ce sont les règles ! Trouves en une autre !), ...
La deuxièpme ça ressemblait à ce que les enfants inventent, ça partait dans du délire merveilleux avec une manière très enfantine de raconter. Un symptome de sa très courante fréquentation d'enfants : instit, nombreuses colos, des demi-frères plus jeunes, etc.
Alex
studio Gobz'Ink : Arlequin (AGONE), bestYoles, CARTOM, Drôles d'étoiles et Eclipse
ShamZam
 
Message(s) : 524
Inscription : 08 Fév 2009, 22:24
Localisation : Metz

Message par Frédéric » 02 Juin 2009, 21:49

Alors, pour le principe de l'utilisation des médiations :
page 10 a écrit :5) Remédier aux Déséquilibres
Quand il le désire, un peintre peut tenter de remédier au
déséquilibre en place. Il doit choisir d'une part une couleur marquée par un
ou plusieurs {dQ} et d'autre part une de ses médiations dont il s'inspirera
pour narrer les moyens qu'il met en œuvre pour remédier au déséquilibre.
Il ne peut pas tenter de rééquilibrer une couleur s'il est le seul peintre à y
avoir posé un {dQ}.
Afin de vérifier l'issue de son action, il doit lancer le nombre de {dR} qu'il
désire et obtenir autant de « succès » qu'indique le {dQ} préalablement
choisi sur le cercle des couleurs commun.
Chaque {dR} dont le résultat est inférieur ou égal au score de la médiation
choisie par le peintre constitue un succès.


Pour le fait de ne pas pouvoir régler un dQ qu'on a posé soi-même, ça fait quelques temps maintenant que Christoph me dit que cette règle n'est pas utile et bon, ben, je commence à croire que c'est vrai... (surtout qu'en fait quand je joue, je n'y fais pas du tout attention).

Merci aussi pour le développement sur la relation de ta copine aux différents types de narration, je trouve ça intéressant, même si je ne sais pas encore quoi en faire... ^^

Et pour l'exemple de partie entière, j'y comptais bien, et j'ai même un dictaphone pour ça, mais je crois que j'attends trop le saint graal des parties de Prosopopée, et tant que je n'ai pas vraiment figé le jeu, il n'est pas question de construire ça.

Donc en fait, sur mon fichier de tavail, il y a deux choses importantes notées :
- Un résumé du système
- Un exemple de partie court mais complet

Tu as tapé dans le mille, tu vois ;)
Frédéric
 
Message(s) : 3842
Inscription : 14 Juil 2006, 17:45
Localisation : Poitiers

Message par ShamZam » 02 Juin 2009, 22:25

Ah le boulet ! Je crois qu'à chaque fois j'ai du bloqué sur : "Il ne peut pas tenter de rééquilibrer une couleur s'il est le seul peintre à y avoir posé un {dQ}." Je suis donc du même avis que Christoph. Cette règle je la vois comme limitant potentiellement des abus d'un grobill qui voudrait augmenter les couleurs de son perso.... mouais... pas sur qu'on est ça avec Prosop ! De plus la règle du 5 max en couleur sinon nouveau perso doit pas mal endiguer le dérapage.

Nous ce que nous avons retenu et qu'on aurait utilisé c'est de faire moins que le score du déséquilibre.

De rien, je me disais aussi que ça t'avancera pas vraiment... mais des fois... le temps que ça fasse du chemin, c'est le genre de truc qui peut entrainer l'effet boule de neige comme j'ai déjà connu.

Ah le saint graal ! ça me fait sourire car c'est depuis que je suis ici que je me suis mis petit à petit à commencer déjà par chercher le verre avant la relique sacrée. C'est la faute à Cristoph je crois entre autre avec son histoire de tests "obligatoires". :P

Ok pour ta todo list, on sera content de lire ça pour réessayer le jeu plus à l'aise.
Alex
studio Gobz'Ink : Arlequin (AGONE), bestYoles, CARTOM, Drôles d'étoiles et Eclipse
ShamZam
 
Message(s) : 524
Inscription : 08 Fév 2009, 22:24
Localisation : Metz

Message par Christoph » 02 Juin 2009, 23:36

Hello

Chouette, un playtest!

J'aimerais préciser que ce que je propose, ce n'est pas de virer cette règle, mais de mettre un "tampon" entre le moment où on déclare le problème et où on le résout. Intuitivement, j'ai envie de dire que si c'est une autre personne qui veut résoudre le problème, elle devrait attendre un peu moins longtemps que si on veut résoudre son propre problème. Toujours basé sur l'intuition, il faudrait attendre 3-4 réifications ou références au problème avant de le résoudre (j'admets que ça doit être chiant de compter, gardons donc cette idée juste pour la discussion actuelle). Ces réifications ou du moins références sont ce qui font qu'un déséquilibre devient la propriété du groupe, ou échappe au contrôle exclusif du créateur. C'est il me semble à ce moment-là que je ne me gênerais plus de résoudre mes propres problèmes, puisqu'ils sont devenus ceux de la table.

Sinon Alex, ce qui m'a étonné (mais j'apprécie beaucoup les histoires de Roald Dahl et donc votre inspiration), c'est que vos problèmes concernaient des "gens" et pas vraiment le monde (la nature?) en soi. C'est, si je me permets quelques simplifications, ce qui avait fait que la partie Cannibale Whisky était non-prosopopéenne. Quelque part, il faut la rencontre entre la nature et une communauté (démunie face aux éléments déchaînés ou subtilement déréglés.)

Frédéric, je crois que tu devrais demander à chaque personne qui fait un rapport de partie sur Prosopopée si elle a vu Mushishi. Je suis tellement imprégné de cette série quand je pense et joue à ton jeu (et toi aussi, n'est-ce pas?) qu'elle fait quasiment partie du système. Il y a donc des conventions à extraire de la série et à expliciter dans le texte de Prosopopée: La Contemplation.
Christoph
modo-admin
 
Message(s) : 2949
Inscription : 07 Sep 2002, 18:40
Localisation : Yverdon, Suisse

Message par ShamZam » 02 Juin 2009, 23:52

Arh j'ai oublié de préciser un morceau important : feu une magicienne tyrannique a imposé le chocolat comme nouvel élément primordial, l'ajoutant aux 4 autres. Elle a même privé son peuple d'eau. La fabrique était ainsi une sorte de station de traitement de l'eau.
Malgré cet aspect qui rend le chocolat, boisson vitale, je pense qu'en effet on n'a mal joué l'aspect que tu cites.

Sinon j'ai bien vu Mushishi, en tout cas quelques épisodes et il y a un mois ou deux, j'avais montré le premier épisode à ma copine pour la préparer à jouer à Prosop.
Alex
studio Gobz'Ink : Arlequin (AGONE), bestYoles, CARTOM, Drôles d'étoiles et Eclipse
ShamZam
 
Message(s) : 524
Inscription : 08 Fév 2009, 22:24
Localisation : Metz

Message par Frédéric » 04 Juin 2009, 22:30

Christoph : oui, ça me semble nécessaire d'éviter une résolution immédiate d'un problème qu'on vient de poser... Bah, j'ai pas d'idées pour le moment sur la manière d'amener les joueurs à cela...
Frédéric
 
Message(s) : 3842
Inscription : 14 Juil 2006, 17:45
Localisation : Poitiers


Retour vers Banc d'essai

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invité(s)

cron