Enquête : entre jeu et histoire

Cette rubrique sert à parler de vos parties ! C'est la rubrique maîtresse, que ce soit pour chercher des principes fondamentaux du jeu de rôle, demander de l'aide sur un jeu, discuter de notre culture ou pour partager vos coups de cœur.
Règles du forum
étiquette et esprit des rubriques générales

Enquête : entre jeu et histoire

Message par Frédéric » 24 Nov 2008, 02:47

Je viens de revoir pour la énième fois le deuxième opus d'Harry Potter en film (oui, j'assume cette obsession puérile pour le sorcier balafré).

Je veux faire un comparatif d'avec mes parties jouées avec le système Basic et le jeu d'Olivier de la Cour d'Obéron. Les scénarios joués sont de moi.

1 - Aux 4/5èmes du film, tout à coup, Harry remarque que dans la main de Hermione pétrifiée (alors qu'elle était seule à la bibliothèque) se tient un bout de papier. Ce bout de papier est un morceau arraché d'un livre de la bibliothèque dont le texte porte sur la créature nommé Basilic. Les protagonistes découvrent donc quelle est la créature qui sévit dans Poudlard.

2 - Mais, il est écrit qu'un Basilic tue du regard, or, toutes les victimes n'ont été que pétrifiées (oui, "que" parce que ça, c'est curable). Et là, Harry explique : untel a vu le basilic à travers son appareil photo, donc il ne l'a pas vu directement. Hermione l'a vu dans un miroir, l'autre l'a vu à travers un fantôme, oui, mais le chat ? Harry comprend en voyant une flaque d'eau dans le couloir non loin des toilettes qui ont été inondées, que la chatte devait n'avoir vu que le reflet de la bête dans une flaque.
Eurêka !


Que se passe-t-il maintenant dans une partie de JDR :
Dans mes parties d'Harry Potter, généralement, les indices entre eux demandent rarement aux joueurs de devoir comprendre l'intrigue avec leurs neurones, car pour peu qu'ils soient trop bêtes ou intéressés par autre chose dans la fiction et l'enquête piétine. Mais ils doivent quand même les trouver !
Je me contente donc de donner des indices qui orientent vers d'autres indices, en parcours fléché, jusqu'à la révélation finale (indice ou monologue du méchant...).

Dans mon premier scénar, un PNJ, père d'un des PJ demande à sa progéniture de trouver un coffre dont il lui donne une clef zarby. Ce coffre aurait appartenu à un ancien élève dont il lui donne le nom. C'est tout ce qu'il sait.

Le PJ fils du PNJ (vous suivez ?) en a parlé à ses potes. Les joueurs ont décidé d'aller chercher dans les registres le nom de l'ancien élève (ça a bien pris 1/4 d'heure de réflexion).
Ils ont trouvé son dortoir et y sont allés illégalement (le dortoir étant dans la maison Serpentard, l'un des PJ y étant aussi, il a y fait entrer ses potes secrètement, ce qui est interdit puisqu'ils ne sont pas de cette maison). Ils ont fouillé et découvert que promu Préfet lors de sa cinquième année, ce fameux ancien élève a changé de chambre.

Ils stoppent leurs fouilles.
Ils réfléchissent à comment infiltrer la chambre de préfet fermée par un mot de passe.
Ils mettent donc au point une stratégie : la PJ animagus se transforme en chat et va écouter le mot de passe au moment où le préfet rentre dans sa chambre. Après quoi ils fouillent et trouvent le coffre etc.

Ok, que remarque-t-on ?

Dans le mille, tout cela ne passerait absolument pas en film ni en bouquin. Pourquoi ?
- Les joueurs passent beaucoup de temps à réfléchir et planifier.
Pourquoi ?
- Parce qu'ils sont à la fois l'acteur, le personnage et le spectateur.
Donc, ils sont pris dans un dualisme typiquement rôlistique : je dois jouer à résoudre l'enquête tout en effectuant des choix relatifs à l'histoire qui se construit.

Or, comme je l'ai dit plus haut : du point de vue histoire, c'est merdique.

Je crois qu'un regard GNS peut nous aider à comprendre facilement ce qui se passe :
- Résoudre une enquête, une énigme, c'est un jeu, une action ludique qui n'a d'intérêt que si l'on gagne ou perd.
- Seulement c'est rattaché à l'histoire.

Dans un jeu comme La Nécessité du Crime ce sont les joueurs qui inventent les indices et les lient aux personnages pendant la partie. L'enquête ludique, on s'en fout en réalité, ce qui compte, c'est de construire une bonne histoire bien cool.

Dans Harry Potter system Basic tel que je l'ai joué, résoudre l'enquête était un peu bâtard.
- Si les joueurs passent à côté, il y a tout un pan du scénar qui foire, or le jeu tel que nous le jouons est très centré sur le scénar (avec des espaces de liberté assez importants tout de même).
- Il faut donc la résoudre, mais l'échec n'est pas permis... ce qui me semble bancal. On est ici dans un vrai problème GNS.

Je pense donc en conclusion :
- Pour un jeu narrativiste, l'enquête ne doit pas être ludique, mais être seulement un prétexte pour faire avancer l'histoire : l'enquête avancera forcément, qu'elle réussisse ou rate. Regardez mes exemples tirés des films Harry Potter : les indices sont semés, mais au final, le personnage le résout parce qu'il doit le résoudre. Les scènes de recherche et de réflexions interminables sont coupées, car ça n'apporte rien à l'histoire, c'est un moteur de plaisir purement ludique.. Nous spectateurs ne pouvons pas le résoudre avant lui, car nous n'avons jamais suffisamment d'éléments. Le jeu est donc un faux jeu d'enquête dans les fictions narratives.

- Pour un jeu ludiste, peu importe l'histoire au final, il y en aura forcément une, mais elle ne doit pas constituer l'enjeu des parties. Résoudre l'enquête devient fun, elle doit pouvoir réussir ou échouer et que le jeu ait été intéressant pour l'effort fourni.

- Enfin, pour un jeu Simulationniste, je ne saurais être catégorique, mais je pense que l'enquête peut être un bon prétexte à exploration qui ne doit pas entraver l'histoire. Ainsi, il est souvent plus intéressant de donner les indices suite aux simples impulsions des joueurs, plutôt que d'en faire un enjeu (et éviter que la mise en péril des indices rejaillisse sur la possibilité de poursuivre l'histoire). Autrement dit : les indices sont capitaux, donnez-les en récompense de la curiosité des joueurs quitte à les déplacer si besoin. Les indices ne sont pas capitaux, faites ce que vous voulez.

Techniquement, tour cela est très lié à la façon dont les indices sont inventés : scénarisés avant la partie ? Inventés/Improvisés en court de partie ? Par qui ? Sont-ils à des endroits fixes ? Peuvent-ils être déplacés sans problème ? L'histoire peut-elle se poursuivre sans des indices ?
...
...
...
Frédéric
 
Message(s) : 3842
Inscription : 14 Juil 2006, 17:45
Localisation : Poitiers

Message par Romaric Briand » 24 Nov 2008, 16:31

Résoudre l'enquête devient fun, elle doit pouvoir réussir ou échouer et que le jeu ait été intéressant pour l'effort fourni.


Le problème d'un scénario enquête c'est que souvent on a même pas le choix de réussir ou de rater notre enquête. On la réussira même si ça rate.
Les scénarios enquête sont souvent écrit pour que l'on découvre leurs astuces géniales à la fin. De sorte que les enquêtes pour les PJS sont souvent la découverte des mécanismes qu'à mis en place l'auteur.

Dans Le JDR (anarchiste) que tu cites là. Les joueurs sont aussi auteur ! Donc il trip les potes ! Tandis que normalement le seul qui trip c'est l'auteur ou le MJ au choix... les PJS ben... ils triment.

Créer les méthodes pour résoudre une enquête ce n'est pas créer l'histoire.
Un personnage de fiction souhaitant s'incarner dans la réalité... Les rolistes sont mes proies...
http://leblogdesens.blogspot.com/
http://sens.hexalogie.free.fr/
Romaric Briand
 
Message(s) : 2318
Inscription : 22 Oct 2006, 16:37
Localisation : Saint Malo

Message par Frédéric » 24 Nov 2008, 17:33

En effet, j'ai voulu proposer diverses approches possibles du principe d'enquête en insistant sur l'importance de l'impact que cela peut avoir sur la démarche créative.

Il se peut que mon analyse soit un peu trop catégorique, mais le but est de donner des pistes de réflexion.

Sens (Romaric Briand) a écrit :Le problème d'un scénario enquête c'est que souvent on a même pas le choix de réussir ou de rater notre enquête. On la réussira même si ça rate.


Je pense que ce n'est un défaut que quand ce choix est inadapté à la démarche créative en place.

En gros il y a deux formules :
- l'enquête avance quoi qu'il arrive.
- l'enquête n'avance que si les joueurs parviennent à la faire avancer.

Les enquêtes qui nécessitent que les joueurs mettent en place leurs ressources personnelles, intellectuelles ou imaginatives réelles pour être résolues glissent très facilement dans le ludisme ou en tout cas, sont cohérentes avec cette démarche, car elles sont un défi pour les joueurs, plus que pour les personnages. Que l'enquête capote est une des conséquences possibles du jeu.

Les enquêtes qui avancent quoi qu'il arrive sont davantage cohérentes avec les démarches narrativistes et simulationnistes, car ne constituant plus un défi, elles peuvent être un prétexte pour l'exploration ou la construction collective d'une histoire. Si l'enquête capote, il faut que le jeu reste aussi passionnant, c'est à dire que les joueurs doivent pouvoir explorer la fiction et/ou créer une histoire de manière satisfaisante.
Dans le cas narrativiste, l'échec peut être une conséquence d'un choix qui ne peut être considéré comme un échec du joueur.

Bien entendu on peut imaginer un jeu favorisant la démarche créative ludiste où l'enquête n'est qu'un prétexte à lancer des défis autres (baston ou autres), mais l'enquête ludique me semble difficile à concilier avec les autres démarches créatives.

Sens (Romaric Briand) a écrit :Créer les méthodes pour résoudre une enquête ce n'est pas créer l'histoire.

Possible, mais ça reste du JDR et ça peut faire partie d'une démarche créative, car ces méthodes peuvent constituer des espaces de créativité, des choix qui auront forcément un impact sur l'histoire.
Si j'ai mis en place une stratégie pour trouver un indice qui m'a bouffé tous mes points de magie, je ne pourrai plus utiliser de magie lors des prochaines scènes...
Frédéric
 
Message(s) : 3842
Inscription : 14 Juil 2006, 17:45
Localisation : Poitiers

Message par Romaric Briand » 24 Nov 2008, 21:56

Je comprends (attention ce n'est pas tous les jours que l'on m'entend dire ça quand il s'agit de GNS).
Un personnage de fiction souhaitant s'incarner dans la réalité... Les rolistes sont mes proies...
http://leblogdesens.blogspot.com/
http://sens.hexalogie.free.fr/
Romaric Briand
 
Message(s) : 2318
Inscription : 22 Oct 2006, 16:37
Localisation : Saint Malo

Message par edophoenix » 25 Nov 2008, 01:32

Eh ben, moi je comprend pas trop :-k ( #-o 'pas taper ! ) mais faut dire qu'avec les JdO j'ai la tête en bouillie... Le dirigisme est forcément nécessaire ? En fait, qu'est-ce que tu voulais montrer dans ces enquêtes, Fred ?
"Le Paradis, c'est un roman devant un bon feu ! " - Théophile GAUTHIER.
"Toute notre dignité consiste donc en la pensée " - B. PASCAL, Pensées.
"Si le monde n'a absolument aucun sens, qu'est-ce qui nous empêche d'en inventer un?" - Lewis Caroll, Alice au pays des Merveilles.
"Vouloir nous Brûle, et Pouvoir nous Détruit" - H. de Balzac, La Peau de Chagrin.


La ludologie, c'est bon, mangez-en !
edophoenix
 
Message(s) : 759
Inscription : 01 Jan 2008, 22:31

Message par Frédéric » 25 Nov 2008, 02:30

Je pars d'un constat : l'enquête en JDR, c'est un peu bâtard, car on est obligés de sacrifier l'histoire pour s'amuser à enquêter ou de sacrifier le jeu d'enquête pour que l'histoire soit intéressante.

J'ai commencé par analyser comment les enquêtes étaient faites dans les fictions narratives (j'ai pris Harry Potter car c'était de circonstance, mais cela aurait tout aussi bien pu être un Agatha Christie) pour voir comment cela peut fonctionner en JDR.

Dans les histoires, les personnages résolvent les enquêtes et les énigmes avant les spectateurs à qui l'on donne des indices pour le ferrer à l'histoire, mais en réalité, seul un coup de chance peut faire trouver le coupable au spectateur. Le but est, comme dit Romaric de surprendre (c'est un "Hahaha, je vous ai bien eus", cf. le thread éponyme)

Ensuite, j'ai voulu analyser ce qui dans les enquêtes que les joueurs résolvent vraiment avec leurs petits cerveaux fait de très mauvaises histoires, car à mon sens c'est ce qui fait qu'on zappe ces moments là dans les fictions narratives d'ordinaire : les phases de réflexion et de planification.

Ensuite, il me semblait intéressant de voir selon les trois modes GNS comment une enquête pouvait être jouée afin de renforcer sa fonctionnalité et la cohérence de la partie.

Ça va ?
Frédéric
 
Message(s) : 3842
Inscription : 14 Juil 2006, 17:45
Localisation : Poitiers

Message par edophoenix » 27 Nov 2008, 21:34

ok, là j'ai bien saisi... euh... Bon, je vais relire tes premiers posts à tête reposée, et voir ce que ça m'inspire.
Ce qui est bête, c'est qu'en fait, j'aurais pu utiliser tout ça pour le concours, si j'avais eu toute ma tête pour comprendre tout ça plus tôt...
"Le Paradis, c'est un roman devant un bon feu ! " - Théophile GAUTHIER.
"Toute notre dignité consiste donc en la pensée " - B. PASCAL, Pensées.
"Si le monde n'a absolument aucun sens, qu'est-ce qui nous empêche d'en inventer un?" - Lewis Caroll, Alice au pays des Merveilles.
"Vouloir nous Brûle, et Pouvoir nous Détruit" - H. de Balzac, La Peau de Chagrin.


La ludologie, c'est bon, mangez-en !
edophoenix
 
Message(s) : 759
Inscription : 01 Jan 2008, 22:31


Retour vers Parties

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité