[Shab al-Hiri Roach] Présentation et première partie jouée

Cette rubrique sert à parler de vos parties ! C'est la rubrique maîtresse, que ce soit pour chercher des principes fondamentaux du jeu de rôle, demander de l'aide sur un jeu, discuter de notre culture ou pour partager vos coups de cœur.
Règles du forum
étiquette et esprit des rubriques générales

[Shab al-Hiri Roach] Présentation et première partie jouée

Message par Christoph » 25 Mars 2006, 23:59

The Shab al-Hiri Roach de Jason Morningstar ($25, frais postaux compris)
Bande annonce

Comment consommer le cafard: [1|2]

Jeu one-shot où l'on joue des professeurs et des assistants de l'université de Pemberton, dans les années 1920. Le but est de devenir le plus prestigieux possible. Tous les coups de putes sont permis pour y arriver! De plus, il y a une sorte de cafard psychique qui possède des gens de temps à autre et les incite à carrément semer le chaos dans le campus!

Le jeu se joue sans MJ, en 6 actes décomposés en maximum une scène par joueur.

Un personnage est défini par son domaine académique et deux "enthousiasmes". Chaque fois que l'on inclut ces choses dans la narration, on gagne des dés supplémentaires pour la résolution de la scène.

Au début de chaque acte les joueurs tirent chacun une carte après avoir désigné un autre joueur.
Les cartes ont deux parties: une pour les joueurs possédé par le cafard, l'autre pour les humains sains.
Si vous êtes possédé, vous devez accomplir une fois pendant l'acte l'ordre stupide et démoniaque que vous transmet le cafard (écrit sur la carte) à l'encontre de la personne désignée.
Sinon, elle vous octroie juste un bonus ou un malus.

On peut choisir à n'importe quel moment de devenir possédé. On peut aussi le devenir suite à un tirage de carte.
Ca rend le personnage plus puissant, mais s'il est sous l'influence du cafard, il est impossible de gagner. Et c'est pas évident de s'en défaire!

Chaque joueur à donc le droit de lancer une scène dans chaque acte. Pour ce faire il définit un "conflit" et y mise un certain nombre de points de réputation.
Les autres joueurs peuvent ensuite se joindre en misant un seul et unique point.
Il s'agit ensuite de résoudre le conflit. Les joueurs peuvent se monter les uns contre les autres et aussi des PNJ, en particulier les figures importantes associées à chaque scène (ce qui peut ensuite donner des bonus supplémentaires aux camps en présence dans le conflit).
Les joueurs remportant le conflit gagnent leur mise en point de réputation, les autre la perdent.
La seule limite c'est qu'on ne peut pas buter de PJ. Il est par contre conseillé de semer le bronx dans toute l'université en y mettant le feu, en frappant les vieux professeurs et en se faisant les jeunes étudiantes. Ensuite il suffit de faire porter le chapeau à vos collègues.
Vous pouvez aussi jouer des séminaires, des conférences et des publications académiques pour gagner de la réputation, mais cette option m'interpelle nettement moins.
Ca doit être quelque chose de latent dans mon subconscient qui me fait dire cela...

Le joueur avec le plus de points de réputation et dont le perso est non possédé à la fin de la partie est déclaré vainqueur.

J'espère pouvoir faire jouer bientôt! Un rapport de partie s'ensuivra.
Dernière édition par Christoph le 30 Déc 2006, 02:24, édité 2 fois.
Innommable: hurlez.
Zombie Cinema, en français dans le texte.
Christoph
modo-admin
 
Message(s) : 2949
Inscription : 07 Sep 2002, 18:40
Localisation : Yverdon, Suisse

Message par Christoph » 26 Mars 2006, 19:28

Qui...

Ont joué: Tiffanie, Andy, François, Michael, Florian et mescolles.
Ce n'est pas mon groupe habituel. En effet, à part mes deux frères (Michael et Florian) les trois autres n'avaient que peu ou pas d'expérience en JdR. Initiation donc pour les deux premiers.

Ils étaient donc moins à l'aise que les trois frères Boeckle dans les narrations, mais d'après ce que j'ai vu, c'est juste le temps d'apprendre :)


joue qui...

Nous avons donc créé des personnages (fonction, domaine et les deux enthousiasmes):

Une professeure de biologie, hédoniste et ambitieuse (Tiffanie)
Un professeur assistant en langues étrangères, fourbe et ambitieux (Andy)
Un professeur de chimie, culoté jusqu'à l'auto-destruction (François)
Un prof assistant en chimie, fourbe et cruel (Florian)
Un prof de philosophie, sociable et créatif (Michael)
Un prof d'astronomie, débauché et manipulateur (moi)


et quoi

Nous avons joué "L'accueil des nouveaux étudiants de 1923"

Une cérémonie de bienvenue. En gros, il y a eu un apéro qui a vite dégénéré (la moitié des joueurs ont tiré une carte indiquant la possession par le cafard et se sont amusés à suivre l'ordre).
Bataille de cacahuètes, diffamations et soufflet (ce dernier ayant généré parmi les PJ toute une discussion sur le bienfondé de la punition corporelle =D)

Repas du corps enseignant, Shirley (jouée par Tiffanie) s'ennivre pour résister à l'ordre du cafard et sous l'influence de l'alcool révèle une affaire avec le Révérend Gaylord Talley, chapelain de l'université.
Celui-ci s'offusque et bientôt toute la tablée se lance dans une discussion sur la véracité de la chose.
Finalement, le Révérend quitte la table, humilié, Shirley sort titubante.

Alors les personnages possédés, c'est puissant! C'est juste con que la réputation qu'ils amassent ne vaudra rien tant qu'ils ne sont pas libres :D


Nous avons passé ensuite au "Match retour de footbal des Pemberton Panthercats".

Le professeur de chimie venant de recevoir une distinction académique (effet d'une carte), le commentateur du stade en profite pour faire une annonce spectaculaire aux hauts-parleurs.
Son assistant (Florian) en rajoute une couche et invite le professeur à venir s'exprimer. Andy en profite pour jouer sa carte, "Ruine", pour faire un croche-pied discret au chimiste éminent alors qu'il montait les escaliers. Pas de bobo, mais quelle honte, devant tout le stade!
Hubert, mon professeur d'astronomie, éméché comme à son habitude et possédé depuis peu, va retrouver l'ingénieur son et lui propose de simuler une panne technique pendant le discours du professeur de chimie en échange d'argent.
Shirley a malheureusement reçu l'ordre du cafard de bastonner mon personnage.
Ce qu'elle fit avec moulte enthousiasme et efficacité, décourageant l'ingénieur son d'accepter l'offre. Ou comment la bouteille sauve un discours...

Reprenant ses esprits, écartant les bris de verre et s'essuyant le sang, Hubert entend le commandement du cafard! Nam Lud Tar! "Défais-toi de ton impureté avec urgence!"
Il titube donc en direction des vestiaires des footballeurs pour prendre une douche. Là, il est confondu par l'entraineur des Philadelphia Cockroaches pour un joueur remplaçant et il se retrouve sans trop comprendre sur le terrain, jouant pour l'équipe adverse de surcroît!
Mais toujours résonnait dans son crâne l'ordre de l'insecte maléfique et voyant l'herbe fraîche derrière la ligne du touchdown, voyant le personnel avec les linges et les bouteilles d'eau...
Malgré le fait que trois professeurs se soient rués sur le terrain et que toute l'équipe de Pemberton tente de l'en empêcher, Hubert marque et se retrouve à se rouler dans l'herbe comme un animal...

Et d'autres choses que j'ai déjà oubliées...


C'était comment?

Bref, du grand n'importe quoi comme je l'aime :)
Les cartes que l'on tire sont une bonne source d'inspiration pour les scènes, et en plus, suivre l'ordre du cafard donne un d12 de plus pour la résolution des enjeux liés à la scène, c'est très tentant!
Les enthousiasmes (liste fixée par les règles) des PJ sont aussi fait de sortes à ce que le sérieux soit formellement proscrit.
La résolution, qui ne garde que le meilleur dé peu importe le nombre lancé, laisse une certaine chance à celui qui se retrouverait seul contre tous.

Le fait que si l'on ne fait rien, un joueur peut gagner de la réputation sans problème assure que chaque joueur verra un tas de complications se rajouter à ses projets tout simples.

Mélangez tout cela et vous obtiendrez forcément du burlesque ou de la parodie, avec une touche Lovecraftienne...

Si je me rappelle bien, c'était François qui était en train de l'emporter niveau réputation sans posession, à moins que ce soit Michael...
Bah, c'est un moteur du jeu, sans hésitation, mais à la fin on s'en fout j'ai l'impression :-)

Le jeu était peut-être un peu déstabilisant pour les nouveaux, mais j'espère les revoir à une prochaine partie!
Innommable: hurlez.
Zombie Cinema, en français dans le texte.
Christoph
modo-admin
 
Message(s) : 2949
Inscription : 07 Sep 2002, 18:40
Localisation : Yverdon, Suisse


Retour vers Parties

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron